IranNucléaireL'Iran lance un ultimatum à l'Occident

L’Iran lance un ultimatum à l’Occident

-

Le Figaro, 21 octobre – De Georges Malbunot – Le président de la République iranienne appelle les pays occidentaux à ne plus soutenir Israël.

DANS un nouveau défi, Mahmoud Ahmadinejad a lancé hier un « ultimatum » aux pays occidentaux, en leur conseillant d’abandonner tout soutien au régime israélien, qui « disparaîtra ». Le président de la République islamique a averti que « tout gouvernement qui se tient aux côtés du régime sioniste ne doit s’attendre désormais qu’à la haine des peuples du monde. La colère des peuples de la région bouillonne, et si l’ouragan se déchaîne, ses effets ne se limiteront pas aux frontières de la Palestine et vous heurteront ».

L’avertissement a été lancé lors de la manifestation annuelle de la Journée Al-Qods (Jérusalem), instituée par l’ayatollah Khomeyni, fondateur de la République islamique, journée au cours de laquelle le régime et ses affidés répandent leur rhétorique anti-israélienne.

Convergeant depuis sept mosquées vers l’université de Téhéran, des milliers d’Iraniens ont écouté la dernière diatribe de leur président, sous l’oeil vigilant d’un millier de pasdarans, la milice au service du régime, dispersés sans armes, au milieu de la foule. « Mort à Israël », « Qods, nous arrivons » scandaient les fidèles. L’État hébreu accuse régulièrement Téhéran d’alimenter « le terrorisme » des fondamentalistes palestiniens du Hamas et du Djihad islamique. « Israël est une tumeur sans légitimité historique, religieuse ou culturelle », a déclaré hier, en écho, le ministre palestinien des Affaires étrangères, Mahmoud Zahar.

Paris a condamné la nouvelle provocation du président iranien, dont les pouvoirs sont toutefois limités par la Constitution. « Je condamne les propos inacceptables tenus par Mahmoud Ahmadinejad remettant à nouveau en question l’existence d’Israël », a déclaré, dans un communiqué, Philippe Douste-Blazy, le ministre des Affaires étrangères.

Le président iranien en a profité pour réaffirmer que son pays « ne tolérera aucune pression » dans son conflit avec les grandes puissances pour suspendre l’enrichissement d’uranium. « L’Iran est prêt à négocier, mais il ne tolérera aucune pression », a dit Ahmadinejad, alors que la foule criait : « L’énergie nucléaire est un droit inaliénable ».

Ce nouveau refus intervient alors que les Européens finalisent un projet de résolution de l’ONU sur des sanctions économiques et commerciales contre l’Iran. Le texte, qui pourrait venir dès la semaine prochaine devant le Conseil de sécurité, prévoirait une première série de sanctions pour interdire la fourniture du matériel et des fonds pour les programmes de missiles balistiques et nucléaires iraniens.

Devant un public acquis, Mahmoud Ahmadinejad est revenu sur une autre déclaration de défi aux grandes puissances qu’il avait faite lors de son déplacement à New York en septembre à l’occasion de l’Assemblée générale des Nations unies. « Je leur ai dit qu’ils n’avaient qu’à arrêter (leur programme nucléaire, ndlr), et nous produirons du combustible d’ici à cinq ans, et nous leur vendrons avec un rabais de 50 % », a lancé l’ancien maire de Téhéran, élu président, à la surprise générale l’an dernier.

Fort de la semi-victoire cet été de son allié libanais du Hezbollah face à Tsahal, Ahmadinejad entend continuer d’exprimer avec outrance les frustrations du monde arabe. Ce qui ne va pas manquer pas d’alimenter la crainte des régimes sunnites modérés, comme la Jordanie, l’Égypte ou l’Arabie saoudite. Cet ultimatum à l’Occident réveille en outre le spectre de la réactivation des réseaux terroristes pro-iraniens, à travers le monde.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous