Intelligence ReportsTerrorismeIran-Irak : Des voitures piégées et des bombes tuent...

Iran-Irak : Des voitures piégées et des bombes tuent des dizaines de personnes en Irak

-

Associated Press, Bagdad, 29 mai – De Bushra Juhi – Un grand nombre de voitures piégées et de bombes de bord de route ont tué plus de 30 personnes en Irak lundi, un jour après qu’un chef tribal qui défiait les terroristes les plus craints en Irak et envoyait des combattants pour aider les troupes américaines contre al-Qaïda dans l’ouest de l’Irak, ait été abattu.

Les explosions ont débuté peu après l’aube avec une bombe de bord de route qui a tué 10 Irakiens travaillant pour une organisation d’opposants iraniens résidant en Irak. L’explosion visait un bus public près de Khalis, à 80 kilomètres au nord de Bagdad, dans la province de Diyala, zone connue pour la fréquence de telles attaques. Douze personnes ont été blessées d’après la police.

Toutes les victimes décédées étaient des employés irakiens qui se dirigeaient vers le camp des Moudjahidine-e Khalq opposés au régime de l’Iran, selon le groupe.

Une voiture piégée placée près de la principale mosquée sunnite Abou Hanifa à Bagdad a tué au moins neuf Irakiens et en a blessé 25, selon la police. La bombe a explosé à midi dans le quartier d’Azamiyah au nord de Bagdad et était si puissante qu’elle a pulvérisé le véhicule. Les équipes de secours et les soldats de l’armée irakienne ont transporté les victimes sur des brancards vers les ambulances, comme le montre un reportage télévisé d’AP.

Une autre bombe dissimulée dans un mini van a tué au moins sept personnes et blessé 20 à l’entrée d’un marché de vêtements en plein air dans la banlieue de Kazimiyah, au nord de Bagdad, d’après la police.

Une voiture en stationnement a explosé près de l’école supérieure Ibin al-Haitham à Azamiyah, aussi au nord de Bagdad, tuant deux civils et blessant au moins cinq personnes dont quatre soldats irakiens, a rapporté le lieutenant colonel de police Falah al-Mohammedawi.

Sur la place Tahariyat Square, à Bagdad, une voiture piégée visant un convoi américain a tué un civil et blessé neuf autres selon le lieutenant colonel de police Abbas Mohammed Salman. On ne sait pas s’il y a eu des victimes parmi les Américains, mais au moins un Humvee a été vu en train de brûler.

Une deuxième bombe visant une patrouille de police irakienne non loin de là a tué une personne et en a blessées 10, dont quatre policiers.

Ailleurs, une bombe de bord de route a tué deux officiers de police et blessé trois autres dans le quartier de Karradah à Bagdad ; un autre a trouvé la mort et six autres ont été blessés lorsqu’une bombe cachée dans un mini van a explosé.

L’explosion à Diyala a soufflé tout le côté du bus public blanc et les éclats ont troué le côté calciné du bus. Le véhicule, inspecté plus tard par les soldats américains, était maculé de sang.

« Nous transportions les travailleurs de Baqouba au camp des Moudjahidine lorsque la bombe a explosé et tué tous ces gens », un homme qui était présent dans le bus a déclaré à APTN.

De plus, des hommes armés ont tué deux officiers de police lorsqu’ils ont attaqué un convoi dans l’ouest de Bagdad. Un autre groupe a sérieusement blessé un colonel de police à Ghazaliyah. Deux autres policiers, identifiés comme d’anciens Baathistes, ont été tués à Amarah, à 290 kilomètres au sud-est de Bagdad.

Une bombe de bord de route a tué deux soldats britanniques à Basra, dans le sud de l’Irak, et a blessé deux autres, a annoncé lundi le ministère de la Défense britannique.

L’explosion a eu lieu dimanche soir, un jour après que les forces britanniques et irakiennes aient saisi le plus grand arsenal jamais découvert composé d’équipements pour fabriquer des bombes ainsi que d’armes, faisant partie d’une campagne pour améliorer la situation de sécurité déplorable dans cette ville du sud de l’Irak, selon le ministère.

Dimanche soir également, un chef de tribu, qui défiait les terroristes les plus craints en Irak et envoyait des combattants pour aider les troupes américaines contre al-Qaeda dans l’ouest de l’Irak, est mort dans une fusillade, dernière victime d’une apparente campagne insurgée contre les Arabes sunnites qui collaborent avec les Américains.

Cheikh Osama al-Jadaan a été pris dans une embuscade par des hommes armés alors qu’il se déplaçait en voiture dans le quartier de Mansour à Bagdad, zone majoritairement sunnite. Le chauffeur d’al-Jadaan et un de ses gardes du corps ont été tués également, selon le lieutenant de police Maitham Abdul Razzaq.

Al-Jadaan était leader de la tribu Karabila, qui compte des milliers de membres dans la province d’Anbar, foyer d’insurrection s’étendant de l’ouest de Bagdad à la frontière syrienne. Il avait annoncé un accord passé avec le gouvernement irakien soutenu par les Etats-Unis pour aider les forces de sécurité à traquer les membres d’al-Qaeda et les combattants étrangers.

Parallèlement, le parlement du pays s’est réuni lundi pour discuter de la situation de sécurité fragile dans le pays.

Les hauts responsables américains espèrent que les Irakiens seront capables prochainement d’assumer plus de responsabilités dans le domaine de la sécurité, permettant aux forces américaines de commencer à se retirer. Mais une semaine après la formation du gouvernement d’unité du Premier ministre Nouri al-Maliki, les partis ethniques, sectaires et laïcs en Irak tentent de se mettre d’accord sur les candidats aux postes cruciaux de ministres de l’Intérieur et de la Défense, qui contrôlent les différentes forces de sécurité irakiennes.

Cette impasse a anéanti les espoirs selon lesquels al-Maliki, membre de la majorité chiite en Irak, pouvait faire prêter serment aux deux ministres lorsque les 275 membres du parlement se sont réunis dimanche après des vacances parlementaires de quatre jours.

Le porte-parole d’al-Maliki, Yassin Majid, a déclaré que si les négociations duraient trop longtemps, le Premier ministre demanderait aux blocs politiques de présenter trois noms pour chaque ministère afin qu’il puisse prendre sa décision.

« Il n’y a pas de délai, mais il pourrait être fixé cette semaine », a affirmé Majid.

Hassan al-Sineid, député chiite appartenant au parti Dawa d’al-Maliki, a affirmé que cette mesure pourrait prendre effet avant mercredi.

Le ministère de l’Intérieur dominé par les Chiites, et qui contrôle les forces de police, a été promis à cette communauté. Les Arabes sunnites doivent obtenir le ministère de la Défense, et donc le commandement de l’armée.

On espère que cet équilibre permettra à al-Maliki d’avancer dans un plan prévoyant que les Irakiens assument toutes les responsabilités relatives à la sécurité dans les 18 prochains mois. Il veut attirer dans l’armée des membres de la minorité arabe sunnite, qui constituent le cœur de l’insurrection.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous