IranNucléaireAucune garantie de sécurité de la part des USA...

Aucune garantie de sécurité de la part des USA pour l’Iran

-

AFP, Washington, 17 mai – Les Etats-Unis ne vont accorder aucune garantie de sécurité à l’Iran en échange de l’abandon de son programme nucléaire, a déclaré mercredi le porte-parole du département d’Etat américain, Sean McCormack.

« Pour les Etats-Unis, ceci n’est pas à l’ordre du jour », a affirmé McCormack à la presse, questionné sur la volonté de l’Europe de présenter à l’Iran des avantages liés à la sécurité.

Lundi, le chef de la politique étrangère de l’UE, Javier Solana, a déclaré à Bruxelles que l’Union Européenne préparait « un programme audacieux qui comprendra des mesures relatives à des questions nucléaires, économiques et probablement, si nécessaire, des mesures relatives à la sécurité ».

Mais McCormack a annoncé que les Etats-Unis n’envisageaient pas d’offrir des assurances liées à la sécurité.

« Je laisserai les autres parler en leur nom », a ajouté McCormack. « Pour les Etats-Unis, ceci n’est pas à l’ordre du jour. »

Il a rappelé la position américaine souvent répétée par le président George W. Bush selon laquelle toutes les options restaient à l’ordre du jour, même l’option militaire.

Plus tôt mercredi, le président radical iranien Mahmoud Ahmadinejad a tourné au ridicule le projet de l’UE lors d’un rassemblement à Arak, en Iran, déclarant : « Ils disent qu’ils veulent nous offrir des avantages. Ils pensent qu’ils peuvent prendre notre or et nous donner quelques noix et du chocolat en échange. »

Lorsqu’on lui a demandé de commenter cette déclaration, McCormack a dit : « Je pense qu’une fois que nous aurons présenté ceci au régime iranien, nous aurons au moins une meilleure idée de leurs intentions ».

McCormack a ajouté que les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU et l’Allemagne allaient se réunir mardi afin de mettre en place une approche commune de l’Iran.

Les discussions sur l’Iran étaient auparavant prévues pour vendredi mais le porte-parole du département d’Etat a annoncé que les six pays avaient besoin de temps pour préparer des plans d’urgence, dans le cas où l’Iran ne répondait pas de la façon espérée aux incitations et aux sanctions.

Il a déclaré que les diplomates des principales puissances essayaient de « mettre au point » la question de savoir « comment la communauté internationale réagirait si l’Iran acceptait la série de mesures incitatives ou s’il la rejetait ».

McCormack a ajouté : « C’est pourquoi vous comprenez que la diplomatie dans ce cas est complexe, alambiquée et multilatérale. Elle prend beaucoup de temps ».

Washington préconise l’adoption d’une résolution se reportant au Chapitre sept de la Charte de l’ONU, autorisant des sanctions ou même une action militaire en dernier recours.

La Russie et la Chine, qui ont des liens étroits avec Téhéran, se sont jusqu’à maintenant opposées à des mesures coercitives visant à mettre fin aux activités nucléaires de l’Iran.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous