Intelligence ReportsTerrorismeLa Coalition de l'opposition en exil dénonce la complicité...

La Coalition de l’opposition en exil dénonce la complicité de l’Iran dans le carnage syrien

-

La Coalition de l'opposition en exil dénonce la complicité de l’Iran dans le carnage syrien

L’ONU s’est déclarée « horrifiée » par les raids du régime qui ont fait près de cent morts sur un marché près de la capitale syrienne, tandis que le Conseil de sécurité a soutenu lundi un nouveau plan pour la paix en Syrie, adopté pour la première fois en deux ans par la Russie et ses 14 autres membres.

Le carnage qui s’est produit dimanche à Douma, fief rebelle dans la région de la Ghouta orientale, a été aussi vivement condamné par les Etats-Unis et l’Union européenne. La série de frappes menées par les avions du régime du président Bachar al-Assad a visé un marché très fréquenté de la ville de Douma située à 13 km au nord-est de Damas et tenue par les insurgés depuis près de trois ans.

« Le bilan est monté à 96 morts », en grande majorité des civils, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Au moins 240 personnes ont également été blessées d’après cette ONG qui dispose d’un large réseau de sources à travers la Syrie.

« C’est de la barbarie primaire, une haine contre l’Homme », a affirmé de son côté le chef de la Coalition de l’opposition en exil, Khaled Khoja, dénonçant indirectement la complicité des alliés du régime Assad, notamment la Russie et l’Iran.

« Ceux qui arment ce régime et empêchent le Conseil de sécurité de le tenir pour responsable sont complices dans ce crime », a-t-il ajouté en référence à Moscou qui a opposé son veto à plusieurs reprises à une résolution de l’ONU condamnant le pouvoir de Damas.

Lundi, les avions du régime ont encore frappé à quatre reprises la ville meurtrie. Selon un photographe de l’AFP sur place, les habitants tentent d’enterrer leurs morts dans le cimetière mais certains n’y arrivent pas car le lieu a été la cible de raids dimanche et lundi.

Les Etats-Unis ont condamné « avec la plus grande force » les raids « brutaux » du régime, indiquant dans un communiqué que Washington « travaillait avec ses partenaires pour une véritable transition politique négociée, en dehors (du président syrien Bachar al) Assad ».

Et l’Union européenne a affirmé que « les responsables des graves violations des droits de l’Homme et du meurtre de milliers de civils doivent rendre des comptes ».

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous