IranDroits de l'hommeWashington demande une enquête sur le suicide d'un étudiant...

Washington demande une enquête sur le suicide d’un étudiant iranien

-

Le Monde, 24 janvier – Le porte-parole du département d’Etat américain a appelé, mercredi 23 janvier, l’Iran à conduire une « enquête approfondie » sur la mort en prison, le 15 janvier à Sanandaj, d’un étudiant kurde, Ebrahim Lotfollahi, arrêté neuf jours plus tôt, sans raison précise. Le gouvernement iranien affirme qu’il s’agit d’un « suicide ».

Le communiqué du département d’Etat accuse le régime iranien de « continuer à priver ses citoyens de perspectives d’avenir sans peur, sans mauvais traitements, sans arrestations arbitraires ». Il fait également référence à trois enseignants de religion bahaïe détenus à Chiraz ainsi qu’à trois étudiants de l’université Amir Kabir à Téhéran que « les autorités pénitentiaires refusent de libérer malgré la décision d’un juge en décembre ».

Le Prix Nobel de la paix Shirin Ebadi a aussi demandé une enquête, mercredi, sur la mort de M. Lotfollahi. Sa famille, qui a réclamé en vain une autopsie, réfute la thèse du suicide. A l’approche des élections législatives du 14 mars, dans un climat politique exacerbé par les luttes entre réformateurs et conservateurs au pouvoir, une vague d’arrestations a touché opposants, militantes féministes et étudiants contestataires. Cinquante sont incarcérés, parfois sans explications.

Dans un récent rapport, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) dénonce cet état de fait et cite le cas de deux militantes féministes kurdes, Ronak Safardazeh et Hanna Abdi, emprisonnées depuis septembre 2007 pour avoir pris part à la campagne « Un million de signatures » pour faire avancer la condition des femmes en Iran.

La FIDH attire aussi l’attention sur le suicide suspect d’une femme médecin, Zhara Bani-Ameri, arrêtée pour « relations illégales » avec son fiancé. Elle se serait pendue en prison à Hamadan le 13 octobre 2007. Son frère lui avait parlé « normalement » trente minutes plus tôt au téléphone.

Au cours d’un échange de vues inhabituel avec les députés du Parlement européen, mercredi à Bruxelles, le négociateur iranien sur le nucléaire, Saïd Jalili, a été interpellé sur la pratique des lapidations et celle des pendaisons publiques en Iran. M. Jalili a répondu de manière abstraite sur la nécessité de « respecter les différentes cultures ».

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous