IranDroits de l'hommeIran: plus de 50% des candidatures de réformateurs rejetées...

Iran: plus de 50% des candidatures de réformateurs rejetées (porte-parole)

-

AFP, Téhéran, 23 janvier – Plus de 50% des candidats réformateurs aux élections législatives du 14 mars prochain ont été rejetés par les organes chargés de filtrer les candidatures, a déclaré à l’AFP Abdollah Nasseri, le porte-parole de la Coalition des réformateurs.

« Dans certaines provinces, plus de 70% de nos candidats sont rejetés et dans d’autres 30 à 35%. Mais on peut dire que plus de 50% de nos candidats ont été rejetés dans l’ensemble du pays », a déclaré M. Nasseri.

La coalition des réformateurs, créée sous la supervision de l’ancien président Mohammad Khatami, regroupe 21 partis et formations politiques.

« Pratiquement tous les candidats du Front de la participation et de l’Organisation des moudjahédines de la révolution islamique (OMRI) ont été rejetés », a ajouté M. Nasseri.

Le Front avait été crée par les amis politique de Mohammad Khatami après son élection en 1997 et l’OMRI avait joué un rôle de premier plan sous la présidence de ce dernier.

M. Nasseri a toutefois ajouté que certains candidats réformateurs pourraient être repêchés en seconde instance.

Les comités exécutifs, liés au ministère de l’Intérieur et chargés de passer au crible les dossiers de quelque 7.168 candidats inscrits, ont achevé leur travail lundi.

Les comités ont commencé à communiquer leurs conclusions aux intéressés, ainsi qu’à une autre instance, les commissions de surveillance des élections, qui dépendent du Conseil des gardiens de la Constitution, un organe contrôlé par les conservateurs et chargé de superviser les élections.

C’est lui qui a le dernier mot sur la validité des candidatures. Il en avait rejeté plus de 2.000 sur 8.172 inscrits lors des législatives de 2004, dont de nombreux réformateurs, ce qui avait permis la victoire des conservateurs.

Selon la loi, les candidats rejetés par les comités exécutifs ont quatre jours pour faire appel auprès des commissions de surveillance des élections. Si ces dernières confirment l’avis des comités exécutifs, les candidats rejetés peuvent demander l’avis du Conseil des gardiens, qui a vingt jours pour répondre.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous