IranDroits de l'hommeIran: deux hommes exécutés par lapidation (journal)

Iran: deux hommes exécutés par lapidation (journal)

-

AFP, 11 janvier 2009 – Deux hommes ont été exécutés par lapidation et un troisième a réchappé à cette peine dans le nord-est de l’Iran fin décembre dernier, a rapporté dimanche le quotidien Etemad Melli citant des militants des droits de l’homme.

"Trois hommes ont été lapidés pour adultère, au cimetière Behesht Reza de (la ville de) Mashhad", au cours de la première semaine (21 au 26 décembre) du mois iranien de Day, a dit le journal en citant un communiqué "d’avocats et de défenseurs des droits des femmes".

"L’un d’eux, un citoyen afghan appelé Mahmoud, a pu se sauver du trou (creusé) pour la lapidation tout en étant grièvement blessé, mais les deux autres sont morts", a poursuivi Etemad Melli, identifiant un des deux condamnés sous le nom de Houshang Kh.

Les autorités n’ont pas commenté l’information. Le chef du pouvoir judiciaire, l’ayatollah Mahmoud Hachémi Shahroudi, avait émis en 2002 un décret suspendant l’application des peines de lapidation.

Selon la loi islamique en vigueur en Iran, l’adultère est punissable de lapidation. Le condamné est placé dans un trou et enterré jusqu’à la taille s’il est un homme et jusqu’au cou s’il est une femme. Il a la vie est s’il arrive à en sortir. Les pierres utilisées ne doivent être ni trop petites, ni trop grosses.

Le communiqué a exprimé sa "préoccupation devant l’application de la peine de lapidation contrairement à l’ordre de l’ayatollah Shahroudi".

Le grand quotidien de la région de Mashhad, Khorasan, avait rapporté le 1er janvier l’exécution d’un dénommé Houshang Kh., mais par pendaison, en mentionnant son appartenance à la foi bahaïe, qui n’est pas reconnue en Iran.

Le décret de l’ayatollah Shahroudi n’a pas toujours été respecté, comme en juillet 2007, où un homme, Jafar Kiani, reconnu coupable d’adultère, a été lapidé.

Actuellement, huit femmes et deux hommes font l’objet d’une condamnation à la lapidation, selon le communiqué cité par Etemad Melli, qui précise que quatre femmes condamnées à la même peine l’ont vue commuée en peines de prison et coups de fouet.

Un groupe d’avocats iraniens, incluant la défenseur des droits des femmes Shadi Sadr, mène campagne depuis des années pour exclure la lapidation du code pénal.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous