Intelligence Reports"Les Amis"Le FBI et le lobby des mollahs iraniens aux...

Le FBI et le lobby des mollahs iraniens aux USA

-

FoxNews: Par Richard R. Schoeberl –  En tant qu’ancien agent spécial du FBI, on peut dire que j’ai un faible pour les bonnes affaires criminelles. En voici une qui ferait froid dans le dos à n’importe qui :

L’apparition d’un document secret du gouvernement américain affirmant qu’une organisation étrangère amie prévoit de mener de multiples attaques terroristes. On dirait le contenu d’un best-seller. Le seul problème, c’est que quelqu’un a mis ce récit purement fictif sur l’étagère des œuvres non fictionnelles, avec de dangereuses implications.
 
La Secrétaire d’Etat Hillary Clinton annoncera bientôt une décision concernant la révision mandatée par un tribunal, du statut du principal mouvement d’opposition iranien, les Moudjahidine du peuple (OMPI). Le groupe a été classé comme « organisation terroriste étrangère » (FTO) sous l’administration Clinton à la demande du gouvernement iranien, dans un effort futile visant à satisfaire les mollahs de Téhéran, que Clinton pensait ouverts aux négociations (le groupe avait un passé violent contre le régime iranien).
 
L’organisation jouit aujourd’hui d’un important soutien bipartite à la Chambre et au Sénat américains. La pernicieuse « étiquette de terroriste » a été retirée il y a des années par le Royaume-Uni ainsi que par l’Union Européenne, mais elle reste en place aux Etats-Unis, comme une force d’appui naïve et inhumaine à l’encontre du régime iranien, qui déteste l’idée d’une opposition démocratique organisée.
 
Dans le même temps, l’OMPI a fourni des renseignements exacts aux États-Unis concernant le programme d’armement nucléaire de l’Iran et son ingérence meurtrière en Irak.
 
Les professionnels américains de la lutte contre le terrorisme – notamment les anciens directeurs du FBI et de la CIA et les chefs d’état-major interarmées – sont perplexes quant au fait qu’une organisation qui a fourni tant d’aide aux États-Unis demeure encore sur la liste « FTO ». « Pour beaucoup d’entre nous qui avons consacré nos vies à lutter contre le terrorisme, la suppression de l’OMPI de la liste FTO est aussi nécessaire que certaine.
 
Présentons le« document ».
 
Avec la décision imminente du Département d’Etat, un certain nombre de détracteurs de l’OMPI se sont engagés dans une ultime campagne visant à faire du battage pour un document datant de novembre 2004, qu’ils prétendent être un « rapport du FBI », comme une preuve que l’OMPI projetait des actes terroristes. J’ai vu le soi-disant « rapport ». J’ai, moi-même, rédigé des rapports sur des organisations terroristes. Et croyez-moi, cette ensemble d’accusations vagues et injustifiées d’amateurs n’est pas un « rapport » du FBI.
 
Le document, connu dans le langage du FBI comme un «Mémorandum à En-tête (LHM)», indiquait que le FBI enquêtait sur des individus ayant des liens avec l’OMPI dans le cadre d’une enquête « criminelle » et non d’une enquête « antiterroriste ». Il n’a ni auteur ni numéro de dossier du FBI, ce qui rend sa validité extrêmement discutable. Après un examen approfondi, le LHM est en fait composé de deux documents totalement distincts et collés.
 
La page de couverture du LHM (daté de novembre 2004) a été préparée par le Bureau de Los Angeles du FBI, dans le cadre de ses enquêtes criminelles au sujet d’individus ayant des liens présumés avec l’OMPI.
 
Dans un article récent, Trita Parsi, un détracteur irano-américain de l’OMPI, affirme que le «rapport du FBI» conclut que l’OMPI « a continué de planifier des actes terroristes au moins trois ans après avoir prétendu renoncer au terrorisme ». Mais il n’y a rien dans le LHM étayant cette affirmation, puisqu’il se concentre clairement sur les questions criminelles – telles que l’immigration et la contrebande par un certain nombre de ressortissants iraniens.
 
Le LHM ne fait aucune allusion à une quelconque activité « terroriste » après 2001. Et, certains des incidents présumés qualifiés de terrorisme ne sont rien de plus que des exilés iraniens lançant des œufs pourris sur des responsables du régime iranien lors de voyages à l’étranger.
 
Incroyablement, l’un des exemples et critères des « activités terroristes passées » est qu’« en juin 1981, l’OMPI a débuté des protestations de grande ampleur à l’encontre de Khomeiny ».
 
La seconde partie du LHM, qui semble avoir été découpée à partir d’un document totalement différent, est apparemment destinée à être un guide pour des agents en vue de mener des entretiens sur le terrain. Il commence en disant, « En prévision d’entretiens potentiels avec des membres des Moudjahidine du peuple (OMPI) qui sont retenus en Irak, ce qui suit est un guide (…) pouvant s’avérer utile lors des entretiens ».
 
Ce document n’a pas pu être préparé en novembre 2004 car les entretiens « potentiels » étaient en réalité déjà terminés à ce moment-là (comme c’est mentionné précédemment dans le LHM).
 
Approximativement sept mois avant la date du document, en mai 2004, plusieurs agences gouvernementales distinctes des Etats-Unis, notamment les Départements d’Etat, de Justice, de Défense, de la Sécurité Intérieure et du Trésor (de même que la CIA, le FBI et la DIA), avaient terminé leurs entretiens avec les membres de l’OMPI au camp d’Achraf, en Irak. A la suite de ces entretiens, le gouvernement américain a accordé aux membres de l’OMPI du camp d’Achraf le statut de « personnes protégées » en vertu de la Quatrième Convention de Genève après n’avoir trouvé « aucun motif permettant d’accuser tout membre du groupe de violation du droit américain », selon le New York Times.
 
La section du LHM intitulée « activité terroriste actuelle » renvoie aux prétendues enquêtes sur de prétendus « appels téléphoniques » traitant « d’actes de terrorisme ». Si des « appels téléphoniques » étaient utilisés pour justifier l’étiquette d’« activité terroriste », le LHM aurait été classé comme « SECRET » ou « Enquête sur le Terrorisme » et non comme « Enquête Criminelle ».
 
Citant un journal canadien, Ottawa Citizen, le LHM laisse entendre que les armes de destruction massive de Saddam Hussein étaient cachées dans le camp d’Achraf, le lieu de résidence assiégé de l’OMPI en Irak. Cependant, dix ans après l’invasion de l’Irak, aucune arme de destruction massive n’a été découverte où que ce soit en Irak, encore moins au camp d’Achraf.
 
L’existence même d’un LHM public du FBI est suspecte; le FBI et les agences de renseignements ne sont pas connus pour fournir des informations d’investigation au public.
 
L’OMPI partage un objectif important avec les États-Unis; soutenir un changement démocratique en Iran qui amènerait la protection des droits de l’homme et la liberté à ses citoyens. Le retrait de l’OMPI de la liste FTO montrerait le soutien de l’Occident au peuple iranien et à son désir de liberté. Retirer l’OMPI de la liste renforcerait la main de l’Amérique dans ses relations complexes avec Téhéran et contribuerait matériellement à la réalisation des objectifs régionaux et internationaux des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme  pour stopper la propagation des armes nucléaires.
 
L’inscription de l’OMPI sur la liste est, et a toujours été, une question de politique et non de sécurité nationale. Louis Freeh, ancien directeur du FBI, a déclaré que lui-même et d’autres anciens chefs militaires, du renseignement et de la diplomatie américains n’auraient pas parlé en faveur de l’OMPI « s’il existait une recette miracle classée et secrète justifiant, juridiquement ou dans les faits, de maintenir cette organisation qui lutte pour la liberté sur la liste. Il n’y en a aucune ».
 
La liste FTO est un outil important dans la lutte contre le terrorisme, mais ses inscriptions doivent être logiques. Si le jugement en bonne et due forme est terminé de façon impartiale et objective et non influencée par des choses comme un travail d’amateur de couper-coller injustifié tel que le LHM, il mènera alors au retrait de l’OMPI de la liste.

..FoxNews.com, 22 août..

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous