IranNucléaireIran: l'UE décidée à saisir le Conseil de sécurité

Iran: l’UE décidée à saisir le Conseil de sécurité

-

Radio Cananda, 20 septembre – L’Union européenne n’a pas encore convaincu l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de transférer le dossier de l’Iran au Conseil de sécurité de l’ONU. Mais un projet de résolution en ce sens circule au conseil des gouverneurs, l’exécutif de l’AIEA.

Samedi, devant l’Assemblée générale de l’ONU, le président de l’Iran, Mahmoud Ahmadinejad, a de nouveau refusé de mettre fin à la conversion d’uranium, étape préalable à la production d’électricité comme au développement d’armes nucléaires.

Il a assuré que son pays était déterminé à disposer d’un programme nucléaire civil et pacifique. Pour rassurer la communauté internationale, il a proposé à des sociétés étrangères de participer à l’enrichissement de l’uranium iranien.

Devant l’attitude de Téhéran, l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, qui négocient au nom de l’UE, ont commencé à faire circuler un texte auprès des 35 États du conseil des gouverneurs, même si le directeur de l’AIEA, Mohammed ElBaradei, exhorte plutôt les parties à reprendre les négociations.

Le projet de résolution ne recommande pas que le Conseil de sécurité applique des sanctions contre l’Iran, mais qu’il use plutôt de son poids pour convaincre Téhéran de se montrer plus coopératif et qu’il appuie l’AIEA.

Selon la secrétaire d’État américaine, Condoleezza Rice, l’entente avec Pyongyang montre que « la communauté internationale à un intérêt légitime à maintenir la bonne santé et la viabilité du programme de non-prolifération ». Washington exige que l’Iran reprenne les discussion avec l’UE.

« Cet exemple démontre que s’isoler et défier la communauté internationale ne marche pas, même si certains pays qui se font des illusions semblent croire le contraire », a ajouté le ministre britannique des Affaires étrangères, Jack Straw.

Selon la secrétaire d’État américaine, Condoleezza Rice, l’entente avec Pyongyang montre que « la communauté internationale à un intérêt légitime à maintenir la bonne santé et la viabilité du programme de non-prolifération ». Washington exige que l’Iran reprenne les discussion avec l’UE.

« Cet exemple démontre que s’isoler et défier la communauté internationale ne marche pas, même si certains pays qui se font des illusions semblent croire le contraire », a ajouté le ministre britannique des Affaires étrangères, Jack Straw.

Des opposants de taille au projet[b/ »>

La Russie, la Chine et les pays non alignés, comme l’Inde, s’opposent à la saisie du dossier par le Conseil de sécurité. Ils redoutent aussi d’éventuelles sanctions internationales, de crainte que cela n’engendre une escalade de la confrontation.

De son côté, le président Ahmadinejad a affirmé que l’Iran ne changerait pas sa position et ne craignait pas le Conseil de sécurité. Samedi, il avait dénoncé un « apartheid nucléaire » entre les États qui possèdent cette technologie et ceux qui en sont empêchés.

Il a aussi demandé à ce que l’Afrique du Sud participe désormais aux discussions menées par la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

Prendre exemple sur Pyongyang

De leur côté, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont appelé Téhéran à prendre exemple sur la Corée du Nord, qui vient de s’engager à renoncer à ses armes nucléaires.

Selon la secrétaire d’État américaine, Condoleezza Rice, l’entente avec Pyongyang montre que « la communauté internationale à un intérêt légitime à maintenir la bonne santé et la viabilité du programme de non-prolifération ». Washington exige que l’Iran reprenne les discussion avec l’UE.

« Cet exemple démontre que s’isoler et défier la communauté internationale ne marche pas, même si certains pays qui se font des illusions semblent croire le contraire », a ajouté le ministre britannique des Affaires étrangères, Jack Straw.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous