IranNucléaireL'Amérique ne cherche pas des "sanctions paralysantes" contre l'Iran...

L’Amérique ne cherche pas des « sanctions paralysantes » contre l’Iran (USA)

-

AFP : L’Amérique veut faire pression sur l’Iran sans recourir à des "sanctions paralysantes" et en particulier affecter la population, a souligné jeudi le département d’Etat après des critiques russes.

"Nous croyons aux sanctions efficaces (…) le genre d’actions qui auront l’effet désiré sur le gouvernement iranien", a expliqué le porte-parole Philip Crowley, rappelant que Washington souhaitait cibler le pouvoir militaro-économique des Gardiens de la Révolution.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s’est dit opposé jeudi à des sanctions économiques "étranglant l’Iran" en réponse au bras de fer nucléaire entre la République islamique et les grandes puissances. Le 19 février, le vice-ministre Sergueï Riabkov avait déjà indiqué l’opposition de la Russie à des "sanctions paralysantes" contre l’Iran, sans exclure une autre forme de sanctions.

"Nous n’avons pas l’intention de prendre des sanctions paralysantes, qui auraient un impact important sur la population iranienne", a dit M. Crowley invité à réagir à ces déclarations.

"Notre véritable intention", a-t-il poursuivi, "est de faire pression sur la gouvernement tout en protégeant la population".

Le groupe des Six (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Russie et Royaume-Uni) soupçonne l’Iran de vouloir se doter de l’arme nucléaire sous couvert d’un programme civil.

Après des négociations avortées à l’automne 2009, les Etats-Unis poussent désormais pour l’imposition d’un nouveau train de sanctions à l’ONU.

La controverse sur le nucléaire iranien, que la secrétaire d’Etat Hillary Clinton qualifie de "plus haute priorité de l’administration Obama", sera encore au coeur du déplacement de Mme Clinton au Brésil, mercredi 3 mars.

Le Brésil est actuellement membre du Conseil de sécurité de l’ONU et se montre très circonspect sur la perspective de nouvelles sanctions.

Signe supplémentaire de la volonté de convaincre de Washington, Mme Clinton sera précédée vendredi à Brasilia par son directeur politique William Burns, qui n’est autre que le négociateur américain au sein du groupe des Six.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous