IranNucléaireL’Iran donne un double signal sur son programme...

L’Iran donne un double signal sur son programme nucléaire

-

ImageThe Wall Street Journal : Par Marc champion; Le président Mahmoud Ahmadinejad a inauguré une usine de combustible nucléaire, et ce au moment où s’ouvre les négociations avec les États-Unis et d’autres pays pour limiter le programme atomique de l’Iran.

Ce développement intervient alors qu’un mouvement d’opposition iranien, le Conseil national de la Résistance iranienne, vient d’annoncer que l’Iran construit des systèmes de centrifugeuses plus efficaces pour produire du combustible nucléaire à l’abri du contrôle des inspecteurs internationaux.

Le mouvement, placé sur la liste américaine des organisations terroristes, a également affirmé que les sanctions internationales ont obligé l’Iran à produire dans le pays des pièces sophistiquées qui étaient jusque-là importées, ralentissant ainsi la progression du programme en raison de leur mauvaise qualité.

Il était impossible de vérifier ces affirmations de façon indépendante. Un porte-parole de l’Agence internationale d’Energie atomique a refusé de se prononcer, affirmant devoir examiner les informations fournies par le mouvement.

Jeudi – à l’occasion du congé annuel en Iran pour célébrer le projet nucléaire – M. Ahmadinejad a inauguré une usine de production d’oxyde d’uranium destiné à alimenter le réacteur d’eau lourde que l’Iran entend ouvrir l’année prochaine. Il a décrit le programme nucléaire iranien de « réussite scientifique de la nation ». (…)

Le développement du programme nucléaire iranien alimente les craintes de la communauté internationale qui considère que le temps presse pour empêcher Téhéran de se doter de la technologie nucléaire militaire. Les responsables du renseignement américain affirment que l’Iran dispose de suffisamment d’uranium à faible taux pour produire une arme nucléaire.

Cependant les autorités américaines et onusiennes insistent qu’il reste à l’Iran à maîtriser la technologie de conversion de l’uranium faiblement enrichi à un niveau militaire, donnant aux diplomates américains et européens le temps de négocier avec Téhéran.

L’usine de production de combustible nucléaire inaugurée par M. Ahmadinejad à Ispahan était connue et légale. Cela ne manquera cependant pas d’ajouter aux craintes occidentales. Le combustible utilisé dans les réacteurs d’eau lourde est susceptible d’être traité pour produire du plutonium à usage militaire, ouvrant ainsi à l’Iran une voie auxiliaire pour produire l’arme nucléaire, parallèlement à celle de l’uranium enrichi.

La Corée du Nord a déjà testé une arme nucléaire au plutonium à partir du traitement de combustible. « C’est là où se trouve le danger », a affirmé Ivan Oelrich, ex-président du Programme de Sécurité stratégique de la Fédération scientifique américaine.

L’Iran nie vouloir construire une arme nucléaire, mais les gouvernements occidentaux sont loin d’être convaincus des intentions de l’Iran, affirmant que le programme nucléaire de Téhéran peut déclencher une course à l’arme nucléaire dans le Moyen-Orient.

L’Iran a également annoncé jeudi avoir produit 7000 centrifugeuses pour l’enrichissement de l’uranium. Ce qui est une augmentation par rapport aux 6000 centrifugeuses opérantes au mois de février. Gholamreza Aghazadeh, directeur de l’Organisation de l’Energie atomique iranienne a ajouté que son pays maîtrise maintenant la technologie pour la production d’une  nouvelle génération de centrifugeuses « plus précises ».

La mise en marche des nouvelles centrifugeuses dans les installations d’enrichissement d’uranium à Natanz signifie que l’Iran est en mesure de produire assez de combustible pour des armes supplémentaires dans un laps de temps relativement court.
(…)

Le groupe d’oppositions iranien qui a mis à jour le programme nucléaire de l’Iran en 2002, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a affirmé qu’en raison des sanctions internationales, l’Iran n’est plus en mesure d’importer les pièces sophistiquées de centrifugeuses avec la rapidité nécessaire pour pallier à ces besoins. Le régime iranien dispose d’un certain nombre d’installations militaires à travers le pays pour produire localement les pièces nécessaires, affirme le CNRI, mais la qualité des métaux et le mode de construction irrégulière sont à même de poser des délais dans la production.

Le CNRI a cité les noms des lieux et des directeurs de diverses centrales, mais il n’était cependant pas possible de vérifier de façon indépendante les informations avancées.

Le mouvement d’opposition du CNRI a affirmé que l’Iran produit une génération plus performante de centrifugeuses dans le sous-sol du centre de réception de son principal central d’enrichissement à Natanz. Le principal atelier au sous-sol de Natanz, qui contient des milliers de centrifugeuses d’ancienne génération est placé sous le contrôle constante des caméras de l’AIEA.

M. Oerlich a affirmé qu’on ne dispose pas d’informations à propos de cette nouvelle technologie de l’Iran. Cependant sa production « pourrait considérablement réduire la surface nécessaire pour produire l’uranium enrichi et par conséquent faciliterait le maintien clandestin  d’un site», a-t-il ajouté.

Une inquiétude majeure de la communauté internationale réside dans le fait que l’Iran pourrait construire des sites secrets à des fins d’enrichissement de l’uranium militaire à l’abri du contrôle des inspecteurs internationaux.
The Wall Street Journal, 9 avril 2009

7,062FansJ'aime
1,182SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Dernières nouvelles

Le régime iranien se dirige vers l’obtention d’armes nucléaires

Le régime iranien est une fois de plus au centre d'une dangereuse escalade de la prolifération d’armes nucléaires. Un...

Le Congrès américain soutien la quête du peuple iranien pour une République démocratique et laïque

Plusieurs membres bipartites de la Chambre des représentants des États-Unis ont présenté une résolution (H. RES. 100) soutenant le...

Une vague d’attaques par empoisonnement contre des écoles laisse des centaines de personnes malades

L'Iran est secoué depuis trois mois par des empoisonnements en série contre des écoles réservées aux filles, qui ont...

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite l'inquiétude du régime iranien. La veille du dernier mercredi de...

Conférence de la Journée internationale de la femme en soutien à la lutte des femmes en Iran

Le 4 mars, une conférence a eu lieu en l'honneur de la journée internationale de la femme. Conférence intitulée...

Les démocrates devraient entendre la voix des Iraniens, pas celle des dictateurs

Le soulèvement national iranien se poursuit malgré ses hauts et ses bas. La disparition du système clérical ne semble...

Doit lire

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite...

Les démocrates devraient entendre la voix des Iraniens, pas celle des dictateurs

Le soulèvement national iranien se poursuit malgré ses hauts...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous