Intelligence Reports"Les Amis du régime"Eldar Mamedov, le sulfureux conseiller au service du régime...

Eldar Mamedov, le sulfureux conseiller au service du régime iranien

-

Eldar Mamedov a été l’un des principaux acteurs du scandale de Qatargate. Le scandale de corruption de Qatargate, pour lequel les enquêtes ont débuté en juillet 2022 par l’Office central belge pour la répression de la corruption, a révélé des comportements profondément ancrés et corrompus chez plusieurs membres et agents au Parlement européen. Les eurodéputés Eva Kaili et Antonio Panzeri ainsi que plusieurs autres personnes ont été inculpés pour « avoir accepté des cadeaux » de certains États en retours de services rendus.

Parmi les suspects figurait Eldar Mamedov, le controversé conseiller du groupe social-démocrate au Parlement européen. Compte tenu de la longue histoire de collaboration d’Eldar Mamedov avec le régime iranien, l’ancien vice-président du Parlement européen, Alejo Vidal Quadras, a révélé sur neglobal.eu la manière perfide dont Mamedov a aidé à défendre les intérêts de la dictature des mollahs en Europe et à contrer les activités de l’opposition iranienne à Bruxelles:

Trafic d’influence iranien au Parlement européen
Plus tôt en décembre, la nouvelle d’un important scandale de corruption impliquant le Parlement européen a éclaté. Surnommé « Qatargate », au centre du scandale qui a secoué l’instance politique européenne, il y aurait des relations avec le Qatar. L’enquête surprenante comprend des accusations d’entreprise criminelle, de blanchiment d’argent et de corruption.

La police belge a porté plainte contre les membres actuels et anciens du Parlement européen. Une cible importante des enquêtes est un « conseiller » parlementaire ayant des liens avec le régime iranien et longtemps soupçonné d’être un lobbyiste du régime en Europe.

Selon POLITICO, la police belge a arrêté plusieurs personnes, dont la députée européenne socialiste grecque Eva Kaili, vice-présidente du Parlement européen. Depuis le 9 décembre, la police fédérale belge a mené une série de 20 perquisitions dans des domiciles et des bureaux à Bruxelles, saisissant des téléphones portables, des ordinateurs et plus de 1,5 million d’euros en espèces.

En réaction à cette évolution, le groupe Socialistes & Démocrates (S&D) au Parlement européen a suspendu l’un de ses conseillers politiques, Eldar Mamedov, et l’a renvoyé aux autorités belges dans le cadre d’une enquête interne sur une ingérence étrangère présumée à Bruxelles, a rapporté POLITICO. De nationalité lettone, Mamedov est conseiller S&D à la commission des affaires étrangères du Parlement. Le S&D est le deuxième plus grand bloc au Parlement européen.

Mamedov occupe son rôle de conseiller depuis plus d’une décennie, travaillant sur des sujets concernant le Moyen-Orient, y compris l’Iran. Mamedov a adopté des positions pro-régime iraniennes, est très proche du lobby du régime à Washington et a régulièrement vilipendé la principale opposition au régime des mollahs, l’Organisation des Moujahidine du Peule d’Iran (MEK ou OMPI). Dans ses contacts avec les membres du Parlement, il a ressassé la propagande anti-MEK de Téhéran et a écrit de nombreux articles dénigrant le MEK et blanchissant les crimes et la conduite régionale agressive du régime.

Lorsque j’étais député européen et vice-président du PE (1999-2014), j’ai averti le directeur général de la sécurité du Parlement européen ainsi qu’un certain nombre de députés européens de différents groupes politiques, notamment les socialistes, des activités de Mamedov pour le compte des mollahs en Iran. Mon alerte a attiré l’attention de ces eurodéputés et de l’administration du Parlement sur lui, mais à l’époque il n’y avait aucune preuve matérielle de ses liens avec le ministère iranien du Renseignement. Il semble maintenant qu’il ait été pris en flagrant délit, ce qui est en effet une très bonne nouvelle, et renforce la crédibilité des députés européens, comme moi, au cours de ces années, qui ont exhorté les institutions européennes, la Commission, le Conseil, le Parlement et le SEAE, à durcir la position de l’UE vis-à-vis de la théocratie iranienne.

Il n’est pas acceptable que la dictature iranienne puisse utiliser les services d’agents déguisés en « conseillers politiques » pour servir les intérêts d’une puissance étrangère et hostile au cœur même de la démocratie européenne.

Selon le quotidien italien Corriere Della Sera, Mamedov est bien connu à Bruxelles comme « lobbyiste iranien ». L’homme de 50 ans s’est rendu en Iran et a été photographié avec des responsables du régime, dont l’ancien président Ali Akbar Hashemi Rafsandjani.

Selon Mamedov lui-même, il était en Iran aussi récemment qu’en 2020 à l’invitation de l’Institut d’études politiques et internationales (IPIS), un groupe de réflexion du ministère des Affaires étrangères du régime, pour aider à promouvoir « une initiative visant à créer une plate-forme pour un dialogue régional inclusif dans le golfe Persique ».

Auparavant, lorsqu’il travaillait comme diplomate pour la Lettonie, les États-Unis avaient demandé au pays de le rappeler, citant des évaluations des services secrets américains selon lesquelles il était beaucoup trop proche des représentants du régime iranien aux États-Unis. Cela a conduit à la démission de Mamedov du ministère letton des Affaires étrangères. Enfin, après le récent scandale concernant Mamedov, le groupe S&D l’a suspendu pour « faute grave » en relation avec les enquêtes en cours. Sa page d’information sur le site du groupe S&D a également été désactivée.

Mamedov à Téhéran aux côtés du sinistre Rafsandjani et pour recevoir ses directives contre l’OMPI

Liens avec des lobbyistes iraniens présumés à Washington
En tant que lobbyiste iranien en Europe, les activités de Mamedov sont transatlantiques et incluent des liens étroits avec des lobbyistes et des apologistes du régime iranien à Washington, comme Trita Parsi. Ses opinions sont régulièrement publiées par la nouvelle entreprise de Parsi, le Quincy Institute.

Avant de co-fonder l’Institut Quincy, le sinistre Trita Parsi était le fondateur et présidente du Conseil National Iranien Américain (NIAC). La NIAC et Parsi sont accusées depuis longtemps de faire du lobbying pour le régime iranien à Washington. Au cours de procédures judiciaires, il y a plusieurs années, qui ont conduit à la révélation des documents internes de la NIAC, une enquête du Washington Times a révélé que les documents « soulèvent des questions quant à savoir si l’organisation utilise cette influence pour faire pression en faveur de politiques favorables à l’Iran en violation de la loi fédérale ». L’enquête a révélé des e-mails entre Parsi et l’ambassadeur du régime à l’ONU, Javad Zarif, qui est devenu plus tard ministre des Affaires étrangères.

Lorsque la NIAC a poursuivi les critiques qui l’accusaient de faire du lobbying pour Téhéran, une décision de justice du 10 février 2015 a jeté un éclairage encore plus défavorable sur le lobby. Selon le juge, il était concevable que la NIAC puisse raisonnablement être accusée de faire du lobbying au nom du régime iranien.

Selon une autre enquête médiatique, « De manière remarquable, la NIAC a thésaurisé et protégé des documents pendant la phase d’un procès qu’elle avait elle-même porté devant les tribunaux. … la NIAC n’a vraiment pas produit ses archives de calendrier. … la NIAC a d’abord caché l’existence de quatre de ses ordinateurs au tribunal et n’a pas été totalement honnête quant à l’utilisation de ces ordinateurs. … la NIAC a déformé la configuration de son système informatique », parmi de nombreux autres comportements douteux.

Parsi est maintenant répertorié comme vice-président exécutif du Quincy Institute. Le magazine Responsible Statecraft pour lequel Mamedov écrit est un média du Quincy Institute. De plus, Mamedov a défendu à plusieurs reprises et publiquement le NIAC, qualifiant les allégations à son encontre de « toxiques », louant et retweetant fréquemment les écrits de Parsi sur l’Iran, faisant la promotion des événements et des discussions de Parsi sur la politique iranienne et interviewant d’éminents membres du NIAC et des apologistes du régime aux États-Unis comme Negar Mortazavi.

Activités contre l’OMPI

Afin de défendre efficacement Téhéran, les apologistes des deux côtés de l’Atlantique, tels que Parsi et Mamedov, doivent riposter contre le principal parti d’opposition des mollahs, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (MEK ou OMPI). Au cours des 13 dernières années, Mamedov a écrit de nombreux articles diabolisant le MEK et ressassant la propagande du régime. Il a également fait pression contre l’organisation dans les cercles européens et en particulier le Parlement européen, fournissant à son auditoire la propagande du régime et des accusations contre le MEK. Ses écrits sont régulièrement salués et publiés par des sites Web gérés par les services de renseignement du régime, tels que l’association Nejat. Ses allégations contre le MEK sont ceux du régime, notamment que le MEK n’aurait aucun soutien en Iran. Il a également fait écho à plusieurs reprises au récit de Téhéran selon lequel le MEK n’est pas une alternative viable.

Minimisant le rôle de l’OMPI à chaque tournant, Mamedov affirme : « Les organes décisionnels de politique étrangère de l’UE — le Conseil de l’UE et le Service pour l’action extérieure (SEAE) — ne considèrent pas le MEK comme une alternative sérieuse au gouvernement actuel en Téhéran, car il n’a pratiquement aucun soutien parmi la population iranienne. … il faut contrer la propagande du MEK qui peut entraver les efforts diplomatiques avec l’Iran pour permettre au gouvernement de se réformer de l’intérieur ».

Selon Official Wire, en 2011, « une lettre apparemment rédigée sous la direction de l’ambassade d’Iran par Mamedov et distribuée au sein du groupe S&D par Maria Muñiz, avertissait les députés de ne pas se joindre à une pétition signée par plusieurs centaines de collègues appelant l’Irak à prolonger le délai fermer Achraf pour éviter une catastrophe humanitaire majeure ».

La dirigeante de la Résistance iranienne Maryam Radjavi au PE

Quelques exemples des nombreux articles et tweets que Mamedov a produits contre l’OMPI et la Résistance iranienne :

Lobe Log – le 17 juin 2014 : « La grande majorité des Iraniens en Iran considèrent le groupe comme insignifiant ou nuisible aux efforts réformistes. … Le MEK et ses partisans considèrent Maliki comme un pion iranien et pensent que si Maliki s’en va, le gouvernement iranien (que le MEK déteste) en souffrira. … Les partisans du MEK et l’Etat islamique ont trouvé une cause commune en faisant pression pour l’éviction de Maliki. … Le MEK essaiera sûrement de recruter plus de eurodéputés pour sa cause. Bien sûr, quiconque est approché par le MEK, il serait sage de réfléchir à deux fois avant de s’associer à une organisation qui tente de minimiser les actes d’un groupe si meurtrier et fanatique que même al-Qaïda l’a déclaré trop extrême. »

Lobe Log – le 6 novembre 2019 : « En juillet 2018, alors que le président iranien Hassan Rohani devait entreprendre un voyage à Paris pour travailler à la sauvegarde de l’accord nucléaire défaillant, connu sous le nom de Plan d’action global conjoint, ou JCPOA, des rapports ont émergé à propos d’un complot à la bombe contre le rassemblement du MEK, prétendument ourdi par les agents du renseignement iranien. L’affaire n’a jamais été définitivement résolue. Il reste une possibilité que le « complot » soit, en réalité, une opération sous fausse bannière concoctée par le MEK et ses alliés étrangers dans le but de saboter la diplomatie entre l’UE et l’Iran à un moment critique« .

Responsible Statecraft – le 7 janvier 2022 : « Il y a exactement deux ans, j’étais à Téhéran pour assister, à l’invitation de l’Institut d’études politiques et internationales (IPIS), le groupe de réflexion du ministère iranien des Affaires étrangères, à une conférence sur l’effort iranien pour la paix d’Ormuz (HOPE ), une initiative visant à créer une plate-forme pour un dialogue régional inclusif dans le golfe Persique. »

Positions sur la politique iranienne de l’Occident
Tant au sein du Parlement européen qu’en dehors de celui-ci, Mamedov a toujours fait pression pour une approche complaisant avec les religieux de Téhéran sous le vernis de la « diplomatie » et dépeignant le régime comme puissant mais rationnel, tout en colportant la fausse dichotomie de la diplomatie ou de la guerre. Il a fustigé toute politique ferme ou décisive contre le régime en la qualifiant de « belliciste ». Pour Mamedov, même le commandant éliminé de la Force Qods, Qassem Soleimani, ne méritait pas de critiques. Soleimani, selon lui, était « charismatique et influent » et il « a imprégné les Iraniens d’un sentiment de fierté nationale », « ses succès leur ont permis de se sentir victorieux ».

Selon Mamedov, malgré « l’hyperbole » sur le désir d’expansionnisme régional du régime, c’est en fait Téhéran qui a une longue expérience dans la tentative de désamorcer les tensions avec Washington. Si le régime est perçu comme rejetant le dialogue, c’est à Washington qu’il faut reprocher de s’être retiré de l’accord sur le nucléaire, et non à Téhéran. Par conséquent, « il est grand temps de désamorcer et d’inaugurer une nouvelle ère de dialogue avec l’Iran« .

Quelques exemples d’arguments de Mamedov sur l’Iran :
Responsible Statecraft – le 11 juillet 2022 : « Les antécédents réels de la République islamique, qui, parallèlement à son anti-américanisme idéologique, comprenaient également des efforts pour réduire les tensions avec les États-Unis – de l’offre de l’ancien président Hashemi Rafsandjani d’un contrat majeur avec les États-Unis et le géant pétrolier Conoco, au « dialogue des civilisations » de son successeur Mohammad Khatami, au JCPOA de Hassan Rouhani, y compris la coopération dans un Afghanistan post-taliban et une alliance de facto contre l’EI en Irak. Le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, a laissé entendre que si le JCPOA était fidèlement mis en œuvre, le dialogue sur d’autres questions, y compris la sécurité régionale était possible. Si le gouvernement radical actuel de Téhéran rejette un tel dialogue (pour lequel il est critiqué même par de nombreux initiés du régime), cela n’est principalement pas dû à la « haine de l’Amérique« , mais plutôt à l’expérience du retrait de Trump du JCPOA et de son « maximum pression » – une politique pour laquelle le FDD a ardemment plaidé. »

Responsible Statecraft – le 8 janvier 2021 : « Aux petites heures du matin du 8 janvier 2020, je montais à bord d’un avion à l’aéroport de Téhéran pour retourner en Europe après avoir participé aux « Dialogues de Téhéran », une conférence internationale organisée par le ministère iranien des Affaires étrangères Affaires. Sur un tarmac autrement désert, j’ai vu un avion solitaire appartenant à Ukrainian Airlines stationné au terminal. Peu avant l’embarquement, j’ai appris que les forces de sécurité iraniennes avaient lancé une série de frappes sur une base américaine en Irak en représailles à l’assassinat du général Qassem Soleimani, le charismatique et influent commandant iranien d’Al-Qods, la force d’élite des Gardiens de la Révolution islamique… Ironiquement, le général Soleimani s’est avéré plus déterminant pour forger dans sa mort que dans sa vie. En me promenant dans Téhéran pendant les jours de deuil qui ont suivi son assassinat, j’ai été témoin de sa puissance et de sa mécanique. … Environ sept millions de personnes auraient défilé à la mémoire de Soleimani rien qu’à Téhéran. Contrairement aux affirmations absurdes propagées par les exilés iraniens monarchistes et pro-MEK et leurs alliés néoconservateurs à l’étranger, ces personnes n’ont été ni forcées par le gouvernement ni soumises à un lavage de cerveau par la propagande pour participer. Si le régime a réussi à faire de Soleimani une figure nationale, c’est parce qu’il était perçu comme tel par beaucoup, y compris les opposants à la République islamique. … Plus important encore, Soleimani a imprégné les Iraniens d’un sentiment de fierté nationale. Ses succès leur ont permis de se sentir victorieux. … Lorsque les choses se gâtent, la désaffection de nombreux Iraniens envers le République islamique, ils sont sûrs de défendre l’Iran, son indépendance, son intégrité territoriale et sa dignité nationale contre les menaces extérieures. C’était vrai avant la mort de Soleimani, mais cela a solidifié le ciment unissant les Iraniens, quelles que soient leurs opinions politiques et religieuses. … Il est grand temps de désamorcer et d’inaugurer une nouvelle ère de dialogue avec l’Iran. »

L’affaire de corruption du Parlement européen est sans précédent. Cela a conduit à des scandales politiques, des poursuites judiciaires, des pertes de postes et même de sièges au Parlement. Eldar Mamedov a été l’un des principaux acteurs du scandale de la corruption.

Pour la politique iranienne, la saga de Mamedov prouve une fois de plus que les individus ne décident pas simplement de mener des attaques contre le MEK. Les preuves montrent que son modèle de comportement au cours de plus d’une décennie fournit une justification solide à la conclusion que les lobbyistes et les apologistes du régime iranien sont censés attaquer le MEK sous la direction du régime clérical.

Dans une interview accordée en juillet 2017 à la chaîne publique Apart TV, l’ancien ministre iranien du renseignement, Ali Fallahian, a révélé que le ministère du renseignement et de la sécurité (Vevak) a longtemps utilisé les services de « journalistes amis » ou « d’érudits » pour faire avancer son programme à l’étranger, y compris sa campagne de désinformation. «Nous n’envoyons pas d’agent en Allemagne ou en Amérique. Nous ne disons pas par exemple, ok, je suis un agent du ministère du renseignement. … De toute évidence, ils travaillent sous le couvert d’affaires ou d’autres emplois, y compris celui de journaliste. Vous savez, beaucoup de nos reporters sont en fait des agents du ministère », s’est-il vanté.

Que Mamedov soit démis de ses fonctions d’influence à un tel niveau décisionnel au Parlement européen est un bon début. Mieux vaut tard que jamais, comme on dit. Cependant, ce qui me surprend, c’est pourquoi cela a pris autant de temps malgré les innombrables indices témoignant de ses liens avec le régime iranien, un régime qui est bien trop éloigné de nos valeurs et de nos principes.

Bien que sa destitution de sa position influente soit la bienvenue, pour éviter une telle situation à l’avenir, il serait utile pour notre démocratie et pour le Parlement européen en tant qu’institution respectable que plus de détails soient fournis sur sa conduite pendant tant d’années.

En tant que personne qui a servi avec plaisir les Européens au Parlement européen pendant de nombreuses années, moi-même, ainsi que nombre de mes collègues, méritons de connaître la profondeur de ce lien, comme une leçon à apprendre.

Tout cela devrait sonner l’alarme dans les capitales occidentales. Le régime fait face à un puissant soulèvement national qui a secoué l’appareil de sécurité et le système politique de Téhéran. Il est isolé internationalement plus que jamais. Parier sur un cheval perdant ne devrait pas faire partie de la politique de l’Occident envers l’Iran.

Le temps presse et l’Occident devrait nommer et faire honte aux lobbyistes du régime et aux agents rémunérés et nettoyer la maison afin de formuler une politique pragmatique qui soutient le peuple iranien et sa résistance organisée légitime.

7,062FansJ'aime
1,178SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Dernières nouvelles

Les défis économiques de l’Iran en 2023 : inflation, investissement et relations internationales

Alors que l'Iran entre dans la nouvelle année perse, les experts du régime s'inquiètent de l'état de l'économie du...

Ce que les empoisonnements au gaz en Iran nous disent sur le régime au pouvoir

Depuis des mois, des écoles en Iran sont dans le collimateur d'attaques au gaz contre les enfants du pays....

Le régime iranien se dirige vers l’obtention d’armes nucléaires

Le régime iranien est une fois de plus au centre d'une dangereuse escalade de la prolifération d’armes nucléaires. Un...

Le Congrès américain soutien la quête du peuple iranien pour une République démocratique et laïque

Plusieurs membres bipartites de la Chambre des représentants des États-Unis ont présenté une résolution (H. RES. 100) soutenant le...

Une vague d’attaques par empoisonnement contre des écoles laisse des centaines de personnes malades

L'Iran est secoué depuis trois mois par des empoisonnements en série contre des écoles réservées aux filles, qui ont...

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite l'inquiétude du régime iranien. La veille du dernier mercredi de...

Doit lire

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite...

Les démocrates devraient entendre la voix des Iraniens, pas celle des dictateurs

Le soulèvement national iranien se poursuit malgré ses hauts...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous