Intelligence ReportsTerrorismeLes impôts, un cycle corrompu pour piller le peuple...

Les impôts, un cycle corrompu pour piller le peuple appauvri d’Iran

-

Les impôts peuvent être définis simplement en quelques phrases. Par exemple, on peut dire que l’impôt est une partie de la propriété ou du revenu ou du prix de certains biens de consommation ou de toute personne physique ou morale, qui est calculé et reçu par le gouvernement conformément à la loi. Et c’est une importante source de revenus pour le gouvernement.

Les impôts sont un outil important pour réguler la richesse en faveur des pauvres. Et les recettes fiscales du gouvernement sont utilisées pour améliorer le service public et le bien-être.

Mais dans le projet de loi de finances du régime iranien, on voit une autre explication. Ici, le régime utilise les impôts pour compenser la part du budget qui a été allouée à ses activités néfastes. Cette approche pousse chaque jour davantage de personnes sous le seuil de pauvreté.

Les impôts, un cycle corrompu pour piller le peuple appauvri d'Iran

Le régime a augmenté les impôts de 62 % par rapport à l’année dernière pour générer un revenu de 21 milliards de dollars.

Les montants maximum de cette prévision sont les suivants :

TVA : environ 6 milliards de dollars

Impôt sur les sociétés : environ 5,4 milliards de dollars

Taxe à l’importation : environ 3,2 milliards de dollars

Taxe sur les entreprises et les corporations : environ 1,3 milliard de dollars

Impôt sur les salaires des employés publics et privés : environ 1,9 milliard de dollars

Dans ce régime, tout est sens dessus dessous. La loi s’applique à tous sauf aux entreprises et institutions financières du régime. Chaque petite entreprise et entreprise est tenue de présenter son bilan, son compte de performance et ses profits et pertes, mais les institutions et entreprises du régime ne sont pas tenues de le faire.

En septembre 2019, le site Internet public Eghtesad News écrivait : «60 % de la richesse nationale de l’Iran est détenue par les quatre institutions « Exécution de l’ordre de l’imam Khomeiny », « Quartier général de la construction de Khatam-al Anbiya », Astan Quds Razavi » et « Fondation Mostazafan, dont aucune n’a de lien avec le gouvernement et le Parlement.

L’Exécution de l’Ordre de l’Imam Khomeiny, contrôlée par le chef suprême du régime Ali Khamenei, est un conglomérat d’entreprises et de participations avec des milliards de dollars de revenus. Cette institution n’a fourni aucune information financière sur ses actifs et ses activités.

En ce qui concerne le quartier général de la construction de Khatam-al Anbiya, le site Web de l’Université de la défense nationale du régime a cité son ancien commandant, Saeed Mohammad, disant, le 21 mai 2021 : « La base a été établie pour mettre en œuvre les super-projets du pays et a accompli plusieurs choses. La production de plus de 40 % de l’essence du pays, la production quotidienne de 150 millions de mètres cubes de gaz naturel, la construction de 4 000 km du réseau ferroviaire du pays, la construction d’environ 50 % des barrages-réservoirs du pays et la construction de 900 km de les autoroutes ne sont qu’une partie du record de 30 ans de Khatam.

Il a également expliqué pourquoi les dossiers financiers et les paiements d’impôts du siège ne sont pas rendus publics. « Pour empêcher l’exposition des informations financières de la base, des personnes de confiance devraient être embauchées pour mener à bien ces processus, et pour cette raison, une branche spéciale des impôts a été nommée pour la base avec des personnes spécifiques », a-t-il déclaré.

Les dossiers du QG et les évaluations faites par des experts ont montré que le CGRI participe, possède ou gère environ 80 % de tous les projets économiques en Iran.

Mais ce n’est pas tout. Ce QG possède plus de 60 quais dans les ports du sud et fait passer en contrebande des milliards de dollars dans le pays chaque année.

Astan Quds Razavi est maintenant un empire économique avec des centaines d’entreprises et d’institutions différentes. Ses filiales ajoutent tous leurs revenus aux actifs de Khamenei. Cette institution est exonérée d’impôts par ordre de l’ancien chef suprême du régime Ruhollah Khomeiny le 9 avril 1989.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous