IranIran (actualité)Hillary Clinton charge Dennis Ross de la conseiller sur...

Hillary Clinton charge Dennis Ross de la conseiller sur l’Iran

-

AFP, 24 février 2009 – La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a chargé Dennis Ross, fin connaisseur du Moyen-Orient et négociateur aguerri, de la conseiller sur la stratégie à adopter vis-à-vis de l’Iran, un pays avec lequel Washington cherche prudemment à ouvrir le dialogue.

La chef de la diplomatie américaine "est heureuse d’annoncer la nomination de Dennis B. Ross au poste de conseiller spécial auprès de la secrétaire d’Etat pour le Golfe et l’Asie du Sud-Ouest", a indiqué un porte-parole du département d’Etat, Robert Wood, dans un communiqué.

Publié subrepticement lundi en fin de soirée, le communiqué ne mentionne pas une seule fois l’Iran, qui est pourtant le principal objectif de cette nomination, attendue depuis plusieurs semaines.

Interrogé mardi à ce sujet, M. Wood a expliqué que l’Iran figurait dans le portefeuille de M. Ross, mais au sein d’une stratégie plus large, impliquant l’ensemble de la région, y compris l’Irak et l’Afghanistan, deux pays que Washington accuse l’Iran de déstabiliser.

"La raison pour laquelle nous n’avons pas mentionné l’Iran, c’est que ses fonctions vont englober l’ensemble de la région", a-t-il déclaré. "Ce n’est pas seulement l’Iran, c’est aussi d’autres pays dans la région, d’autres problèmes."

Mme Clinton elle-même a paru hésiter à parler de l’Iran. Interrogée à ce sujet lors d’une séance photo avec le président du Timor oriental, José Ramos-Horta, elle s’est contentée de sourire lorsqu’on lui a demandé si le véritable titre de Dennis Ross n’était pas "conseiller à l’Iran".

"Vous savez, il y tant de travail à faire", a-t-elle ajouté. "Je suis vraiment ravie d’avoir tant de gens bien pour m’aider".

Le porte-parole a tenté d’expliquer comment le département d’Etat allait concilier les attributions des trois conseillers de haut vol nommés depuis l’arrivée d’Hillary Clinton à la tête de l’administration américaine.

M. Ross, ancien négociateur au Proche-Orient de Bill Clinton, devra composer avec l’ancien sénateur George Mitchell, artisan de la paix en Irlande du Nord, aujourd’hui "émissaire spécial" pour le Proche-Orient, et le bouillant Richard Holbrooke, artisan des accords de Dayton qui mirent fin à la guerre en Bosnie-Herzégovine, "représentant spécial" pour l’Afghanistan et le Pakistan.

M. Ross "n’est pas un émissaire", a souligné M. Wood. "Il ne négociera pas. Il travaillera sur les dossiers de la région mais il ne négociera pas le processus de paix" israélo-palestinien. "Ce sera un conseiller de la secrétaire d’Etat", a-t-il ajouté.

Sa nomination comme conseiller de Mme Clinton, sous une appellation ou une autre, faisait l’objet d’intenses spéculations depuis plusieurs semaines, certains experts voyant en lui un moyen pour l’administration du président Barack Obama de rassurer Israël au moment où elle annonce son intention d’ouvrir le dialogue avec l’Iran.

Steve Clemons, expert à la New America Foundation, un centre de recherche progressiste de Washington, s’est félicité que M. Ross n’ait pas reçu le titre d’"émissaire spécial" pour l’Iran.

"Cela aurait servi de prétexte à la campagne populiste du président (iranien Mahmoud) Ahmadinejad qui se représente aux élections en juin, et cela aurait été considéré en Iran comme un signe qu’Obama n’est pas sérieux au sujet d’un changement stratégique des relations avec l’Iran", a-t-il noté sur son blog "The Washington Note".

"C’est une façon mesurée et équilibrée de le garder impliqué sans faire trop de dégâts", a-t-il ajouté.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous