IranNucléaireHillary Clinton menace l'Iran de "sanctions"

Hillary Clinton menace l’Iran de « sanctions »

-

ImageLePoint.fr: Face à l’Iran, les États-Unis adoptent une diplomatie à deux visages. Dans le rôle du "gentil", Barack Obama. Depuis son élection, le président américain ne cesse de tendre la main à la République islamique. Il y a un mois, notamment, le chef de la Maison-Blanche a envoyé un message vidéo inédit aux dirigeants iraniens, leur proposant de "dépasser 30 années de conflit". Et même après le tollé provoqué par les propos de Mahmoud Ahmadinejad , lundi, au sommet de l’ONU à Genève, la consigne de Barack Obama a été claire : " la poursuite du dialogue avec l’Iran ".

Dans le rôle de la "méchante", Hillary Clinton. La très médiatique secrétaire d’État de Barack Obama affiche, elle, une ligne de fermeté face à l’Iran. Mercredi, dans son premier discours devant le Congrès depuis qu’elle a pris les rênes de la diplomatie américaine, Hillary Clinton a notamment menacé la République islamique de sanctions "très sévères" en cas d’échec des discussions sur son programme nucléaire. "Nous pensons que nous parviendrons à mettre en place un régime complet de sanctions qui pourraient être nécessaires si nos offres étaient rejetées et si le processus tombait à l’eau ou échouait", prévient-elle, tout en défendant toutefois la politique d’ouverture des États-Unis envers l’Iran. Selon elle, cette ligne de conduite donne à Washington "plus d’influence sur les autres pays". Une "double approche" revendiquée par la secrétaire d’État américaine, ex-rivale de Barack Obama lors de la présidentielle.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a déjà adopté quatre résolutions, dont trois assorties de sanctions, exigeant de l’Iran qu’il suspende son programme d’enrichissement d’uranium. Les Occidentaux soupçonnent ce programme d’être destiné à produire la bombe atomique, ce que Téhéran dément. Au sein du groupe des six puissances impliquées dans les négociations sur le programme nucléaire iranien (Grande-Bretagne, France, Allemagne, États-Unis, Chine et Russie), des divergences sont apparues entre les Occidentaux d’une part, généralement favorables au renforcement des sanctions contre l’Iran pour le convaincre de renoncer à son programme nucléaire, et d’autre part, Moscou et Pékin, qui se sont montrés réticents.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous