IranDroits de l'hommeWashington récuse les nouvelles "preuves" d'espionnage contre Mme Esfandiari

Washington récuse les nouvelles « preuves » d’espionnage contre Mme Esfandiari

-

AFP, Washington, 11 juillet – Les Etats-Unis ont ironisé mercredi sur les nouvelles « preuves » évoquées par le pouvoir judiciaire iranien pour justifier la détention depuis deux mois de l’universitaire irano-américaine Haleh Esfandiari, accusée d’activités contre la sécurité de l’Etat.

« Quelles que soient les prétendues preuves qu’ils ont dénichées, elles sont à peu près aussi crédibles que les précédentes », a déclaré le porte-parole du département d’Etat, Sean McCormack. « Tout ceci est sans fondement ».

Le porte-parole du pouvoir judiciaire iranien, Alireza Jamshidi, a fait état mardi de la découverte de nouvelles « preuves » accablant Mme Esfandiari, 67 ans, arrêtée début mai et détenue dans la prison d’Evine, au nord-ouest de Téhéran.

L’universitaire résidant aux Etats-Unis s’était rendue en Iran en décembre pour rendre visite à sa mère malade.

Les autorités iraniennes ont arrêté en mai deux autres Irano-américains, le sociologue Kian Tajbakhsh et l’homme d’affaires Ali Shakeri, sur la base de charges similaires.

La presse conservatrice iranienne affirme que les trois détenus font partie d’une opération menée à l’instigation des services secrets américains afin de mener une « révolution de velours » dans la République islamique.

Une quatrième Irano-américaine, la journaliste Parnaz Azima, qui n’est pas détenue mais dont le passeport a été confisqué, est accusée de collaborer avec une radio américaine « contre-révolutionnaire ».

« Ces gens, et notamment Mme Esfandiari, tentent de jeter des ponts entre le peuple iranien et le monde extérieur », a déclaré M. McCormack. « Il n’y a aucune raison qu’on leur interdise de quitter le pays ».

« Je ne peux pas vous expliquer les motivations du gouvernement iranien pour ne pas les laisser partir, mais le fait est qu’ils devraient être autorisés à rentrer chez eux et à retrouver leur famille », a-t-il conclu.

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous