IranDroits de l'hommeLa convention sur l'Iran à Bruxelles appelle à soutenir...

La convention sur l’Iran à Bruxelles appelle à soutenir la « Troisième Voie »

-

Iran Focus, Bruxelles, 25 avril – 2000 délégués des communautés iraniennes de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg, ont tenu aujourd’hui leur première convention à Bruxelles.

Cette convention rejette la politique de complaisance avec le régime de Téhéran, tout comme une intervention militaire étrangère en Iran. Elle apporte son soutien à la Troisième Voie présentée par Mme Maryam Radjavi, présidente de la République élue du Conseil national de la Résistance iranienne, qui s’appuie sur un changement démocratique par le peuple iranien et sa résistance.

La convention condamne fermement les restrictions imposées aux réfugiés iraniens et demande à ce qu’on leur accorde les facilités nécessaires.

Les participants ont appelé au retrait immédiat de l’étiquette de terroriste collée à l’organisation des Modjahedines du peuple d’Iran (OMPI), la principale force d’opposition, la qualifiant d’obstacle sérieux au changement démocratique en Iran.

Un grand nombre de députés européens et de parlementaires de plusieurs pays, notamment des deux Chambres du parlement belge, issus de divers partis, ont pris la parole. Parmi les orateurs, on notera pour la Belgique Herman van Rompuy, député et ancien vice-premier ministre, le sénateur Pierre Galand, vice-président de la commission des affaires étrangères du sénat, Jean-Pierre Malmendier, député et le sénateur Patrik Vankrunkelsven ; pour le Parlement européen, Edward MacMillan-Scott (Grande-Bretagne), vice-président du PE, Paulo Casaca (Portugal), président de la délégation du parlement européen à l’assemblée parlementaire de l’OTAN, Eric Meijer (Pays-Bas), André Brie (Allemagne), Laima Andrikiene (Lituanie) de la commission des affaires étrangères et des droits de l’homme, Vytautas Landsbergis, ancien président de la République de Lithuanie, Ryszard Czarnecki (Pologne) de la commission des affaires étrangères et ancien ministre de l’intégration européenne, Piia-Noora Kauppi (Finlande) de la commission des femmes ; et des personnalités comme Mahfoudh Romdhani, membre socialiste du parlement bruxellois depuis 1995, le Pr. Eric David, président du centre de droit international de l’Université libre de Bruxelles et président de la commission consultative de la loi humanitaire internationale de la Croix-Rouge belge.

Tout en soutenant la Troisième Voie de Mme Radjavi présentée au Parlement européen en décembre dernier, ils ont rappelé qu’avec la menace grandissante de l’acquisition par les mollahs de l’arme atomique et l’aggravation des violations des droits de l’homme en Iran, il est temps d’adopter une politique de fermeté vis-à-vis du régime des mollahs. Une politique favorisant un changement démocratique en soutenant le peuple iranien et sa résistance. Ils ont souligné que la présence de l’OMPI sur la liste du terrorisme constituait un obstacle important au changement en Iran.

Mme Maryam Radjavi, présidente de la République élue du Conseil national de la Résistance iranienne, s’est adressée en direct à la convention par un canal vidéo satellite. La complaisance avec les mollahs, a-t-elle déclaré, et le silence face aux violations des droits de l’homme élémentaires du peuple iranien, tout comme le silence face à la répression des émeutes et du massacre de la population qui s’est révoltée, vont à l’encontre de tous les principes démocratiques. Il faut briser ce silence. Pour nous, a-t-elle ajouté, la démocratie est notre objectif, notre cause et guide nos pas. Sans démocratie en Iran, il n’y aura ni paix, ni stabilité, ni tranquillité dans cette région. La démocratie en Ian permettra la prospérité du peuple et le véritable développement du pays. Elle est la clé de la paix et de la tranquillité de cette région du monde.

Mme Radjavi a qualifié d’illégitime l’ensemble de la mascarade électorale présidentielle du régime des mollahs, ajoutant qu’elle sera unanimement boycottée par le peuple iranien. « Cette mascarade, a-t-elle précisé, n’est ni libre ni juste et celui que l’on annoncera finalement comme président de la république ne sera jamais reconnu comme élu par un vote populaire. C’est pourquoi j’attends de la communauté internationale qu’elle annonce l’illégitimité de cette mascarade électorale et qu’elle empêche les mollahs d’utiliser cette mise en scène. Un régime qui massacre sans pitié la population dans les rues du Khouzistan n’a pas la moindre compétence pour organiser des élections. »

Saad Abdollah Al-Jabouri, ancien gouverneur de la province de Diyala en Irak, a lu le texte de la déclaration signée par 2,8 millions d’Irakiens condamnant l’ingérence du régime des mollahs en Irak et soutenant la résistance de l’OMPI. Les représentants des communautés iraniennes résidant aux Pays-Bas, en Belgique et au Luxembourg brandissaient des drapeaux iraniens frappés aux armes du Lion et du Soleil, ainsi que des portraits des dirigeants de la résistance en faveur desquels ils lançaient des slogans. Ils ont également soutenu la révolte de la population du Khouzistan contre la dictature religieuse et ont vivement condamné la répression menée dans cette région. Tout en fustigeant le silence de l’Union européenne face à cette répression, alors qu’il s’agit de la quatrième révolte populaire de ces deux derniers mois en Iran, ils ont estimé qu’elle démontrait la volonté unanime du peuple iranien de changer de régime dans sa totalité.

La convention a rappelé que les droits des réfugiés devaient être respectés en tant que principes sacrés et qu’il ne fallait pas permettre que les droits des réfugiés et des demandeurs d’asile iraniens qui ont fui la dictature religieuse et terroriste des mollahs en signe d’opposition, fassent l’objet de marchandages et de compromis à cause de considérations politiques et économiques avec le régime des mollahs.

7,062FansLike
1,156FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous