Intelligence ReportsTerrorismeLes Pasdarans iraniens en Erythrée

Les Pasdarans iraniens en Erythrée

-

ImageRFI : par Olivier Rogez – Des unités, des navires et du matériel militaire iraniens sont implantés depuis quelques mois dans le port érythréen d’Assab, sur la mer Rouge. Avec l’appui d’Asmara et de Khartoum, le régime de Téhéran semble pousser ses pions dans le golfe d’Aden, un lieu hautement stratégique sur la route du pétrole. C’est un axe anti-occidental qui se met en place dans une zone troublée par la présence des pirates somaliens.

Depuis le mois de décembre, des unités de Pasdarans, les Gardiens de la Révolution ont débarqué en Erythrée. Selon plusieurs sources occidentales, des navires mais aussi un sous-marin mouillent dans le port d’Assab. L’endroit est stratégiquement situé sur la mer Rouge, à quelques encablures du détroit de Bab el-Mandeb et de l’entrée du golfe d’Aden. C’est dans cette zone que transitent un quart du pétrole de la planète, mais aussi dix pour cent du commerce maritime mondial.

Autant dire que les Iraniens n’ont pas choisi le port d’Assab par hasard. En cas de conflit avec l’Occident sur la question nucléaire, Téhéran serait en mesure de mener un « Jihad maritime ». Le contrôle des détroits semble d’ailleurs être devenu une priorité du régime iranien qui a déjà menacé en 2008 de bloquer le détroit d’Ormuz, de l’autre côté de la péninsule arabique. Pendant que les marines du monde entier donnent la chasse aux pirates somaliens dans le golfe d’Aden, à quelques milles nautiques de là, Téhéran pousse ses pions.

La mer Rouge et l’océan Indien sont devenus l’une des zones les plus surveillées de la planète. L’Otan, l’Europe, la Cinquième flotte américaine, les Russes et les Chinois, entre autres, ont déployé des navires pour donner la chasse aux pirates somaliens. Autant dire que l’arrivée des Gardiens de la révolution n’est pas passée inaperçue. D’autant qu’à quelques dizaines de kilomètres d’Assab, à Djibouti, Français et Américains disposent chacun de leur base. La présence américaine s’y est considérablement accrue ces dernières années. Aujourd’hui, une partie de l’état-major africain des Etats-Unis y est basée, de même que les activités de lutte anti-terroriste. En cas de conflit, l’Otan peut utiliser les bases de Djibouti.

Alliance régionale pour contrer les Occidentaux

La question qui agite les militaires et les experts occidentaux est de savoir à quel jeu jouent les Iraniens. Plusieurs sources militaires et civiles affirment que les Gardiens de la Révolution y ont acheminé des missiles de moyenne portée. En Iran, le corps des Pasdaran dispose d’un monopole sur les missiles au détriment de l’armée régulière. « Les missiles sont bien présents mais en pièces détachées », confirme un expert sous couvert d’anonymat.

Les missiles de l’Iran chiite pourraient, s’ils étaient déployés, atteindre l’Arabie sunnite mais aussi Israël. La menace est suffisamment prise au sérieux pour que Tel-Aviv s’en alarme. Selon nos informations, l’Etat hébreu a fait savoir qu’il ne resterait pas sans réaction si les missiles étaient assemblés et déployés. Israël a démontré sa capacité d’action en février dernier en bombardant successivement trois convois d’armes destinés au Hamas dans le désert soudanais. Les armes remontaient de l’Erythrée et devaient transiter par le Soudan et l’Egypte avant d’arriver dans la bande de Gaza. Une source égyptienne fait même état d’un navire iranien coulé par les drones israéliens.

Soudanais, Erythréens et Iraniens ont formé une alliance régionale afin de contrer les Occidentaux. Depuis l’inculpation du président soudanais Omar el-Béchir, Khartoum cherche désespérément de nouveaux alliés. Asmara fut la première capitale à accueillir le président soudanais après son inculpation. Plus isolée encore que le Soudan, l’Erythrée veut contrecarrer son ennemi juré, l’Ethiopie. Elle soutient notamment depuis plusieurs années les islamistes somaliens radicaux et les séparatistes de l’Ogaden, une région éthiopienne peuplée de Somalis.

Article publié le 06/05/2009
http://www.rfi.fr/actufr/articles/113/article_80819.asp

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous