IranNucléaireL’essai nucléaire de la Corée du Nord favorable à...

L’essai nucléaire de la Corée du Nord favorable à la campagne américaine contre l’Iran

-

The Wall Street Journal, 10 octobre – De Neil King Jr. à Washington et Bill Spindle à Téhéran – Tout en constituant en elle-même un échec certain, l’annonce par la Corée du Nord d’un essai nucléaire souterrain pourrait donner à l’administration Bush le poids qui lui est au combien nécessaire pour relever un autre défi : celui de l’Iran.

Pendant des mois, Téhéran a rejeté les demandes internationales de négociations sur son programme nucléaire (l’Iran insiste sur le fait que celui-ci est purement pacifique) et a refusé de suspendre l’enrichissement nucléaire avant même le commencement de ces pourparlers. Dimanche, l’annonce de Pyongyang d’un essai nucléaire place aussi ce pays dans une position d’opposition à une grande partie de la communauté internationale.

Les hauts membres de l’administration espèrent que l’acte de la Corée du Nord constituera un avertissement pour les pays tels que la Chine et la Russie, qui sont réticents à soutenir l’imposition de sanctions économiques même légères contre l’Iran pour ses travaux d’enrichissement d’uranium, que beaucoup considèrent comme la preuve de l’existence d’un programme d’armes.

En suivant la même logique, si la Corée du Nord ressort relativement indemne de cet incident provocateur, cela pourrait encourager l’Iran qui penserait qu’il n’a rien à craindre dans la poursuite de son programme de développement nucléaire.

Les dirigeants américains affirment que l’indicateur clé des prochains jours sera la manière dont la Chine réagira à l’action de Pyongyang. Suite à cette annonce, le ministère des Affaires étrangères chinois a qualifié l’essai d’ « insolent », terme qui selon les diplomates chinois devait montrer l’intensité de la colère de Pékin. Cependant, l’agence de presse officielle chinoise, Xinhua, a rapporté que le président Hu Jintao avait dit à M. Bush que tous les pays devaient « éviter toute action pouvant engendrer une escalade ».

La Chine n’a pas précisé à quelles mesures des Nations Unies elle serait favorable. Les dirigeants américains espèrent que la détermination de la Chine à soutenir une action de l’ONU contre la Corée du Nord va augmenter les chances d’imposer des mesures similaires à l’Iran.

« Tous les regards sont tournés vers la Chine, puis vers la Russie », a affirmé un haut responsable du département d’Etat américain.

La lutte internationale contre les programmes nucléaires de l’Iran et de la Corée du Nord ont été renvoyés devant le Conseil de Sécurité au même moment, conflit d’efforts diplomatiques contrastés que les USA espèrent tourner à leur avantage.

L’Allemagne ainsi que les cinq membres permanents du conseil (les USA, la Grande-Bretagne, la France, la Chine et la Russie) ont décidé la semaine dernière d’adopter une résolution sur des sanctions iraniennes après que Téhéran ait rejeté un paquet d’avantages et refusé d’abandonner les travaux d’enrichissement.

L’année dernière, la Corée du Nord a rompu les pourparlers internationaux et rejeté divers mesures incitatives en échange de la suspension de son programme nucléaire.

Le défi pour les Etats-Unis est désormais de former un consensus international fort autour de mesures punitives contre la Corée du Nord, ce qui pourrait avoir une incidence plus tard sur le dossier iranien.

Les cas de la Corée du Nord et de l’Iran sont différents sous plusieurs aspects, tout comme les intérêts de la Chine dans ces deux pays. La Chine est un vieil allié et un élément économique vital de la Corée du Nord. En tant que voisin, Pékin craint le chaos provoqué par un effondrement économique en Corée du Nord au moins autant que le nouveau statut nucléaire de Pyongyang. En Iran, les intérêts chinois sont beaucoup plus ciblés : Téhéran est le plus grand fournisseur de pétrole de la Chine, représentant presque 18% de ses importations en pétrole.

Hier, le Conseil de Sécurité a commencé à considérer une série de sanctions contre la Corée du Nord, qui selon les dirigeants américains auraient pour objectif de bloquer les importations de technologie nucléaire et militaire et de limiter un certain nombre de transactions financières. Les restrictions envisagées sont très similaires à celles que les USA souhaiteraient incorporer dans la première série de sanctions contre l’Iran.

Avec la Corée du Nord, l’administration Bush va devoir surmonter les vives inquiétudes de la Chine et de la Corée du Sud qui pensent que des mesures punitives vont déstabiliser ce pays pauvre et isolé.

Le problème est tout à fait distinct dans le cas de l’Iran. Tous les membres du Conseil de Sécurité, excepté les Etats-Unis, ont des liens commerciaux et financiers significatifs avec l’Iran, une des raisons pour lesquelles ils ont autant de mal à se mettre d’accord sur des sanctions contre Téhéran. Des sanctions qui auraient un impact très important, telles que l’interruption des exportations de pétrole ou des importations d’essence, ne sont pas à l’ordre du jour.

La plupart des experts estiment qu’il faudra encore plusieurs années à l’Iran pour maîtriser la technologie indispensable au développement de la bombe nucléaire.

Les experts et dirigeants en Iran avancent que le gouvernement iranien est devenu plus déterminé encore à ne pas accéder aux demandes internationales, qui sont selon eux dirigées par les USA. « Un des points sur lesquels nous avons des différends [internes »> est la manière de réagir face à l’Occident, mais ces différends s’estompent », a affirmé Kazem Jalali, législateur iranien participant à la politique étrangère du pays.

La radio nationale iranienne a répondu à l’incident en rejetant la faute sur les Etats-Unis, affirmant que la Corée du Nord réagissait tout simplement à la pression continue des USA pour des sanctions : « L’essai nucléaire de la Corée du Nord est une réponse aux menaces et à l’humiliation des Américains ». Le gouvernement américain a insisté sur le fait que la diplomatie épineuse visant à créer un accord sur une résolution nord-coréenne ne devait pas retarder le travail sur un paquet iranien qui doit normalement débuter à la fin de la semaine.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous