IranIran (actualité)L’Iran inquiet d’un possible changement de politique de l’UE

L’Iran inquiet d’un possible changement de politique de l’UE

-

Iran Focus, Bruxelles, 7 juillet – les autorités iraniennes sont de plus en plus préoccupées par un éventuel changement dans la politique de l’UE vis-à-vis de la théocratie après la consolidation du pouvoir par la faction ultra conservatrice dirigée par le guide suprême Ali Khameneï.

Jusqu’à présent la ligne officielle avancée par le chef de la diplomatie européenne Javier Solana et d’autres déclarations des chancelleries européennes optaient pour une approche attentiste après l’arrivée à la présidence de Mahmoud Ahmadinejad.

Cependant des signes indiquent une pression croissante au sein de l’UE pour un changement de politique vis-à-vis de l’Iran.

La semaine dernière, le Premier ministre italien Silvio Berlusconi et deux ministres italiens ont vivement critiqué la tournure des événements en Iran, poussant le président ultra du Parlement Gholam-Ali Haddad Adel, un allié de premier plan de Khamenei, à annuler sa visite officielle à Rome. La presse italienne avait cité un ministre disant du président de l’Iran : « Ahmadinejad est un mauvais homme issu d’un mauvais régime ».

Le commissaire européen italien, Franco Frattini, avait déclaré dans une interview à La Repubblica : « L’Union européenne pourrait aller jusqu’à rompre ses relations avec l’Iran, si le nouveau président donne des réponses négatives [sur le dossier nucléaire »> ». Il a estimé qu’Ahmadinejad affichait une position « dure » sur la question du nucléaire.

Le Premier ministre britannique Tony Blair, a également mis en garde Ahmadinejad dans une conférence de presse de ne pas croire que la communauté internationale pourrait assouplir sa position sur le dossier atomique.

« Ce serait une grave erreur s’il [Ahmadinejad »> pensait que nous allons avoir une attitude plus souple à ce sujet », a ajouté Tony Blair « parce que ce n’est pas le cas ».

Les signes ont été assez forts pour inquiéter le ministère des affaires étrangères iranien. Son porte-Parole Hamid-Reza Assefi a fait allusion à un changement possible dans la politique de l’UE durant une séance de la commission des affaires étrangère et de la sécurité nationale au parlement.

Le quotidien téhéranais Chargh, dirigé par un allié de l’ancien président Rafsandjani, écrivait hier que « Assefi a déclaré à des députés lors d’une réunion au Majlis que les perspectives européennes se détérioraient vis-à-vis de l’Iran. »

Les députés ont également attaqué Haddad Adel pour son voyage la semaine passée à Bruxelles, se plaignant du fait que le gouvernement belge ait fait preuve d’un grand mépris pour la République islamique et le nouveau président, selon l’agence de presse ISNA. Un député, s’en prenant vivement au président du parlement, a dit que la presse belge avait ridiculisé la délégation iranienne officielle qu’il conduisait.

« Avec la montée au pouvoir de la faction ultra en Iran, les Européens seront sous une pression croissante pour changer leur politique », estime Simon Bailey du Gulf Intelligence Monitor dans une interview téléphonique. « Les perspectives d’un succès dans les négociations de septembre ne semblent pas très encourageante.»

L’Iran a accusé les gouvernements européens de préparer le terrain pour faire porter à Téhéran la responsabilité de la rupture des négociations dans quelques temps. Les diplomates européens au fait des progrès des négociations nucléaires avec l’Iran ont dit en privé aux journalistes que les négociations sur le programme d’armes nucléaire de l’Iran pourraient aller vers une confrontation en automne.

Par ailleurs, deux quotidiens « ultra » influents ont écrit hier que le secrétaire du conseil suprême de sécurité national (CSSN) et négociateur en chef nucléaire Hassan Rohani, seraient remplacé par un général des gardiens de la révolution proche du guide suprême.

7,062FansLike
1,168FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous