IranNucléaireNucléaire: Damas et Pyongyang ont aidé l'Iran à développer...

Nucléaire: Damas et Pyongyang ont aidé l’Iran à développer son programme (presse)

-

Mais le président syrien Bachar al-Assad réfléchit actuellement à retirer son soutien au programme iranien, ajoute l’hebdomadaire à paraître lundi citant des rapports des services secrets allemands dont il affirme disposer d’extraits.

Selon cette source, sur le site syrien d’Al-Kibar détruit par l’aviation israélienne avec le soutien de Washington devait voir le jour un projet militaire mené conjointement par la Syrie, la Corée du Nord et l’Iran: un réacteur nucléaire à finalité militaire.

Pyongyang devait aider les scientifiques iraniens à progresser dans leur programme nucléaire en leur apportant des connaissances supplémentaires. Al-Kibar devait servir de site provisoire pour l’Iran qui y développerait la bombe nucléaire, en attendant d’être en mesure de pouvoir le faire sur son propre territoire, d’après la source du Spiegel.

Le projet avait été évoqué lors d’une visite du président iranien Mahmoud Ahmadinejad en Syrie en 2006, selon le magazine.

Les trois pays ont aussi coopéré dans la production d’armes chimiques, à en croire le magazine citant la même source: lors d’une explosion dans un site chimique en juillet 2007 près de Alep en Syrie, 15 militaires syriens, 12 ingénieurs iraniens et 3 Nord-Coréens avaient été retrouvés parmi les victimes.

Dix mois après la destruction du site d’Al-Kibar par Israël sur fond d’allégations de construction d’un réacteur nucléaire avec l’aide de la Corée du Nord, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a annoncé l’envoi d’experts en Syrie pour enquêter sur l’affaire.

Des documents et des photographies détaillées fournis en avril par Washington à l’AIEA étayent ces soupçons mais la Syrie a rejeté ces allégations en les qualifiant de "ridicules".
 
L’Iran et la Syrie, tous deux adhérents du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), avaient signé fin mai un mémorandum de coopération en matière de défense de "leur indépendance et de leur intégrité territoriale".

L’alliance entre les deux pays, remontant à la révolution islamique iranienne de 1979, s’était déjà renforcée en 2006 avec la signature d’un accord de coopération militaire.

 

 
 

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous