IranNucléaireLe Vice-président du Parlement européen sur les déclarations d'un...

Le Vice-président du Parlement européen sur les déclarations d’un diplomate américain contre les résidents d’Achraf

-

Communiqué ISJ, 25 juillet – Le Comité international pour l’application de la justice (ISJ) considère les déclarations de M. Lawrence Butler, diplomate américain, au New York Times du 23 juillet et son attitude concernant la vie de 3400 réfugiés iraniens sans armes et sans défense à Achraf, comme méprisables, choquantes et servant les ordres du régime totalitaire de l’Iran. L’ISJ demande à la secrétaire d’Etat américaine de prendre les mesures nécessaires pour prévenir un autre massacre des résidents d’Achraf.

Les déclarations de M. Butler dans l’article du New York Times « un groupe d’exilés iraniens pose un problème épineux aux Etats-Unis en Irak » sont des affirmations étroites d’esprit et biaisées contre les résidents d’Achraf qui ouvrent ostensiblement la voie à une nouvelle attaque.

Au mépris de tous les principes coutumiers, M. Butler a emmené le journaliste avec lui à sa sixième négociation avec le leadership d’Achraf cachant sa véritable identité et le présentant comme un employé de l’ambassade de sa délégation ! Nulle part cet article, apparemment un rapport sur les négociations, ne mentionne les arguments et les déclarations de l’autre partie de la discussion que sont les résidents d’Achraf. C’est comme si M. Butler avait négocié avec un mur de briques. Dans cette sale mise en scène, le journaliste a appelé le bureau du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) à Paris, un jour avant la publication de son épouvantable article et a obtenu ses réponses avec suffisamment de pièces justificatives et de preuves, mais ces réponses ne sont nulle part mentionnées dans son article.

M. Butler tente de décrire les résidents d’Achraf comme :

Un groupe de terroristes extrémistes qui ne veulent pas quitter un camp qu’ils ont illégalement usurpé en Irak. Par conséquent, ils sont forcés par l’armée irakienne à respecter la souveraineté de l’Irak et à obéir aux ordres de l’autorité civile légitime du pays. S’ils résistent et il y a des victimes, c’est de la faute de l’OMPI pour être obstinée et irrationnelle.

M. Butler aime à façonner l’opinion internationale de telle manière que chacun puisse être convaincu que la prochaine attaque sera le résultat d’un conflit entre l’armée irakienne et un groupe terroriste iranien et non pas, comme c’est le cas, l’attaque brutale d’une force armée contre des civils désarmés.

L’attitude de M. Butler dans cette interview est si hostile envers les résidents d’Achraf que l’on pense que son objectif principal est de plaire au régime iranien, un régime qui tout récemment a été responsable de l’assassinat de 15 soldats américains en Irak avec des armes qui portent à dessein la mention : «Fabriqué par le ministère de la Défense de la République islamique d’Iran »

Il est intéressant de se demander : Dans lequel des défis importants et internationaux, que ce soit en Asie, en Europe ou l’Amérique latine, où les diplomates américains sont médiateurs et mènent des négociations, apparaissent-ils aussi hostiles vis-à-vis de l’une des parties ?

Le manque de professionnalisme, le niveau politique très bas et les informations infondées des déclarations susmentionnées sont tels que cela les rend indignes de la moindre attention. Cependant, vu la situation fragile au camp d’Achraf, avec notamment la présence de forces irakiennes blindées, prêtes, à l’intérieur du camp et leurs armes pointées sur les habitants civils sans défense, la publication de ces déclarations peut en effet encourager un autre massacre ; c’est pourquoi l’ISJ juge de sa responsabilité d’éclairer l’opinion publique sur les faits suivants :

1. Quelques semaines après le massacre du 8 avril 2011, alors que le monde pointait du doigt les Etats-Unis pour n’avoir pas respecté leurs obligations envers les résidents d’Achraf, et alors que selon l’avis du Haut Commissariat pour les Droits de l’Homme et de nombreux autres organismes internationaux une vaste campagne a été lancée en Europe pour transférer des résidents d’Achraf vers des pays tiers, soudain, M. Butler, avec un communiqué de presse, pas en son nom bien sûr, annonce un nouveau plan qui cherche à réinstaller de force les habitants à l’intérieur de l’Irak. Dans ce communiqué de presse, il tente d’interchanger la place de la victime et du bourreau en dépeignant la direction de l’OMPI comme un parti qui, en raison de considérations politiques, n’accorde aucune attention à la vie des habitants d’Achraf (Reuters – 5 mai 2011).

Bien que dès le début il était assez évident que M. Butler suit un programme politique plutôt qu’un agenda humanitaire, les résidents d’Achraf sont entrés en négociations avec lui avec bonne volonté et une pleine coopération, se déclarant prêts à faire preuve de souplesse, en excluant une reddition au  régime des mollahs. Cependant, dans ses sept réunions à Achraf, M. Butler a démontré que sa mission n’était pas de sauver la vie de 3400 innocents, mais de réimplanter les résidents d’Achraf vers un lieu inconnu et de démanteler l’OMPI, ce qui est exactement la demande de la dictature en Iran. Bien entendu, que M. Butler le veuille ou non, il y a dans ce plan un assassinat de masse des résidents d’Achraf, puisque ces derniers à juste titre ne se soumettront jamais à une solution aussi déshonorante.

Les méthodes de M. Butler, dès le départ, ont montré leurs objectifs. À titre d’exemple, quelques jours avant sa première visite à Achraf, contrairement à toutes les traditions coutumières, il avait assisté à une réunion entre la direction du camp et l’adjoint du Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Irak, sans divulguer son identité et en se présentant comme un simple employé de l’ONU !

2. A la fin du mois d’avril, le Parlement européen a présenté son plan pour le transfert des résidents d’Achraf vers des pays tiers. La direction d’Achraf a effectué une tâche difficile et admirable pour convaincre les habitants de renoncer à leurs droits et d’accepter ce plan visant à les déplacer de leur lieu de résidence depuis 25 ans. Ce plan a été salué et a obtenu le consentement de la baronne Ashton, la cheffe des Affaires étrangères de l’UE, et le soutien de nombreux parlements dans le monde et un certain nombre de ministres des Affaires étrangères des États membres ont montré leur accord. En outre, en Irak même, le Président du Parlement, le vice-président, le vice-Premier ministre, plusieurs ministres et la coalition d’al-Iraqiya qui a remporté les dernières élections législatives du pays, ont soutenu le plan.

3. Néanmoins, lorsqu’il a été confronté aux insistances douteuses de réimplantation à l’intérieur de l’Irak de la part de l’ambassadeur Butler, le leadership des résidents d’Achraf a annoncé qu’un déplacement à l’intérieur de l’Irak permettrait d’accélérer et de faciliter le massacre et la répression des résidents et qu’il ne serait acceptable que si les Etats-Unis s’engageaient officiellement à assurer la protection des habitants dans le nouveau lieu.

En même temps, la direction du camp lui a présenté six plans de rechange. Les plans couvrent une gamme de solutions, allant de la protection sous la supervision de l’ONU à Achraf, au transfert vers un autre emplacement sous la protection directe des Etats-Unis, à une réimplantation temporaire dans des pays voisins, et au transfert de masse supervisés aux Etats-Unis jusqu’à ce qu’un autre pays tiers soit trouvé.

4. Dans une lettre à M. Butler, le 16 juillet 2011 pour le compte des résidents d’Achraf, Mme Mojgan Parsaï, donnant une explication détaillée de l’évolution de ces négociations, a présenté une fois de plus à l’ambassadeur Butler tous les accords acceptés par les résidents d’Achraf, ainsi que les «six plans ». Dans cette lettre, elle va plus loin que les plans ci-dessus et annonce que les résidents d’Achraf sont prêts à voir le camp placé sous la supervision du HCR et de la MANUI. Cette lettre reflète une image complète de l’extraordinaire bonne volonté et flexibilité du leadership d’Achraf.

Au même moment, on se pose la question fondamentale de savoir pourquoi l’ambassade américaine n’accepte aucune d’entre eux alors que la plupart, sinon tous, sont facilement réalisables par les Etats-Unis.

5. Les déclarations de l’ambassadeur Butler surviennent alors que :

– Le 2 juillet 2011, en signant une déclaration, 525 000 citoyens de Diyala (tous âgés de plus de 18 ans et dont les noms et les adresses spécifiques sont disponibles) ont appelé à la protection des résidents d’Achraf par les Nations Unies et considèrent que le déplacement des résidents d’Achraf en Irak est un prélude à leur massacre. Ils ont fermement appuyé la proposition du Parlement européen, ses pré conditions et ses exigences.

– Le 7 juillet 2011, dans les paragraphes 49 et 66 du rapport au Conseil de sécurité, Ban Ki Moon, Secrétaire général des Nations Unies, a abordé la question d’Achraf. Il a également souligné: «J’encourage donc toutes les parties prenantes impliquées à accroitre leurs efforts pour explorer les options et rechercher une solution consensuelle qui assure  le respect de la souveraineté de  l’Irak tout en étant conforme au droit international des droits de l’homme et aux principes humanitaires. A cette fin, j’appelle les Etats membres à aider à soutenir et à faciliter la mise en œuvre de tout arrangement qui soit acceptable pour le gouvernement irakien et les habitants du camp. » Ces points prennent clairement leur distance avec la question d’un déplacement à l’intérieur de l’Irak et sont en conformité avec la proposition des pays tiers.

– Le 11 juillet 2011, la Cour nationale espagnole a réitéré dans une ordonnance le fait que les résidents d’Achraf sont des «personnes protégées» sur la base de la quatrième Convention de Genève et a ouvert une enquête contre le Premier ministre Maliki, Ali Ghaidan, commandant des forces terrestres irakiennes, et un certain nombre d’autres officiers supérieurs irakiens pour le massacre du 8 avril. Selon le principe de justice universelle, M. Maliki doit comparaître en justice lorsque son mandat de Premier ministre sera terminé.

– Le 12 juillet 2011, lors d’une session au Parlement européen à Bruxelles, Oussama Al-Nujeifi, président du Parlement irakien a déclaré : «Un comité indépendant doit enquêter sur l’attaque. Nous soutenons la solution européenne de réinstallation des résidents dans des pays tiers et s’ils peuvent être transférés en Europe, ce sera une solution logique. Un plan proposé par les Américains de les déplacer à l’intérieur de l’Irak a été rejeté par toutes les parties ; nous le considérons inacceptable et nous soutenons la solution des pays tiers. »

– Le 22 juillet 2011, la commission des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants américaine a unanimement approuvé un amendement au projet de budget du département d’Etat, sur la base duquel les Etats-Unis doivent «prendre toutes les mesures nécessaires et appropriées en conformité avec les accords internationaux pour soutenir les engagements des États-Unis de veiller à la sécurité physique et la protection des résidents d’Achraf, et de prendre toutes les mesures nécessaires et appropriées pour empêcher la réinstallation forcée des résidents d’Achraf en Irak et faciliter la présence robuste de la Mission des Nations Unies en Irak dans le camp d’Achraf ».

Est-ce que la publication des déclarations de l’ambassadeur Butler est une réaction à l’échec d’un plan injustifiable qui n’est pas soutenu par les Nations Unies, le Congrès américain et les différentes parties en Irak (sauf pour ceux qui sont affiliés au régime iranien)? Est-ce que M. Butler s’attend vraiment à ce que les résidents d’Achraf acceptent un tel plan ?

6. Le 20 mai 2011, avec M. Morten Hoglund, membre de la commission des affaires étrangères du Parlement norvégien avec qui j’ai visité Achraf, nous avons écrit dans une lettre à l’ambassadeur américain en Norvège, dont nous avons envoyé une copie à M. Butler :

« Toute notre expérience avec le gouvernement irakien et l’influence du régime iranien sur ce gouvernement, nos informations venant de l’intérieur du régime iranien, ainsi que la violation continue de l’ensemble des garanties écrites et non écrites données par le gouvernement irakien aux Etats-Unis à propos des résidents d’Achraf, ne laissent aucun doute que tout déplacement des résidents d’Achraf en Irak ne ferait que conduire à leur massacre sur une grande échelle et à la création d’un nouvel Auschwitz. Le déplacement est en aucun cas une solution. Les dangers d’un tel déplacement sont également clairs pour les responsables américains. Par exemple, M. Jeffrey Feltman, secrétaire d’Etat adjoint américain lors d’une audition à la Chambre des représentants le 28 octobre 2009 a indiqué qu’ «un désir irakien de déplacer le camp d’Achraf dans un autre endroit à l’intérieur de l’Irak pourrait conduire à une effusion de sang. Alors, croyez-moi, Monsieur le Représentant, nous suivons cela de manière permanente. »

Quoi qu’il en soit, même quand on parle de déplacements à l’intérieur de l’Irak, qui fournira la protection du nouvel emplacement ? Est-ce que ce seront les forces sous le commandement de Nouri al-Maliki, les forces américaines, ou les forces de l’ONU? Si nous parlons des forces de Maliki, leur intention de massacrer les résidents d’Achraf ne fait aucun doute. Et si nous parlons des forces américaines ou de l’ONU, alors pourquoi n’est-ce pas officiellement déclaré ? De plus, si les Etats-Unis et l’ONU assument cette responsabilité, alors la protection à Achraf est plus pratique que n’importe où ailleurs … »

Alors que le raisonnement ci-dessus a été présenté dans plusieurs négociations et lettres au département d’Etat américain et à l’ambassade américaine et alors que leur plan a été rejeté au niveau international, l’insistance de l’ambassadeur Butler met en évidence les questions que soulève ce plan.

7. Le 30 juin 2011, le quotidien Azzaman international écrivait : « Après son retour d’Iran, le président irakien a informé l’ambassadeur américain à Bagdad d’un message du Guide suprême iranien Ali Khamenei comme quoi la fermeture du camp d’Achraf est la première étape pour résoudre certains des problèmes à l’intérieur de l’Irak. »

Le 21 juillet Philo Dibble, sous-secrétaire d’Etat adjoint, s’est dit prêt à négocier avec Ahmadinejad et « toute personne envoyée par la République islamique pour des négociations ». (Voice of America – section persane – 21 juillet)

Le 22 juillet, le ministre des Affaires étrangères du régime iranien, Ali Akbar Salehi, a déclaré: « Nous sommes prêts à normaliser les relations avec les Etats-Unis, mais sur une base d’égalité et sans conditions préalables ».

Dans ces conditions, les allégations de l’ambassadeur Butler renforcent cette présomption que certaines parties pourraient considérer les résidents d’Achraf comme une cible appropriée à laquelle s’en prendre. Cela ne rappelle-t-il pas la sale affaire avec le régime iranien en 2003 qui avait conduit au bombardement d’Achraf et à un grand nombre de ses résidents tués et blessés, tandis que ces derniers n’avaient même pas tiré une seule balle?

Du point de vue politique, cette approche est très nocive et moralement elle est très mauvaise. Il ne fait aucun doute que la destruction de la Résistance iranienne, qui est un contrepoids stratégique à l’intégrisme de Téhéran, doublerait les problèmes des USA et de l’Occident à la fois en Irak et en Iran.

Nous pensons qu’il est très préjudiciable pour les résidents d’Achraf de poursuivre les négociations avec M. Butler. Nous leur conseillons de s’abstenir de poursuivre ces pourparlers jusqu’à ce que M. Butler fasse des excuses officielles. Des excuses seraient la moindre des choses digne d’un diplomate dans de telles conditions.

En conséquence, au nom du Comité international pour l’application de la justice (ISJ), je demande instamment à la Secrétaire Clinton et au Département d’Etat de soutenir fermement la notion de réinstallation des résidents d’Achraf dans des pays tiers. Cette réponse est essentielle pour le prestige américain et signifie se tenir à l’écart d’un scandale potentiel. En tant qu’amis et alliés loyaux des Etats-Unis, nous ne voulons pas que la responsabilité  du sang versés des 3400 opposants iraniens, comprenant un millier de femmes, dont beaucoup, comme ceux qui ont été massacrés le 8 avril, sont au printemps de leur vie, retombe sur le nom des Etats-Unis.

Alejo Vidal-Quadras, eurodéputé

Président du Comité international pour l’application de la justice (ISJ)

Vice-président du Parlement européen

Le Comité international de la recherche de la justice (ISJ) bénéficie du soutien de plus de 4000 parlementaires à travers le monde

 

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous