EconomyL'Iran, zone interdite pour les banques américaines

L’Iran, zone interdite pour les banques américaines

-

L'Iran, zone interdite pour les banques américaines

AFP – L’Iran reste une zone interdite pour les banques américaines en dépit de la levée de certaines sanctions, une interdiction frappant également leurs rivales étrangères souhaitant utiliser le dollar. « De façon générale, le principal embargo américain reste en place », a déclaré récemment devant des parlementaires John Smith, le directeur de l’Office pour le contrôle des avoirs étrangers (OFAC), qui dépend du Trésor.

Si l’administration Obama a accepté de lever depuis mi-janvier des sanctions nucléaires contre Téhéran, elle continue d’imposer un embargo lié aux violations des droits de l’homme et au terrorisme.

Baptisées « sanctions principales », elles interdisent aux Américains d’effectuer tout investissement lié à l’Iran. Les sanctions dites « secondaires » s’appliquant aux non-Américains ont été levées.

« Rien n’a changé pour nous », confirme à l’AFP un banquier new-yorkais. « Nous ne pouvons pas accorder de crédit ou financer d’activité liée de près ou de loin à l’Iran », poursuit-il sous couvert d’anonymat.

Les sociétés iraniennes, le gouvernement iranien ou des Iraniens ne peuvent ainsi toujours pas ouvrir de comptes auprès de banques américaines.

Sollicitées par l’AFP, ni JPMorgan Chase, ni Goldman Sachs, ni Morgan Stanley ni Bank of America n’ont voulu s’exprimer sur la question.

Pourtant, à Wall Street, on ne cache pas que l’Iran, dont tous les pans de l’économie sont à reconstruire, offre beaucoup d’opportunités.

La plupart des banques ont ainsi recruté des cabinets d’avocat spécialisés et des experts pour leur dire ce qu’il était possible de faire ou pas au cas où la situation se débloquerait. Des équipes spécifiques ont également été mises en place au sein de certaines banques comme chez JPMorgan Chase.

« Nous continuons de surveiller les développements en Iran », confie laconiquement Kamran Mumtaz, un porte-parole de Citigroup.

Menaces

La même prudence s’applique aux grandes banques étrangères présentes aux Etats-Unis puisqu’elles « doivent continuer à s’assurer qu’elles n’effectuent aucun paiement ou transaction en dollars impliquant l’Iran via les institutions financières américaines », prévient l’OFAC.

Aucun paiement en dollars à une entité liée à l’Iran n’est autorisé, ajoute John Smith, menaçant de représailles toute infraction. « Ceci signifie qu’une personne non-américaine qui fait des transactions importantes ou fournit un service matériel (lié à l’Iran) risque d’être coupée du système financier américain », argue le responsable.

En 2014, les autorités américaines ont infligé une amende record de près de 9 milliards de dollars à la banque française BNP Paribas pour avoir notamment effectué des paiements en dollars liés à l’Iran.

Les banques doivent isoler tout argent iranien des actifs américains et renforcer leurs contrôles internes, renchérit le cabinet Clifford Chance, qui a réalisé un mémo pour JPMorgan.

Il explique que « beaucoup d’entreprises voulant faire des affaires ou investir en Iran (…) risquent de connaître des tensions en interne entre des personnes qui voudront tirer profit des opportunités offertes et ceux dont les responsabilités sont de gérer les risques et la conformité aux lois ».

Les Etats-Unis ont aménagé quelques exceptions très encadrées: les banques peuvent financer ou prêter de l’argent aux entreprises ayant obtenu une licence spéciale du Trésor pour vendre des pièces détachées d’avions de ligne ou procéder à la révision de moteurs d’avions iraniens. Boeing et General Electric ont obtenu de telles autorisations.

« Nous pouvons aussi octroyer un crédit ou financer des entreprises important des tapis iraniens ou des produits alimentaires » tels des pistaches et du caviar, indique un banquier new-yorkais.

Même dans ce cadre, « il subsiste un grand nombre de risques », met en garde Howard Mendelsohn, de Camstoll Group, faisant remarquer que les Gardiens de la révolution iraniens contrôlent de nombreux secteurs de l’économie. Or, ils font partie de la liste américaine des organisations terroristes qui comprend 200 entités et individus.

« Il est difficile de dire à qui appartient quoi en Iran. Il y a un gros manque de transparence et si vous n’avez pas cette transparence vous courrez le risque de vous retrouver en affaire avec des individus ou des entités qui restent sanctionnés », dit à l’AFP un expert, recruté par Wall Street sur la question.

Dans ce contexte, les établissements américains préfèrent rester sur la touche de peur d’entacher leur image d’autant plus que l’accord avec l’Iran est impopulaire aux Etats-Unis et des candidats républicains à la Maison Blanche ont promis de revenir dessus.

 

 

 

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous