IranNucléaireL'Iran compte poursuivre ses activités nucléaires

L’Iran compte poursuivre ses activités nucléaires

-

Reuters, 27 août – L’Iran a prévenu dimanche qu’il poursuivrait ses activités nucléaires malgré les pressions internationales croissantes à l’approche de l’expiration, le 31 août, de l’ultimatum du Conseil de sécurité de l’Onu sur une suspension par Téhéran de l’enrichissement d’uranium.

Ali Larijani, principal négociateur de l’Iran sur les questions nucléaires, a cependant répété que son pays restait prêt à engager des négociations avec les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne.

« La grande décision de notre pays dans le champ du progrès scientifique est une décision irrévocable et nous ne nous détournerons pas de cette voie », a déclaré le président Mahmoud Ahmadinejad lors d’une cérémonie en l’honneur des spécialistes du domaine nucléaire en Iran, retransmise en direct à la télévision publique.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a demandé à l’Iran de suspendre l’enrichissement d’uranium d’ici le 31 août, faute de quoi le pays s’exposerait à des sanctions. L’Occident accuse l’Iran de chercher à mettre au point des armes atomiques sous couvert d’un programme civil, ce que Téhéran dément.

« La production de combustible nucléaire est notre objectif stratégique », a pour sa part affirmé Ali Larijani, cité par l’agence de presse estudiantine Isna. « Quelle que soit la mesure prise pour priver l’Iran de ses droits, elle ne nous fera pas revenir sur notre objectif », a-t-il dit. « C’est irréversible. »

Le représentant de la politique étrangère européenne, Javier Solana, a annoncé vendredi qu’il rencontrerait Larijani dans les jours à venir, pour discuter des « nouveaux éléments » contenus dans la réponse de l’Iran, mardi, à l’ensemble de mesures d’incitation proposé en juin par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne.

L’IRAN RÉCLAME DES « DISCUSSIONS SANS PRÉJUGÉS »

« Je répète que l’Iran est pleinement disposé à engager des discussions constructives et justes, n’importe où et à n’importe quel moment, avec les ministres des Affaires étrangères (des Six) sur (…) la question nucléaire », a déclaré Ali Larijani, cité par la télévision publique. Téhéran ne paraît pas sur le point de suspendre ses activités d’enrichissement d’uranium, condition préalable à la reprise des négociations pour les chancelleries occidentales.

Pour certains diplomates, le fait que l’Iran n’exclue pas dans sa réponse une suspension de ces activités à l’issue des négociations doit en soi être considéré comme un signe positif par les pays occidentaux. Le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, se rendra en Iran le 2 septembre, au surlendemain de l’expiration du délai fixé à Téhéran par l’Onu, a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères lors de son point de presse hebdomadaire.

« Il est l’heure pour les Européens de reprendre le chemin des discussions sans préjugés. (…). Des discussions sérieuses peuvent aboutir à une compréhension mutuelle », a affirmé Asefi.

Les Etats-Unis ont menacé de prendre par eux-mêmes des sanctions contre Téhéran – gel des actifs financiers, interdiction de voyage à l’étranger des responsables iraniens -, si un consensus n’était pas trouvé dans l’enceinte des Nations unies. La France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne se montrent plus prudentes que les Etats-Unis quant à d’éventuelles sanctions.

La Chine et la Russie, importants partenaires commerciaux de l’Iran, ont dit leurs réticentes et pourraient utiliser leur droit de veto au Conseil de sécurité.

Rome, qui entretient des relations commerciales étroites avec Téhéran, a fait connaître, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Massimo D’Alema, son souhait de participer aux négociations avec l’Iran, aux côtés des six autres pays occidentaux.

La ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, a pour sa part jugé que « le plus tôt serait le mieux » dans l’adoption de sanctions contre l’Iran.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous