IranDroits de l'hommeUn ex-responsable dit que l’Iran est retourné aux jours...

Un ex-responsable dit que l’Iran est retourné aux jours les plus sombres de la répression

-

Iran Focus, Téhéran, 8 novembre – L’Iran est de nouveau revenu aux pires moments de la répression sociale et culturelle, selon un ancien vice-ministre de la Culture et de l’Orientation islamique chargé des médias, disant que la liberté de la presse été rabaissé au niveau du milieu des années 1990.

Issa Saharkhiz a déclaré au service en persan de la radio allemande Deutsche Welle que, suite à la nomination de l’ancien commandant des gardiens de la révolution Mohammad-Hossein Saffar-Harandi en tant que nouveau ministre de la Culture et de l’orientation islamique, il y avait eu un retour à « l’époque de la direction de la faction de Saïd Emami », en référence à l’ancien vice-ministre du ministère renseignement et de la sécurité (Vevak).

Vers la fin des années 1990, une série de meurtres ignobles de journalistes et d’écrivains dissidents, connus sous le nom de «meurtres en série», ont eu lieu dans tout l’Iran. Quand des groupes rivaux qui s’affrontaient pour le pouvoir ont révélé les noms de hauts responsables du renseignement impliqués dans les meurtres, y compris celui d’Emami, le VEVAK a attribué ces massacres à « des agents véreux ».

Pendant ce temps, des centaines d’autres journalistes ont été également condamnés à purger des peines de prison. Parmi eux, on trouve le dissident Akbar Ganji qui effectue actuellement les derniers mois d’une peine de six ans.

Saharkhiz, dénonçant dans la presse la domination du VEVAK, a déclaré que les factions de Emami avaient leur mot à dire sur ce qui était publié dans les medias.

Il a cité l’interdiction des films étrangers comme un exemple d’entaille aux libertés culturelles. Il a ajouté que les femmes travaillant pour le ministère avaient été interdites d’accès à leur bureau de travail.
Quant à la liberté de la presse, Saharkhiz a dit que les journaux s’étaient vus refuser des licences pour des motifs divers et beaucoup de journalistes, ainsi que leurs familles, avaient été harcelés. Les journalistes qui n’avaient pas rejoint le camp des conservateurs avaient du jour au lendemain été accusés d’avoir « des relations extra conjugales – ce qui constitue un délit dans l’Iran islamique. Ce resserrement des libertés faisait boule de neige, a t-il ajouté. Il augmentait constamment.

L’ex-fonctionnaire responsable de la presse iranienne a déclaré que sous l’approche ultra conservatrice, les iraniens étaient en général divisés en deux groupes : « ceux qui sont avec nous et ceux qui sont contre nous ». « ils ont menés de fausses poursuites judiciaires contre tous [ceux qui s’exprimaient en dehors de la ligne directrice »> excepté pour les leurs », a dit Saharkhiz.

« La vieille faction est de retour aujourd’hui », dit-il, ajoutant que sous la pression internationale elle n’avait pas pu mettre en vigueur toutes ses politiques répressives. « Mais si la pression venait à décroître, nos les verront déchirer littéralement nos écrivains et nos artistes et les activistes culturelles et les faire disparaître. »

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous