IranIran (actualité)Iran : Ahmadinejad maintient ses propos

Iran : Ahmadinejad maintient ses propos

-

Nouvelobs.com, Paris, 28 octobre – Le président iranien récuse la vague d’indignation que son appel à « rayer Israël de la carte » a suscité. « Leurs paroles n’ont aucune validité ».

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a maintenu vendredi 28 octobre ses propos appelant à « rayer Israël de la carte » et récusé la vague d’indignation qu’ils ont suscitée en Occident, affirmant que ses déclarations étaient « correctes et justes ».

« Ils sont libres de parler mais leurs paroles n’ont aucune validité. Il est évident que si un mot est correct et juste il va provoquer une réaction », a dit le président Ahmadinejad, cité par l’agence officielle Irna.

« Mes mots sont les mots exacts du peuple iranien », a-t-il affirmé.
Irna a indiqué que Mahmoud Ahmadinejad a ensuite critiqué « le sionisme international et la politique expansionniste de l’arrogance mondiale », termes qui désignent habituellement les Etats-Unis et Israël.

« Ce sont des êtres effrontés, et ils pensent que le monde entier devrait leur obéir », a dit le président iranien. « Ils détruisent des familles palestiniennes et s’attendent à ce que personne ne s’oppose à eux ».

Condamnation européenne

Les dirigeants de l’Union européenne ont condamné jeudi « de la manière la plus ferme » ces propos, tandis que Moscou les jugeait « inacceptables ».

« Les dirigeants de l’UE réunis aujourd’hui (jeudi) à Hampton Court condamnent de la manière la plus ferme les commentaires attribués au président iranien Ahmadinejad au sujet de l’Etat d’Israël », peut-on lire dans une déclaration faite par la présidence semestrielle britannique au nom de tous les pays membres.

« Les appels à la violence et à la destruction de quelque Etat que ce soit sont manifestement en contradiction avec l’affirmation que l’on est un membre mûr et responsable de la communauté internationale », poursuit le communiqué.

Le président iranien a appelé mercredi à Téhéran à ce qu’Israël soit « rayé de la carte ».

« De tels commentaires vont soulever des inquiétudes sur le rôle de l’Iran dans la région et ses intentions futures », ont affirmé les 25 dans leur communiqué.

Ambassadeurs convoqués

Les propos du président iranien, tenus en pleine crispation sur le dossier du nucléaire iranien, ont aussitôt suscité de vives condamnations occidentales. Les Etats-Unis, notamment, y ont vu la confirmation que les Iraniens cherchaient à se doter de l’arme nucléaire.

A Londres, le chargé d’affaires iranien a été convoqué au ministère des Affaires étrangères.

Le Foreign Office a qualifié de « profondément inquiétants et écœurants » les propos de Mahmoud Ahmadinejad.

La France a également convoqué l’ambassadeur d’Iran « pour obtenir des explications ».

« Le fait que ces commentaires ont été faits le même jour qu’a été perpétré un attentat horrible contre des civils israéliens renforce la leçon que l’incitation à la violence, et le terrorisme qu’elle nourrit, sont des actes méprisables et inacceptables », ont fait valoir de leur côté les 25.

La Russie condamne

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a lui aussi condamné la déclaration « inacceptable » du président iranien, estimant qu’elle fournissait un « argument supplémentaire » pour le renvoi du dossier nucléaire iranien devant le Conseil de sécurité de l’Onu.

« Ce que j’ai vu à la télévision (de la déclaration du président iranien) est inacceptable », a déclaré Sergueï Lavrov à son arrivée en Jordanie, selon des propos rapportés par l’agence Ria Novosti.

« Je ne peux pas ne pas reconnaître que ceux qui insistent sur le renvoi du dossier nucléaire iranien au Conseil de sécurité de l’Onu bénéficient d’un argument supplémentaire », a ajouté le ministre russe des Affaires étrangères en précisant que l’ambassadeur iranien à Moscou avait été convoqué par son ministère.

Place à l’ONU

Le Premier ministre israélien Ariel Sharon a déclaré jeudi que, selon lui, l’Iran n’avait pas sa place au sein de l’Onu, après l’appel à l’éradication de l’Etat hébreu lancé par Mahmoud Ahmadinejad. « Un Etat qui appelle à l’extermination d’un autre peuple ne peut être membre des Nations unies. Un tel Etat qui détient l’arme nucléaire est un danger non seulement pour Israël et le Proche-Orient mais également pour l’Europe » a déclaré Ariel Sharon, à l’issue d’une rencontre à Tel-Aviv avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, a indiqué la présidence du Conseil israélien dans un communiqué.

Shimon Peres avait dès mercredi tenu des propos sensiblement similaires. Le lauréat du prix Nobel de la paix a estimé qu’il n’y avait pas de place au sein de l’organisation internationale pour un pays réclamant l’élimination d’un autre Etat-membre.
« Je ne sais pas si cela aura une chance, mais il faut que nous le disions », a-t-il ajouté sur les ondes de la radio d’Israël.

Le porte-parole de la diplomatie israélienne Mark Regev a expliqué que l’Etat hébreu avait émis une protestation devant l’ONU suite aux déclarations de Mahmoud Ahmadinejad, mais n’avait pas encore décidé s’il allait demander officiellement l’exclusion de l’Iran.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous