IranDroits de l'hommeLes stylos du prisonnier politique iranien en mouvement exposant...

Les stylos du prisonnier politique iranien en mouvement exposant dans une lettre ouverte la cruauté au sein du système judiciaire

-

Les stylos du prisonnier politique iranien en mouvement exposant dans une lettre ouverte la cruauté au sein du système judiciaire

La lettre intitulée « apportez ma corde » raconte la torture qu’il a subie en prison. Le traitement brutal de M. Baymani par des gardiens iraniens et le système de la justice iranienne au cours de 16 années l’ont amené à souhaiter sa propre mort.

M. Baymani qui est emprisonné pour avoir aidé son frère à échapper à une arrestation, nous dit qu’il a été maintenu en isolement dès son arrivée en prison. Il a protesté de son innocence, mais les interrogateurs ont dit que s’il a fait ce qu’il a dit qu’il allait bientôt être mis en liberté. Quand il arriva au tribunal, le juge a dit qu’ils n’allaient pas le garder emprisonné pendant plus de cinq ans.

Dans la lettre qui a été sortie clandestinement de prison, M. Baymani raconte le moment où il a été contraint de signer un document qui le condamnait à mort.

Il a écrit : « Il était exactement 9 heures quand il m’a donné un document de 20 pages et m’a demandé de le lire et de le signer. J’étais ravi et j’ai commencé à lire. Aucun des paragraphes n’était lié à moi. Le nom d’un avocat y était également mentionné, mais je ne l’avais jamais vu.

À la fin, il était dit que j’avais été condamné à mort. J’ai dit à [l’homme chargé des affaires judiciaires] que ce document ne me concerne pas. Il a répondu : « Signe-le. Je suis pressé. Peu importe qu’il vous concerne ou non, c’est la décision de quelqu’un d’autre. » Comme c’était la première fois que je faisais face à une telle situation et que je ne pouvais pas comprendre le terme « exécution », je l’ai signé sans contrôle particulier ».

Il a été transféré dans la Section d’isolement du quartier 204 de la prison d’Evin pour être exécuté. Quand il a entendu les nouvelles, il était désemparé.

Il a écrit : « Pendant plusieurs heures, je pleurais incontrôlablement pour ma femme et mes deux chers enfants. Je ne voulais pas les laisser seuls ».

Pendant trois jours, M. Baymani a été maintenu à bord, attendant d’être appelé pour son exécution. Il a étudié le Coran, il a prié pour sa famille et il s’est préparé à sa mort. Puis, finalement, il a été appelé et un interrogateur lui a dit que sa peine avait été réduite à la prison à vie.

Quelques années plus tard, M. Baymani a dit à un garde qu’il voulait être exécuté. Le garde a dit que le régime le traiterait si mal qu’il souhaiterait la mort au moins 100 fois par jour.

M. Baymani a écrit : « Je ne le croyais pas, mais maintenant que près de 10 ans se sont écoulés depuis cette rencontre, je sens qu’il me disait la vérité ».

À l’époque, il craignait la mort et voulait juste rentrer à la maison retrouver sa famille, mais M. Baymani a écrit : « Après un certain temps, j’étais tellement sous la contrainte que j’ai souhaité qu’ils m’exécutent ».

Dans le paragraphe le plus déchirant, M. Baymani plaide pour sa condamnation à mort.

Il a écrit : « Maintenant, je demande à toutes les institutions internationales et iraniennes d’appeler au moins le régime à revenir sur ma condamnation à mort et de me pendre avec les dizaines de mes compagnons de cellule qui sont pendus chaque semaine dans cette maison d’abattage de Gohardacht [Prison] pour que je puisse enfin être libéré de cette vie qui est pleine de mensonges, de haine et de tromperie et de telle sorte que je n’ai plus à souffrir d’être témoin de l’exécution de mes amis ».

Dans son dernier paragraphe, M. Baymani répète que son frère a choisi la cause du peuple de l’Organisation des Moudjahidines du Peuple d’Iran (OMPI) pour mettre fin au régime des mollahs, et qu’il a été tué en combattant pour elle. Il a écrit qu’Arash Sametipour, un ancien partisan de l’OMPI, s’est vendu au ministère du Renseignement iranien en vue d’acheter sa libération.

Il a écrit : « Afshin Baymani, qui n’était pas un membre de l’OMPI, mais ne s’est non plus jamais accordé une seconde pour devenir un mercenaire du ministère du renseignement, doit maintenant croupir en prison ».

M. Baymani souffre de problèmes cardiaques et pulmonaires non traités. Les médecins ont recommandé qu’il soit libéré pour l’hôpital, mais les gardiens de la prison de Gohardacht à Karaj ont refusé.

Il a été condamné à mort en l’an 2000, mais cela a été commuée en prison à vie en 2006.

Pour lire la transcription complète de la lettre, rendez-vous sur le site web du Conseil National de la Résistance de l’Iran (CNRI).

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous