IranNucléaireL'Iran dit qu'il ne cèdera pas sur son "droit"...

L’Iran dit qu’il ne cèdera pas sur son « droit » en matière nucléaire

-

AFP, Téhéran, 11 juin – L’Iran ne cèdera pas sur son « droit » en matière nucléaire, a déclaré dimanche le porte-parole de la diplomatie iranienne Hamid Reza Assefi, en laissant entendre qu’il n’entendait pas suspendre son enrichissement d’uranium.

« Nous ne négocierons pas sur notre droit, nous ne cèderons pas sur notre droit, mais l’initiative nous appartient », a déclaré M. Assefi lors d’un point de presse, en réponse à plusieurs questions sur le fait de savoir si Téhéran entendait se plier à la demande des grandes puissances de suspendre son enrichissement d’uranium.

Jeudi, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait également affirmé que l’Iran ne négocierait avec personne sur « ses droits », rejetant implicitement une telle demande, présentée à l’Iran mardi par le Haut représentant de l’UE pour la politique extérieure, Javier Solana.

Elle contient des mesures incitatives pour amener l’Iran à suspendre son enrichissement d’uranium, et des menaces de mesures au Conseil de sécurité des Nations Unies s’il ne s’y plie pas.
Selon M. Assefi, les autorités iraniennes ont « commencé à étudier le paquet du groupe 5+1 », qui rassemble les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations-Unies (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie) et l’Allemagne.

« Nous avons classé en catégories son contenu », selon lui et « certaines parties sont acceptables, certaines sont ambiguës, certaines parties doivent être renforcées, et nous n’en n’acceptons pas certaines autres », a-t-il dit.

Il a assuré que « la république islamique ne cherche pas à faire traîner les chose, elle ne cherche pas à gagner du temps, nous essayons de parvenir à une réponse qui satisfasse toutes les parties ».
Les Occidentaux ont expliqué que l’Iran disposait de « quelques semaines » au plus pour se décider sur l’offre présentée à Téhéran.

« Aucune date limite n’a été fixée. Les Européens et les Américains eux-mêmes n’ont pas fixé de date limite, ils ont simplement dit qu’il y avait plusieurs semaines pour répondre », a dit M. Assefi.
Il a également affirmé que d’autres discussions devaient avoir lieu entre les deux parties pour arriver à un accord « acceptable pour toutes les parties ».

De son côté, le président du parlement iranien, Gholam-Ali Hadad-Adel, s’est félicité que « les Européens soient revenus au processus de négociations » mais a rejeté « toute condition préalable » dans les discussions, dans un discours prononcé devant les députés et retransmis par la radio d’Etat.

« Nous accueillons favorablement le retour des Européens au processus de négociations. C’est une victoire qui prouve que le langage de la menace ne donne pas de résultat » contre l’Iran, a déclaré M. Hadad-Adel.

Il a ajouté que « parler de condition préalable n’est pas logique dans une négociation ».

« Nous sommes prêts pour négocier et pour trouver un terrain d’entente, mais la négociation ne signifie pas qu’on doit accepter telle quelle toute offre de la partie adverse. Tout naturellement, après examen des propositions (du groupe 5+1), nous ferons également des propositions » aux grandes puissances, a déclaré le président du parlement.

L’Iran considère que son enrichissement d’uranium est un « droit » dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

Les Occidentaux insistent pour que Téhéran suspende ce procédé, qui sert à produire du combustible pour une centrale nucléaire, car ils craignent qu’il ne le détourne pour obtenir l’arme atomique.

7,062FansLike
1,161FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous