IranDroits de l'hommeTéhéran fait la chasse aux hommes "mal coiffés"

Téhéran fait la chasse aux hommes « mal coiffés »

-

Le Figaro, 25 août – Par Delphine Minoui – Une vingtaine de salons de coiffure, dont les coupes sont jugées trop occidentales, ont été fermés par la police.

Après sa chasse aux « mal voilées » de l’été, la police iranienne s’attaque aux « mal coiffés ». La semaine passée, une vingtaine de salons de coiffure, pour femmes et pour hommes, ont dû mettre la clef sous la porte. Raison avancée par la police, après inspection de plus de 700 salons : des coupes de cheveux jugées trop occidentales, l’épilation des sourcils, et la mode des tatouages… « Ces salons ont agi contre les règles en vigueur », précise le général Mohammad Ali Nadjafi, en charge du contrôle des commerces au sein de la police, dans une interview avec l’agence de presse iranienne Fars. Il y a un mois, ces mêmes salons avaient été menacés de voir leur licence retirée s’ils ne se pliaient pas à ces règles.

Ce nouveau tour de vis du régime s’inscrit dans la vague de répression qui sévit depuis quelques mois en Iran. Arrestation d’intellectuels, opposants intimidés, descente de police dans des soirées privées… Comme chaque été, la police s’en prend aussi aux jeunes femmes espiègles de la capitale, friandes de maquillage à outrance et de mèches rebelles qui débordent du foulard. Cette année, pourtant, les interpellations ont été largement plus nombreuses et sévères. C’est la première fois, également, que cette chasse aux « valeurs occidentales » vise les hommes, jusqu’ici épargnés.

La « vague » Ahmadinejad

Ces derniers ont toujours semblé, en apparence, moins touchés que leurs consoeurs du « second sexe » par les restrictions imposées, il y a 28 ans, à l’arrivée des religieux au pouvoir. Au regard de la loi islamique, la femme ne vaut que la moitié d’un homme. Les Iraniennes sont interdites d’accès à certains métiers. Elles doivent se couvrir dès qu’elles sortent dans la rue. Mais les Iraniens, eux aussi, ont pâti, à leur façon, des nouvelles règles vestimentaires. Dès 1979, les puritains de l’islam cherchent à imposer le look « épuré » : chemise sans col et à manches longues, savates en plastique, barbe de plusieurs jours. Quant aux cravates, perçues comme un signe d’occidentalisation, elles doivent rester au placard. Les shorts sont, eux aussi, proscrits en public.

Deux décennies plus tard, l’élection d’un religieux éclairé, Mohammad Khatami, turban noir et chaussures à l’italienne, leur permit, comme aux femmes, de s’accorder certaines libertés : blue-jeans délavés, t-shirts moulants, lunettes de soleil à la Ray Ban, lentilles de couleur et beaucoup de parfum. Dans les rues de la capitale, les Iraniens les plus branchés s’amusent alors à varier les coupes de cheveux, en fonction des mouvements de mode, discrètement insufflés via la parabole interdite : queue-de-cheval à la latin lover, coupes à l’Iroquois, reflets auburn. Dans les salons de beauté pour hommes, la pratique des cheveux parfaitement « brushés » et du nettoyage des sourcils se généralise.

De quoi agacer aujourd’hui les défenseurs d’un islam pur et dur, qui gravitent dans l’entourage du nouveau président Ahmadinejad, élu en juin 2005. Défi indirect à la jeunesse occidentalisée, cet ancien gardien de la révolution avait d’ailleurs mis un point d’honneur à se faire photographier, pendant la campagne électorale, dans l’uniforme orange des éboueurs de rue. Depuis sa prise de pouvoir, il a même lancé la mode du « veston Ahmadinejad », petit blouson de couleur crème, porté avec un pantalon sans forme. On murmure même qu’il aurait fait retirer certains lustres du palais présidentiel pour revendiquer sa simplicité. Et donner l’exemple à ceux qui se détourneraient du bon chemin, en tournant les yeux vers la mode occidentale.

Difficile, pourtant, de convaincre les fashion victims de la capitale du bienfait de la nouvelle vague « Ahmadinejad ». À l’instar des Iraniennes, ils ont appris à faire de la mode un instrument de résistance qu’ils ne sont pas prêts à abandonner.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous