Intelligence ReportsTerrorismeL'unité spéciale Fatehin et son rôle dans la répression...

L’unité spéciale Fatehin et son rôle dans la répression des protestations en Iran

-

Le 26 novembre, le président du régime iranien Ebrahim Raïssi a rendu visite aux forces spéciales du régime appelées « Fatehin ». Tout en les appréciant il leur dit : « Vous avez bien brillé ». Sa remarque était à cause de la participation de cette unité infâme à la répression du peuple lors des récentes manifestations.

Qui est l’unité spéciale de Fatehin ?

L’Unité spéciale Fatehin est l’un des groupes de miliciens supervisés par les Gardiens de la révolution (CGRI), dont les membres ont reçu une formation militaire spéciale, au-delà de la formation commune des membres du Basij qui ont été déployés à Téhéran ces dernières semaines dans des uniformes militaires officiels pour affronter les manifestants.

Cette unité spéciale opère principalement dans le Grand Téhéran. Mais l’IRGC a décidé de l’établir également dans toutes les autres provinces. On dit que cette unité a été créée en 1999 par les Basijis de l’Ouest de Téhéran dans le district de Meqdad sous le titre de Unité d’opérations spéciales aéroportées.

Mahmoud Hashemi, le commandant de cette unité, dans une interview accordée à l’agence de presse publique Tasnim le 19 avril 2020, à propos de la raison de la formation de cette unité a déclaré : « Le 9 juillet 1999, un besoin était évident dans la sécurité du complexe du Bassidj, qui n’y avait pas de force entraînée centralisée et cohérente.

« Il a été décidé qu’un groupe d’officiels du CGRI formerait cette unité sous le commandement de Majid Fathinejad, qui était le commandant de notre base à l’époque, et l’entraînement des troupes a commencé. »

Puis à propos de la première mission de cette unité dans la répression du peuple, il a ajouté : « Un an plus tard, les forces se sont organisées, dans les conflits qui se sont déroulés le jour anniversaire de la sédition de 1999, qui ont été un peu plus intenses que l’année précédente, ce bataillon était stationné dans le district de Meqdad. Nous sommes intervenus sous le commandement de la base de commandement de Téhéran, partout où c’était nécessaire. »

Selon cette personne, Rahim Safavi, alors commandant en chef du CGRI, a pris la responsabilité de cette unité en raison de ses bonnes performances comme il le prétendait. Il a admis que cette unité du Bassidj avaient bien agi dans les meurtres et les violations des droits de l’homme lors des manifestations de 2009.

En 2012, cette unité a été enregistrée et est devenue officielle. Mohammad Jafari, ancien commandant en chef de l’IRCG, a donné à cette unité son nom actuel.

Mais la mission la plus importante de cette unité était sa participation à la guerre syrienne, avec la responsabilité de protéger le sanctuaire de Lady Zaynab à Damas. Ils ont été les premiers membres paramilitaires Bassidj qui sont entrés dans la guerre syrienne pour soutenir Bashar Assad dans le massacre de son propre peuple.

On dit aussi que jusqu’à il y a un mois, la protection environnementale et périphérique de l’organisation Behesht Zahra relevait de la responsabilité de la police militaire, mais dans un protocole d’accord, cette protection était confiée à l’unité spéciale Fatehin.

Ainsi, comme l’ont admis les commandants de cette unité criminelle, leur mission principale est essentiellement de contrer les soulèvements et les protestations populaires, et en raison de leurs activités criminelles, ils sont soutenus par les commandants suprêmes des Gardiens de la Révolution.

L’unité spéciale Fatehin, ainsi que d’autres forces armées impliquées dans la répression des manifestants, est accusée d’avoir tué des citoyens non armés, y compris des enfants et des femmes.

7,062FansLike
1,180FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Pour rester au pouvoir, le régime iranien liquide les biens nationaux

Pendant plusieurs décennies, le chef suprême des mollahs, Ali Khamenei, a dilapidé les ressources et les richesses de l'Iran...

Le monde doit reconnaître le droit du peuple iranien à l’autodéfense

Victor Hugo a dit un jour : "Quand la dictature est un fait, la révolution devient un droit." Tout...

Iran : 60 % de la population est pauvre

Les paniers de subsistance du peuple iranien se réduisent considérablement. Ceci, à son tour, a introduit de nouvelles préoccupations...

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du scandale de Qatargate. Le scandale de corruption de Qatargate, pour...

L’éventuelle inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes effraie le régime iranien

Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à des pressions supplémentaires sur le régime iranien, notamment la...

Comment la censure d’Internet nuit à l’économie iranienne

Alors qu'au cours des quatre derniers mois, l'accès à Internet en Iran a été coupé ou sévèrement limité, le...

Doit lire

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du...

Iran : Un régime effondré et ses forces démoralisées

Il ne fait aucun doute que le régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous