IranDroits de l'hommeUne conférence à Paris souligne les violations des droits...

Une conférence à Paris souligne les violations des droits des femmes en Iran

-

Iran Focus, Paris, 27 février – Une conférence internationale intitulée « Unies contre l’intégrisme, pour l’égalité », s’est déroulée à Paris les 25 et 26 février, à l’initiative de plusieurs organisations des droits des femmes pour discuter de la menace que pose l’intégrisme aux droits et aux statuts des femmes.

Plus d’un millier de personnalités politiques, de défense des droits humains et de militantes du mouvement pour l’égalité venant d’Europe, des Etats-Unis, d’Afrique et du Moyen-Orient y ont participé. La Fédération internationale des femmes contre l’intégrisme et pour l’égalité, l’Association nationale des organisations des femmes en Grande-Bretagne, le mouvement de la paix, la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (section française), l’Union européenne féminine, l’Organisation grecque des femmes pour une nouvelle Europe, le Collectif de solidarité aux mères des enfants enlevés, l’Association des amis du bus des femmes, Collectif respect, et plusieurs autres organisations et associations françaises et européennes ont parrainé cet événement.

Sept parlementaires britanniques, Lady Herman, Chris McCafferty, Jane Griffiths, Julia Drown, Baroness Gould of Potternewton, Sandra Gildley et Valery Davey se trouvent également parmi les sponsors.

Maryam Radjavi, la présidente élue de la résistance iranienne, était la principale oratrice de colloque. Elle a souligné que « les mollahs de Téhéran et ceux qui ont des intérêts dans le statut quo veulent nous faire croire que tout changement sérieux nécessite une guerre étrangère, et que la seule alternative à la guerre est la complaisance avec les mollahs. Mais la résistance iranienne pense que face à « la complaisance ou la guerre », il y a une troisième option, qui représente un véritable changement : le changement par le biais du peuple iranien et de sa résistance ».

Elle a ajouté que « la défaite sans appel de l’intégrisme islamique ne sera possible que par la force d’avant-garde que représentent les femmes. C’est pour cela que nous soulignons la nécessité d’une participation active et à part égale des femmes à la direction politique. »

Soulignant que les droits des femmes sont universels, Mme Radjavi a noté : « Nul ne peut sous prétexte religieux, culturel ou autre, porter atteinte aux droits des femmes et violer leur intégrité. »

Elle a ajouté que « depuis qu’ils sont au pouvoir, les mollahs n’ont pas renoncé d’un pouce aux discriminations et à l’oppression des femmes. Au contraire ils ont renforcé leurs lois misogynes, les ont multipliés et en ont étendu la portée. En fait l’oppression et la discrimination contre les femmes sont la base des relations sociales et de toutes les lois de ce régime. »

Le Conseil national de la Résistance iranienne, une coalition de plusieurs groupes d’opposition iraniens, a élu Maryam Radjavi à la présidence par intérim de l’Iran durant la période de transition après la chute de la théocratie actuelle.

Elizabeth Sydney, présidente de la Fédération internationale des femmes contre l’intégrisme et pour l’égalité, Françoise Héritier, anthropologue et professeur honoraire au Collège de France, Meili Faille, députée canadienne, et Emely James, écrivain et militante contre le trafic humain des femmes et des enfants, sont également intervenues durant le colloque.

C’est Maria Farantouri, chanteuse emblématique de Mikis Theodorakis, qui a clos la première journée par un concert qui a enthousiasmé l’assistance. En marge de cet événement, on pouvait également visiter une exposition sur la situation des femmes en Iran.

La deuxième journée de travail a été consacrée à des ateliers et tables rondes sur l’intégrisme et la Fédération internationale des femmes contre l’intégrisme, qui ont connu un vif succès auprès d’une assistance multinationale très motivée.

Un programme culturel avec des artistes venues de plusieurs pays et un concert de Néna Venetsanou, la grande chanteuse athénienne a clôturé les travaux.

Par ailleurs, jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution condamnant les violations des droits de l’homme en Iran. Elle appelle l’UE à présenter une résolution séparée condamnant l’Iran aux Nations Unies. Elle demande aussi la nomination d’un représentant spécial pour surveiller la situation des droits de l’homme en Iran.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous