IranNucléairePas d'accord au Conseil de sécurité sur l'Iran

Pas d’accord au Conseil de sécurité sur l’Iran

-

Le Figaro, New York, 9 mai – Par Jean-Louis Turlin – Comment rendre obligatoires les demandes faites à l’Iran de suspendre ses activités d’enrichissement de l’uranium sans recourir expressément à la menace de sanctions, dont la Chine et la Russie ne veulent pas entendre parler ? Les ambassadeurs ont tenté jusqu’au dernier moment de s’accorder sur une résolution du Conseil de sécurité avant la réunion ministérielle d’aujourd’hui aux Nations unies. En vain.

L’espoir s’était envolé dès samedi où, exceptionnellement, les consultations s’étaient poursuivies, d’abord entre les cinq permanents (le «P 5»), puis entre les quinze membres, sans produire d’avancée notoire. Hier matin, le P 5 s’est de nouveau réuni pour décider, à quelques heures de l’arrivée des ministres des Affaires étrangères, de leur passer le relais.

On en est donc resté au texte du projet mis en circulation mercredi dernier par la France et la Grande-Bretagne, avec le co-parrainage de l’Allemagne, sans parvenir à contourner le principal obstacle : l’invocation du chapitre VII de la Charte des Nations unies qui, en rendant contraignantes les dispositions de la résolution, ouvre la voie à des sanctions, voire au recours à la force.

Le simple appel à la vigilance des Etats sur tout transfert de biens ou de technologie pouvant contribuer aux activités nucléaires de Téhéran fait apparaître en filigrane un premier type de sanctions possibles. Et la menace de sanctions est implicite dans le paragraphe qui prévoit «des mesures ultérieures si nécessaire», même si cette étape requiert «un nouvel examen» de la situation. Les ministres devront choisir entre la fermeté jugée excessive par Russes et Chinois, et l’unité du Conseil sur un texte dilué.

Comment rendre obligatoires les demandes faites à l’Iran de suspendre ses activités d’enrichissement de l’uranium sans recourir expressément à la menace de sanctions, dont la Chine et la Russie ne veulent pas entendre parler ? Les ambassadeurs ont tenté jusqu’au dernier moment de s’accorder sur une résolution du Conseil de sécurité avant la réunion ministérielle d’aujourd’hui aux Nations unies. En vain.

L’espoir s’était envolé dès samedi où, exceptionnellement, les consultations s’étaient poursuivies, d’abord entre les cinq permanents (le «P 5»), puis entre les quinze membres, sans produire d’avancée notoire. Hier matin, le P 5 s’est de nouveau réuni pour décider, à quelques heures de l’arrivée des ministres des Affaires étrangères, de leur passer le relais.

On en est donc resté au texte du projet mis en circulation mercredi dernier par la France et la Grande-Bretagne, avec le co-parrainage de l’Allemagne, sans parvenir à contourner le principal obstacle : l’invocation du chapitre VII de la Charte des Nations unies qui, en rendant contraignantes les dispositions de la résolution, ouvre la voie à des sanctions, voire au recours à la force.

Le simple appel à la vigilance des Etats sur tout transfert de biens ou de technologie pouvant contribuer aux activités nucléaires de Téhéran fait apparaître en filigrane un premier type de sanctions possibles. Et la menace de sanctions est implicite dans le paragraphe qui prévoit «des mesures ultérieures si nécessaire», même si cette étape requiert «un nouvel examen» de la situation. Les ministres devront choisir entre la fermeté jugée excessive par Russes et Chinois, et l’unité du Conseil sur un texte dilué.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous