IranNucléaireLes cinq "Grands" et l'Allemagne avancent vers un accord...

Les cinq « Grands » et l’Allemagne avancent vers un accord sur l’Iran

-

AFP, New York, 25 juillet – Par Hervé Couturier – Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne ont avancé mardi à l’Onu vers un accord sur un projet de résolution visant à forcer l’Iran à cesser ses activités d’enrichissement d’uranium, mais devaient quand même en référer à leurs capitales avant d’aboutir.

« Nous avons avancé sur le texte mais il faut que nous vérifions avec les capitales », a déclaré à l’AFP l’ambassadeur de France, Jean-Marc de La Sablière, à l’issue de deux séries de discussions informelles sur ce sujet entre les « cinq » (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie) et l’Allemagne.

« Il y a encore des points juridiques et techniques qui doivent être mis au point mais je crois qu’on approche d’un texte », a-t-il dit. Il s’est dit optimiste sur la possibilité que le texte puisse être mis en circulation auprès de l’ensemble des 15 membres du Conseil dès mercredi.

« Nous avançons », a confirmé Karen Pierce, numéro deux de la mission britannique à l’Onu. « Tout ceci va être discuté dans nos capitales et entre nous dans les jours à venir », a-t-elle ajouté, indiquant que le sujet serait abordé entre certains ministres mercredi à Rome.

La secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, et son homologue russe, Sergueï Lavrov, doivent se retrouver mercredi à Rome, avec plusieurs autres représentants occidentaux et arabes, pour une réunion de crise sur la situation au Liban.

« Nous avons fait beaucoup de progrès (…), nous allons en référer à nos capitales et nous nous rencontrerons de nouveau demain après-midi », a déclaré pour sa part l’ambassadeur américain, John Bolton.

Déjà dans la matinée, l’ambassadeur de Russie, Vitaly Tchourkine, avait affirmé que les « six » avaient eu « de bonnes discussions » et s’étaient « rapprochés de plus en plus ».

Le texte sur lequel travaille ce groupe des six vise à rendre contraignante pour l’Iran l’exigence de suspension de ses activités d’enrichissement d’uranium qui lui a déjà été signifiée par la communauté internationale.

Les ministres des « six » avaient décidé au début du mois de renvoyer le dossier nucléaire iranien devant le Conseil de sécurité, devant l’absence de réponse de Téhéran à un ensemble de propositions occidentales dans les domaines économique et de sécurité, offertes en échange d’un arrêt des activités nucléaires sensibles de l’Iran.

Téhéran a réitéré lundi qu’il ne suspendrait pas ses activités d’enrichissement.

Le texte en discussion stipule que l’Iran « doit suspendre toute activité d’enrichissement et de retraitement, y compris la recherche et le développement, ce qui doit être vérifié par l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique), et suspendre la construction d’un réacteur à eau lourde ».

Il invoque les articles 39 et 40 du chapitre VII de la Charte des Nations unies, prévoyant que des « mesures provisoires » peuvent être prises avant l’imposition d’autres mesures comme des sanctions.

Il annonce également l’intention du Conseil, au cas où l’Iran n’appliquerait pas la résolution, « d’adopter des mesures additionnelles en vertu de l’article 41 du chapitre VII de la Charte des Nations unies si cela est nécessaire pour assurer le respect » de la résolution.

Selon l’article 41, le Conseil peut décider de « mesures n’impliquant pas le recours à la force armée pour donner effet à ses décisions ». Ces mesures peuvent inclure l’interruption complète ou partielle des relations économiques ainsi que la rupture des relations diplomatiques.

Le projet fixe à l’Iran une date butoir en août pour se conformer aux demandes de l’Onu. La date exacte ne figure pas dans le texte pour l’instant.

Téhéran a annoncé de son côté qu’il donnerait sa réponse le 22 août à l’offre comportant des incitations économiques que lui ont faite les six puissances en juin.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous