IranDroits de l'hommeIran : Le meurtrier des évêques chrétiens nommé à...

Iran : Le meurtrier des évêques chrétiens nommé à un poste gouvernemental

-

Iran Focus, Téhéran, 22 novembre – Iran Focus a appris qu’un ancien haut responsable de la redoutable police secrète iranienne, le ministère des Renseignements et de la Sécurité, qui a personnellement manigancé les meurtres de deux évêques chrétiens et d’un prêtre en Iran dans les années 1990, a été nommé au poste de directeur général du ministère de l’Intérieur du pays.

Mahmoud Saïdi, qui dirigeait autrefois le département du ministère des Renseignements et de la Sécurité dans la province d’Ispahan, a été destitué de son poste en 1999 à cause de la pression croissante sur le gouvernement iranien. Il était en effet devenu clair que ses agents avaient commis l’assassinat violent de trois personnalités de l’Église anglicane en Iran.

Téhéran avait d’abord rejeté la responsabilité des meurtres de 1994 sur le groupe d’opposition des Moudjahidin-e Khalq (MeK) et avait fait venir plusieurs anciens membres de ce groupe à la télévision pour qu’ils témoignent de la responsabilité de celui-ci dans les assassinats.

Mais à la suite des « meurtres en série » de dissidents et d’intellectuels en Iran en 1997, qui pour la première fois avait levé le voile sur la responsabilité du ministère des Renseignements dans un grand nombre d’assassinats, le journaliste Akbar Gandji a divulgué les noms des meurtriers, révélant qu’il s’agissait d’une « mission interne » répondant aux ordres du ministre adjoint des Renseignements, Saïd Emami, et menée par une équipe agissant sous le commandement de Mahmoud Saïdi.

Gandji, qui était un haut officier des gardiens de le Révolution avant de devenir journaliste d’enquêts et dissident, purge actuellement une peine de six années de prison en raison de ses articles dénonciateurs.

Plus tard, des hauts responsables de l’administration Khatami ont reconnu que les meurtres des évêques Haik Hovsepian Mehr et Tateos Michaelian et du révérend Mehdi Dibaj étaient des meurtres politiques perpétrés par le ministère des Renseignements et de la Sécurité afin de nuire à l’image du groupe d’opposition iranien.

Comme beaucoup d’agents du ministère, Saïdi a quitté la police secrète pour le Département Spécial de la Sécurité du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei. Son chef sous le mandat de Khamenei était l’hodjatoleslam Mostafa Pour-Mohammadi, un religieux chiite, lui-même vice-ministre des Renseignements et de la Sécurité pendant 13 ans de la fin des années 80 aux années 90.

Pour-Mohammadi est devenu ministre de l’Intérieur dans le cabinet radical du Président Mahmoud Ahmadinejad. Il a été accusé d’avoir remplacé des responsables du ministère de l’Intérieur par d’anciens collègues de la police secrète, créant ainsi un nouvel appareil de sécurité.

Pour-Mohammadi a également nommé Goudarzi, ancien directeur adjoint du ministère des Renseignements et de la Sécurité à Ispahan, directeur de la Sécurité au ministère de l’Intérieur. Le pseudonyme de Goudarzi dans les services secrets était Chahab.

7,062FansLike
1,173FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du scandale de Qatargate. Le scandale de corruption de Qatargate, pour...

L’éventuelle inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes effraie le régime iranien

Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à des pressions supplémentaires sur le régime iranien, notamment la...

Comment la censure d’Internet nuit à l’économie iranienne

Alors qu'au cours des quatre derniers mois, l'accès à Internet en Iran a été coupé ou sévèrement limité, le...

Le régime iranien cache les violations des droits humains dans ses prisons

Après plus de quatre mois de soulèvements nationaux en Iran, la brutalité de l'appareil sécuritaire et judiciaire du régime...

Les démissions et les renvois signalent le désespoir de Téhéran face aux manifestations

Mercredi 22 décembre, le ministre de l'Intérieur du régime iranien, Ahmad Vahidi, a annoncé que Mohammad-Tayyeb Sahraei avait été...

Les disparitions forcées, outil du régime iranien pour répandre la terreur

L'Iran est un pays gouverné par le régime autoritaire des mollahs. Il souffre de décennies de violations des droits...

Doit lire

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du...

Iran : Un régime effondré et ses forces démoralisées

Il ne fait aucun doute que le régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous