IranIran (actualité)Golfe: la politique régionale de l'Iran au centre d'un...

Golfe: la politique régionale de l’Iran au centre d’un forum sur la sécurité

-

AFP:  Par William Dunlop  – La politique régionale de l’Iran a dominé un débat organisé à Bahreïn à l’occasion de la 6e édition du "Dialogue de Manama", un forum sur la sécurité dans le Golfe auquel participent notamment l’Iran, l’Irak, le Pakistan, l’Afghanistan et les Etats-Unis.

"Il y a une guerre d’idées traduites en opérations militaires en Irak, à Saada et dans le sud du Liban (…). Les indices pointent vers un soutien iranien aux différents mouvements" impliqués dans ces conflits, a déclaré Mamoun Fandy, représentant au Moyen-Orient de l’Institut international des études stratégiques (IISS).

M. Fandy, qui s’exprimait lors d’une table ronde organisée vendredi soir par la télévision satellitaire saoudienne Al-Arabiya en marge du "Dialogue de Manama", un forum que l’IISS tient chaque année à Bahreïn, évoquait les principaux points chauds au Moyen-Orient où l’influence de l’Iran est dénoncée, y compris à Saada, fief de la rébellion zaïdite, en guerre contre l’armée au Yémen.

Le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Mohammad Sabah al-Salem al-Sabah, s’en est implicitement pris à l’Iran en critiquant "ceux qui appellent à l’insurrection contre les régimes et au renversement des gouvernements".

Devant les participants au "Dialogue de Manama", Cheikh Mohammad a présenté le programme nucléaire iranien controversé comme une menace pour les monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

Intervenant dans le débat télévisé, un ancien diplomate iranien, Hamid Ridaq Dahqani, a nié toute implication de son pays dans la guerre au Yémen, dénoncée à Sanaa, affirmant qu’il était "impossible" pour l’Iran d’envoyer des armes aux rebelles zaïdites, de confession chiite.

Pour y parvenir, "les armes doivent passer par l’Arabie saoudite ou par Sanaa, ce qui est impossible", a-t-il dit.

Il a appelé à la fin du conflit au Yémen et ailleurs dans la région pour se focaliser sur le conflit du Proche-Orient. "Nous avons un ennemi commun: c’est l’entité sioniste", a-t-il dit.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki participe samedi aux débats à huis-clos du "Dialogue de Manama". Ses homologues irakien Hoshyar Zebari et du Pakistan, Makhdoum Shah Mahmoud Qureshi, figurent parmi les invités du forum au même titre que le général David Petreaus, commandant des forces américaines en Irak et en Afghanistan.

Au Yémen, "la guerre a été imposée conformément à un agenda étranger", a déclaré le directeur de l’Agence de la sécurité nationale et chef du cabinet présidentiel yéménite, le général Ali Mohammad al-Anisi, dont le pays accuse officiellement "des parties", et non le gouvernement en Iran de soutenir les rebelles zaïdites, connus aussi comme des "Houthis".

"Les capacités militaires (de ces rebelles) et leur formation montrent qu’il y a une intervention étrangère", a jugé pour sa part le ministre bahreïni des Affaires étrangères, cheikh Khaled Ben Ahmed Al-Khalifa.

"Plusieurs de nos amis et partenaires dans la région nous ont parlé de soutien étranger aux Houthis (…). Mais nous n’avons pas d’informations indépendantes", a dit le secrétaire d’Etat américain adjoint pour le affaires du Proche-Orient, Jeffrey Feltman.

"Aujourd’hui, il n’y a d’autre solution" que de poursuivre la guerre pour mettre fin au conflit armé avec les Houthis qui dure depuis 2004, a averti M. Anisi.

Ce conflit, qui a éclaté de nouveau le 11 août, s’est élargi à l’Arabie saoudite, dont l’armée est intervenue après la mort le 3 novembre d’un de ses garde-frontières tué par des rebelles yéménites infiltrés dans le royaume.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous