IranDroits de l'hommeIran - Les 25 prisonniers politiques sunnites avaient été...

Iran – Les 25 prisonniers politiques sunnites avaient été torturés avant d’être exécutés

-

Iran - Les 25 prisonniers politiques sunnites avaient été torturés avant d’être exécutés

Lors de la récupération des dépouilles des victimes, les familles de 25 prisonniers politiques ont constaté que leurs fils avaient été brutalement torturés avant d’être exécutés. Selon les témoignages des familles, les victimes tous de confession sunnite et d’origine kurdes, portaient des traces de torture sur leurs corps. Certains avaient les bras et les jambes cassés, la plupart avaient le visage tuméfie par les coups reçus.

25 prisonniers politiques de confession sunnite avaient été pendus le 2 août dans la prison de Gohardacht située dans la ville de Karaj. La plupart ont été arrêtés entre 2009 et 2011 et torturés dans les locaux de la sinistre VEVAK dépendant du ministère des renseignements. 

Tout au long de leurs emprisonnements ils ont été privés des droits les plus élémentaires tels que des traitements médicaux, l’assistance des avocats ou le droits aux visites des leurs familles au point qu’un d’entre eux écrivit au rapporteur des Nations-Unies sur la situation des droits humains en Iran, une lettre déchirante où il exprimait son souhait d’être traité comme un être humain, comme un accusé dans un tribunal équitable, secondé par un avocat, que son bourreau ne soit pas à côté du juge, que le juge ne se mette pas en colère et lui dise « quittez ce pays des Chiites ou mourez »  que le procès ne dure pas cinq minutes, qu’il soit autorisé à parler.

Le frère d’un des exécutés, Sharam Ahmadi avait déjà été arrêté avant ses 18 ans et exécuté en 2012. 

Le même Sharam Ahmadi peu avant son exécution clamait son innocence dans une interview où il décrivait le juge Mohammad Moghisseh comme quelqu’un d’une grande grossièreté. 

Il me disait que j’avais commis trois crimes: le premier que j’étais Kurde, le deuxième que j’étais sunnite et le troisième que j’avais agi contre le régime, en conséquence pour ces trois crimes je devais être puni. 

Un communiqué du Haut-commissariat des Nations-Unies précise que M. Zaid Raad-al-Hossein le Haut-Commissaire a déclaré que les raisons très vagues associées au mépris des droits des accusés à un procès équitable ont conduit à commettre une grande injustice.

Ces tortures et ces exécutions pratiquées quotidiennement depuis 37 ans par le régime iranien doivent  cesser.  Il est temps que la communauté internationale et tout citoyen épris de justice crient haut et fort pour dénoncer les crimes de ce régime.

 

 

 

7,062FansJ'aime
1,178SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Dernières nouvelles

Les défis économiques de l’Iran en 2023 : inflation, investissement et relations internationales

Alors que l'Iran entre dans la nouvelle année perse, les experts du régime s'inquiètent de l'état de l'économie du...

Ce que les empoisonnements au gaz en Iran nous disent sur le régime au pouvoir

Depuis des mois, des écoles en Iran sont dans le collimateur d'attaques au gaz contre les enfants du pays....

Le régime iranien se dirige vers l’obtention d’armes nucléaires

Le régime iranien est une fois de plus au centre d'une dangereuse escalade de la prolifération d’armes nucléaires. Un...

Le Congrès américain soutien la quête du peuple iranien pour une République démocratique et laïque

Plusieurs membres bipartites de la Chambre des représentants des États-Unis ont présenté une résolution (H. RES. 100) soutenant le...

Une vague d’attaques par empoisonnement contre des écoles laisse des centaines de personnes malades

L'Iran est secoué depuis trois mois par des empoisonnements en série contre des écoles réservées aux filles, qui ont...

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite l'inquiétude du régime iranien. La veille du dernier mercredi de...

Doit lire

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite...

Les démocrates devraient entendre la voix des Iraniens, pas celle des dictateurs

Le soulèvement national iranien se poursuit malgré ses hauts...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous