IranNucléaireNucléaire iranien: Bush et Merkel misent sur une solution...

Nucléaire iranien: Bush et Merkel misent sur une solution diplomatique

-

AFP, Crawford (Etats-Unis), 10 novembre – Les Etats-Unis et l’Allemagne ont promis de travailler ensemble pour trouver une solution diplomatique au différend nucléaire avec l’Iran même s’il faudra peut-être envisager de nouvelles sanctions internationales pour faire plier Téhéran.

« Nous allons continuer à travailler ensemble pour résoudre ce problème diplomatiquement, ce qui veut dire qu’ils (les Iraniens) vont continuer à être isolés », a assuré le président américain George W. Bush, après deux jours de sommet avec la chancelière Angela Merkel, dans son ranch du Texas (sud). « L’Iran est tout en haut de mes priorités », a souligné le président.

« Nous devons penser à de nouvelles sanctions », si l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et les efforts diplomatiques entrepris par l’Union européenne échouent à convaincre l’Iran de se plier aux exigences de la communauté internationale, a déclaré Mme Merkel. « Nous pensons que ce problème peut être résolu diplomatiquement », a néanmoins souligné la chancelière.

La réthorique très combative du président américain ces dernières semaines a reposé la question d’une intervention armée contre l’Iran. Les Occidentaux soupçonnent le programme nucléaire iranien d’être destiné à la fabrication de l’arme atomique, ce que Téhéran dément de manière véhémente. La communauté internationale a déjà imposé tout un éventail de sanctions économiques et diplomatiques mais pour l’instant le régime iranien refuse de se plier à ses exigences.

La chancelière allemande Angela Merkel (g) et le président américain George W. Bush, le 10 novembre 2007 à Crawford au Texas. (Photo: Jim Watson / AFP)
Les Etats-Unis militent fortement pour un troisième train de sanctions mais la Russie comme la Chine souhaitent laisser du temps à l’AIEA pour faire son travail d’évaluation avant de passer à l’acte. Washington a déjà choisi d’alourdir unilatéralement les sanctions et demande à ses alliés européens de faire de même. Les Français sont favorables à l’idée mais jusqu’à présent les Allemands ont affiché leur préférence pour des sanctions décidées à l’ONU.

Mme Merkel a souligné qu’elles étaient le meilleur moyen d’envoyer « le message le plus fort » à l’Iran. Elle a toutefois indiqué comprendre que des pays, y compris européens, puissent choisir de renforcer leurs sanctions unilatérales.

La chancelière a indiqué que si les efforts de médiation entrepris par l’Union européenne devaient échouer et si le prochain rapport de l’AIEA devait s’avérer décevant, elle pourrait examiner une nouvelle fois les liens économiques des entreprises allemandes avec l’Iran. Mme Merkel s’est montrée conciliante sur l’Afghanistan, où Berlin a déployé près de 3.000 troupes dans le nord du pays relativement épargné par les violences.

Angela Merkel le 10 novembre 2007 dans le ranche de Bush à Crawford au Texas (Photo: Jim Watson / AFP)
Elle a reconnu que les Etats-Unis comme ses alliés devaient « faire plus » pour stabiliser le pays. Washington a critiqué certains de ses alliés, comme la France ou l’Allemagne pour ne pas assumer leur juste part dans les combats contre les talibans qui se concentrent essentielement dans le sud et l’est du pays où sont stationnés essentiellement des soldats britaniques, canadiens, néerlandais et américains.

Mme Merkel a reçu un traitement de choix depuis son arrivée vendredi à la résidence des Bush de « Prairie Chapel », en compagnie de son époux. Les Bush ne reçoivent que très exceptionellement des dignitaires étrangers dans leur lieu de villégiature favori.

Les relations entre les Etats-Unis et l’Allemagne s’étaient nettement refroidies sous le mandat du prédécesseur de Mme Merkel, Gerhard Schröder, qui s’était fermement opposé à l’invasion de l’Irak en 2003.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous