IranNucléaireL’Iran annonce qu’un recours devant le Conseil de Sécurité

L’Iran annonce qu’un recours devant le Conseil de Sécurité

-

Iran Focus, Téhéran, 2 novembre – Hier lundi, de hauts responsables iraniens chargés de la sécurité nationale et une personne de haut rang chargée de seconder le guide suprême l’ayatollah Ali Khamenei ont menacé d’accélérer la reprise de l’enrichissement d’uranium si l’Occident envoyait le dossier nucléaire iranien devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies.

“Si l’Occident veut porter le dossier nucléaire iranien devant le Conseil de Sécurité, cela ne nous posera aucun problème. Cela signifie simplement que le prix du pétrole atteindra 150 dollars, au plus grand bonheur du gouvernement [président iranien Mahmoud »> Ahmadinejad”, a déclaré Ali Laridjani, secrétaire général du Conseil suprême de sécurité nationale.

S’adressant à des étudiants à l’Université industrielle Amir Kabir de Téhéran, l’ancien général des gardiens de la révolution a balayé du revers de la main toute menace d’une saisine du Conseil de Sécurité ou toute guerre contre l’Iran menée par les Etats-Unis.

‘ »La guerre n’est pas inscrite à l’ordre du jour. Ils [les gouvernements occidentaux »> essayent de nous contraindre au suicide en nous faisant peur avec l’éventualité d’une guerre. L’Amérique ne se mettra pas de sa propre initiative la lame sur la gorge », a-t-il expliqué.

« L’Amérique n’a pas la capacité de se battre sur deux fronts », a dit Laridjani, faisant référence aux troupes américaines actuellement prises dans le bourbier irakien.

« Si actuellement les chi’ites [en Irak »> avancent de façon rationnelle c’est avec le soutien de l’Iran. Les Etats-Unis le savent, mais ils ne veulent pas accepter que l’Iran soit la puissance pacificatrice de la région « , a- t-il déclaré.

Laridjani défendait les propos tenus la semaine dernière par le président iranien, qui avait appelé à la destruction de l’Etat d’Israël. « Le président est convaincu que le régime sioniste est une dictature et nous ne le considérons pas comme étant légitime ».

Ce haut responsable était visiblement embarrassé quand un étudiant, sous l’approbation de ses collègues, lui a demandé : « A quoi bon la fierté nationale quand nous n’avons pas de pain pour vivre »
Laridjani n’a pas tenu compte du commentaire de l’étudiant, le considérant comme « non pertinent », une réponse qui n’a pas été bien digérée par une assistance composée en majorité de jeunes .

Laridjani a poursuivi disant que l’Occident voulait que l’Iran produise seulement « du ketchup et non une technologie nucléaire ».
« Nous engagerons des pourparlers avec n’importe quel pays qui reconnaîtra à l’Iran le droit de se doter de la technologie nucléaire, mais s’ils veulent négocier avec nous sur la vente de l’énergie nucléaire, ils feraient mieux de s’abstenir de tout engagement », a dit Larijani.

Laridjani s’est ensuite adressé à l’Europe et aux Etats-Unis en ces termes : « nous connaissons très bien votre propagande psychologique. Ces actions nous rendent plus déterminés à hâter le commencement de l’enrichissement [de l’uranium »> ».

Il a ensuite clamé qu’aucune preuve tangible n’existait pour accuser l’Iran de mener secrètement des travaux nucléaires. « Dès que l’Iran a été sur le point d’obtenir de l’énergie nucléaire, ils ont commencé à faire tout un raffut en disant que nous avions tout dissimulé.

Cependant, l’Agence [internationale de l’énergie atomique »> a été la première à connaître l’existence de l’usine d’UCF « , a indiqué Laridjani, faisant référence au Service iranien de la conversion d’uranium situé dans la ville centrale de Ispahan.

Imitant la position adoptée plus tôt dans la semaine par le président iranien, Laridjani n’a fait aucun commentaire sur l’usine souterraine d’enrichissement d’uranium implantée à Natanz, ni sur le réacteur à eau lourde installé à Arak. Aucun des deux n’ont jamais été déclarés auprès de l’AIEA et étaient ignorés de tous jusqu’à ce qu’un groupe de l’opposition révèle leur existence.

Laridjani a indiqué que, dans un rapport, la CIA avait estimé que l’Iran n’acquerrait pas la puissance nucléaire avant 10 ans.

Donc, pourquoi nous punissent-ils maintenant?

Il a conclu en disant qu’il ne doutait pas que l’Iran puisse acquérir la puissance nucléaire et que Téhéran n’avait pas envisagé que les pourparlers avec l’Occident soient la seule solution pour débloquer la situation.

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous