IranNucléaireMédiation de Felipe Gonzalez entre USA et Iran: Washington...

Médiation de Felipe Gonzalez entre USA et Iran: Washington dément

-

AFP, Washington, 1er septembre – Les Etats-Unis ont démenti vendredi que l’ancien chef du gouvernement Felipe Gonzalez ait mené cette semaine une médiation entre Washington et Téhéran, comme l’a annoncé le quotidien espagnol El Pais.

« Je ne suis pas au courant de l’existence d’efforts de médiation », a déclaré à l’AFP le porte-parole du département d’Etat, Sean McCormack.

« Les Iraniens savent ce qu’ils ont à faire et nous attendons qu’ils le fassent », a-t-il ajouté, faisant allusion à la demande du Conseil de sécurité de suspension des activités controversées d’enrichissement de l’uranium de l’Iran.

Une autre porte-parole, Janelle Hironimus, a noté que l’information d’El Pais n’était « pas exacte ».
Le quotidien de centre-gauche a annoncé vendredi que M. Gonzalez avait « entrepris une médiation entre Téhéran et Washington » à la demande de l’Iran, et qu’il s’était entretenu à ce sujet en mai dernier avec la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice.

Le journal a fait état, comme l’ensemble de la presse espagnole, de rencontres entre l’ancien leader socialiste et le président iranien Mahmoud Ahmadinejad et le négociateur en chef sur le dossier nucléaire iranien, Ali Larijani.

Ce « travail de rapprochement des positions entre Téhéran et Washington » a été mené avec l’approbation du gouvernement socialiste de Jose Luis Rodriguez Zapatero, ajoutait El Pais, quotidien proche de l’exécutif espagnol.

La porte-parole et vice-présidente du gouvernement espagnol, Maria Teresa Fernandez de la Vega, a confirmé que M. Gonzalez avait « informé M. Zapatero de son voyage en Iran ».
Le gouvernement « le remercie pour ses efforts » et pense qu’il est bon de « maintenir ouvertes toutes les voies de dialogue possibles » avec l’Iran, a-t-elle ajouté.
AFP, Washington, 1er septembre – Les Etats-Unis ont démenti vendredi que l’ancien chef du gouvernement Felipe Gonzalez ait mené cette semaine une médiation entre Washington et Téhéran, comme l’a annoncé le quotidien espagnol El Pais.

« Je ne suis pas au courant de l’existence d’efforts de médiation », a déclaré à l’AFP le porte-parole du département d’Etat, Sean McCormack.

« Les Iraniens savent ce qu’ils ont à faire et nous attendons qu’ils le fassent », a-t-il ajouté, faisant allusion à la demande du Conseil de sécurité de suspension des activités controversées d’enrichissement de l’uranium de l’Iran.

Une autre porte-parole, Janelle Hironimus, a noté que l’information d’El Pais n’était « pas exacte ».
Le quotidien de centre-gauche a annoncé vendredi que M. Gonzalez avait « entrepris une médiation entre Téhéran et Washington » à la demande de l’Iran, et qu’il s’était entretenu à ce sujet en mai dernier avec la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice.

Le journal a fait état, comme l’ensemble de la presse espagnole, de rencontres entre l’ancien leader socialiste et le président iranien Mahmoud Ahmadinejad et le négociateur en chef sur le dossier nucléaire iranien, Ali Larijani.

Ce « travail de rapprochement des positions entre Téhéran et Washington » a été mené avec l’approbation du gouvernement socialiste de Jose Luis Rodriguez Zapatero, ajoutait El Pais, quotidien proche de l’exécutif espagnol.

La porte-parole et vice-présidente du gouvernement espagnol, Maria Teresa Fernandez de la Vega, a confirmé que M. Gonzalez avait « informé M. Zapatero de son voyage en Iran ».
Le gouvernement « le remercie pour ses efforts » et pense qu’il est bon de « maintenir ouvertes toutes les voies de dialogue possibles » avec l’Iran, a-t-elle ajouté.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous