Intelligence ReportsTerrorismeL'UE impose des sanctions à un service de renseignement...

L’UE impose des sanctions à un service de renseignement iranien

-

Anders Samuelsen Iran sanctions

COPENHAGUE/BRUXELLES, 8 janvier (Avec Reuters) – L’Union européenne a décidé mardi d’inclure dans sa liste noire du terrorisme une branche du ministère iranien du Renseignement et deux de ses membres, ont annoncé mardi le ministre danois des Affaires étrangères et des responsables européens.

Leurs avoirs financiers en Europe sont en conséquence gelés.

En octobre dernier, le Danemark a accusé les services secrets iraniens d’avoir préparé un attentat sur son territoire contre le représentant local d’un groupe séparatiste arabe iranien, le Mouvement de lutte arabe pour la libération d’Ahwaz (ASMLA).

Pour sa part, la France, qui avait déjà imposé des sanctions au service de renseignement iranien et aux deux hommes mis en cause, a accusé Téhéran d’avoir commandité un projet d’attentat qui visait un rassemblement organisé fin juin 2018 près de Paris par les Moudjahidines du peuple, mouvement d’opposition iranien.

« L’UE vient d’accepter d’imposer des sanctions à un service du renseignement iranien pour avoir préparé des assassinats en Europe », écrit sur Twitter le ministre danois des Affaires étrangères, Anders Samuelsen.

La décision prise sans débat lors d’une réunion ministérielle à Bruxelles entrera en vigueur mercredi, a-t-on précisé de source européenne.

Les deux personnes visées par les sanctions sont le vice-ministre et le directeur général du Renseignement iranien, Saeid Hashemi Moghadam et Assadollah Asadi. Ce dernier est un diplomate en poste à Vienne.

Le gouvernement des Pays-Bas, pour sa part, a accusé lui aussi mardi l’Iran d’être derrière les projets d’attentats cités par le Danemark et la France, ainsi que derrière l’assassinat de deux Néerlandais d’origine iranienne en 2015 et 2017.

Une lettre signée par les ministres néerlandais des Affaires étrangères et de l’Intérieur précise que le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas et la Belgique ont fait part à des responsables iraniens de « leur profonde

préoccupation » concernant « la probable implication de l’Iran dans ces actes hostiles sur le territoire de l’UE ».

« L’Iran a été informé que son implication dans de telles affaires était tout à fait inacceptable et devait cesser immédiatement », soulignent-ils, sans n’exclure de nouvelles sanctions contre Téhéran.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous