EconomyÉconomieTotal a en partie remplacé son pétrole iranien par...

Total a en partie remplacé son pétrole iranien par du saoudien

-

LONDRES (Dow Jones)–La compagnie pétrolière Total (FP.FR) a arrêté d’acheter du pétrole iranien pour ses raffineries et ses activités de trading à la fin 2011, six mois avant la mise en oeuvre effective d’un embargo sur le pétrole iranien, et l’a en partie remplacé par du brut saoudien, a déclaré vendredi son directeur financier, Patrick de la Chevardière.

d’un embargo sur le pétrole iranien, et l’a en partie remplacé par du brut saoudien, a déclaré vendredi son directeur financier, Patrick de la Chevardière.

Le dirigeant a également indiqué que les tensions affectant le marché pétrolier pourraient maintenir les prix à un niveau élevé tout au long de l’année. Parmi elles, figurent les troubles en Libye et en Syrie mais aussi le durcissement de ton au sujet des sanctions à l’encontre de l’Iran, alors que la demande reste orientée à la hausse sur les marchés émergents, a-t-il noté.

Patrick de la Chevardière a ajouté que si l’on excluait une éventuelle récession économique mondiale et si l’Organisation des pays exportateurs de pétrole continuait de réagir à la moindre baisse des prix, le cours du brut devrait se situer bien au-delà de 80 dollars le baril à la fin de l’année.

Total a donné la priorité à l’exploration-production, ses activités de raffinage et marketing restant pénalisées par la faiblesse des marges de raffinage en Europe, qui a fait perdre au groupe plusieurs centaines de millions d’euros en 2011, a expliqué son directeur financier, sans fournir de chiffres plus précis.

Les marges de raffinage en Europe ont augmenté en janvier à 30 dollars la tonne, contre 15 dollars il y a un an, en raison d’un temps inhabituellement froid dans la région et de la mise à l’arrêt de la plupart des sites de raffinage de Petroplus (PPHN.EB) après son dépôt de bilan. Néanmoins, les marges vont rester faibles jusqu’à ce que d’autres entreprises réduisent leurs capacités de production, a poursuivi Patrick de la Chevardière.

-Géraldine Amiel, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 67; [email protected]

(Version française Céline Fabre)

(END) Dow Jones Newswires

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous