IranDroits de l'hommeAhmadinejad déclenche la controverse à New York

Ahmadinejad déclenche la controverse à New York

-

Le Figaro, 24 septembre – Par Alain Barluet – « La bombe atomique ne sert à rien » a affirmé le président iranien, qui doit prendre la parole aujourd’hui devant la prestigieuse université Columbia.

Faut-il le laisser parler ? La visite de Mahmoud Ahmadinejad à l’université Columbia a déclenché une vive polémique sur l’opportunité d’offrir une tribune aussi prestigieuse à un personnage coutumier des déclarations provocantes. Il est attendu aujourd’hui à la célèbre faculté new-yorkaise pour y faire une conférence et répondre aux questions des étudiants. Plusieurs manifestations d’opposants sont prévues à proximité du campus, au nord-ouest de Manhattan, qui sera bouclé par les forces de l’ordre.

Arrivé hier à New York, le président iranien doit prononcer demain un second discours, devant les Nations unies cette fois, dans un contexte appesanti par la crise nucléaire. Sa visite à New York, la troisième depuis son élection en 2005, sentait d’emblée le soufre. Le président iranien avait d’abord exprimé son souhait d’aller déposer une couronne à Ground Zero, le site des tours jumelles détruites par les attentats terroristes du 11 septembre 2001. Le projet a choqué les New-Yorkais et la police lui a finalement refusé l’accès du site « pour des raisons de sécurité ». « Je peux comprendre que l’on ne veuille pas que quelqu’un qui dirige un pays parrainant le terrorisme se rende à cet endroit », a commenté George W. Bush, la semaine dernière, approuvé par l’ensemble des candidats démocrates à la course présidentielle.

« NOUS AURIONS MEME INVITE HITLER »

« En quoi est-ce insultant ? », leur a répliqué le président iranien, sur CBS, en se déclarant surpris de la tempête soulevée. Le visa que les États-Unis sont tenus d’octroyer aux représentants des pays participant à l’Assemblée générale de l’ONU leur permet de se déplacer dans un rayon de 40 kilomètres autour du siège de l’organisation. Dans le passé, des dirigeants comme Castro ou Chavez ont utilisé cette disposition pour faire des apparitions médiatiques dans les quartiers défavorisés de New York.

Cette fois, les contacts noués entre un professeur de Columbia et la mission iranienne à l’ONU ont abouti à la délivrance d’une invitation en bonne et due forme à Ahmadinejad. Le tollé a été immédiat. Des figures politiques et des groupes de Juifs militants sont montés au créneau. « Ahmadinejad nie la Shoah et il est ici pour donner une dimension mondiale à ses attaques au vitriol », s’est émue une élue démocrate au conseil municipal de New York, Christine Quinn. « C’est une perversion de la liberté d’expression », a dénoncé le rabbin Avi Weiss, président de la Coalition of Jewish Concerns.

Des voix officielles, et non des moindres, ont été plus mesurées. « C’est un pays libre. Nous aurions aimé que cela soit aussi le cas en Iran », a déclaré une porte-parole de la Maison-Blanche. « Une université a le droit d’inviter qui bon lui semble », a observé Michael Bloomberg, le maire de New York, en précisant que pour sa part, il n’irait pas à Columbia.

Le président de l’université a résisté aux pressions pour annuler l’invitation. « La foi en la liberté reste l’arme la plus puissante de notre pays contre les régimes répressifs », a estimé Lee Bollinger. « Si Hitler était venu à New York dans les années trente, nous l’aurions invité », a-t-il même déclaré. Mais les commentaires vont sans doute se concentrer aujourd’hui sur les déclarations du président iranien, hier soir sur CBS. Ahmadinejad a déclaré que l’Iran ne s’acheminait pas vers une guerre avec les États-Unis, et a nié l’utilité de l’arme nucléaire. « Dans les relations internationales, elle ne sert à rien », a affirmé le président iranien.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous