IranNucléaireM. Santorum et les sanctions contre l’Iran

M. Santorum et les sanctions contre l’Iran

-

The Washington Times, 9 octobre – Editorial – Les hommes politiques et les médias étant concentrés sur les répercussions politiques du scandale Foley, il est facile de perdre de vue le fait qu’un grand nombre de membres du Congrès américain sont des fonctionnaires dévoués qui tentent de renforcer la nation dans sa lutte contre l’islamo-fascisme. Une de ces personnes est le sénateur Rick Santorum, Républicain de Pennsylvanie, dont les efforts sans relâche pour attirer l’attention sur la menace nucléaire iranienne ont été récompensés il y a neuf ans lorsque le président Bush a avalisé son projet de loi, l’Iran Freedom and Support Act (loi sur la liberté et le soutien à l’Iran), qui peut exclure des marchés financiers américains toute entité participant au programme nucléaire de l’Iran, transférant des armes conventionnelles sophistiquées et des missiles en Iran ou contribuant à soutenir le terrorisme.

Cette loi est particulièrement destinée à la Russie et à la Chine, qui jouent des rôles cruciaux en aidant Téhéran dans ses programmes nucléaires et militaires, ce qui donne à l’administration Bush plus de poids pour persuader les banques internationales de rompre leurs liens avec Téhéran jusqu’à ce que le régime change d’attitude. Cette politique a déjà remporté un certain nombre de victoires. Depuis avril 2005, l’administration affirme avoir convaincu quatre grandes banques européennes de ne pas traiter avec l’Iran. Dans les jours qui ont suivi l’adoption de la loi, la presse iranienne a rapporté qu’un contrat d’exploitation d’un champ pétrolier iranien entre la République islamique et le Japon avait été rompu.

L’adoption de cette loi était pourtant loin d’être simple. Le sénateur Richard Lugar, Républicain de l’Indiana qui préside la commission des Relations étrangères, y était opposé et, en juin, le département d’Etat a reproché à cette mesure de risquer de « creuser un fossé » entre les USA et les Européens et de « limiter notre flexibilité diplomatique ». Avec le temps cependant, il est devenu de plus en plus clair que les efforts diplomatiques de l’Union Européenne avec l’Iran avaient peu de chances d’aboutir : l’administration a abandonné son opposition et a travaillé avec M. Santorum sur un compromis de loi sur des sanctions.

Toutefois, malheureusement, ce qui aurait dû être un effort bipartite indiscutablement favorable à des sanctions contre l’Iran a été gâché par de sordides affaires politiques qui rendent les gens cyniques à propos de Washington. Dans ce cas, les parties irresponsables étaient le sénateur Frank Lautenberg, Démocrate du New Jersey, le Représentant Allyson Schwartz, Démocrate de Pennsylvanie et le Conseil national juif démocrate. Comme Joel Himelfarb le souligne dans sa chronique dans notre journal, M. Lautenberg et sa société ont lancé une campagne de désinformation visant à présenter M. Santorum comme un « modéré » sur la question de l’Iran. Il serait difficile d’imaginer une attitude plus intellectuellement malhonnête que cette tentative de manipulation politique.

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous