IranDroits de l'hommeLe régime iranien menace les prisonniers politiques de répéter...

Le régime iranien menace les prisonniers politiques de répéter le massacre de 1988

-

Malgré l’effort du régime iranien pour enterrer l’histoire du massacre des prisonniers politiques de 1988 et minimiser cet événement qui est l’un des pires cas de violation des droits humains après la Seconde Guerre mondiale, ses hommes de main du régime mettent en garde les prisonniers politiques qu’ils répéteraient une telle action s’ils continuent de soutenir les manifestations, écrire des lettre au monde extérieur ou émettre des déclarations sur les actions du régime dans la prison et le pays.

Avec le début du gouvernement d’Ebrahim Raisi, qui est l’un des principaux acteurs du massacre de 1988, il y a un signe clair de la décision du guide suprême d’augmenter la pression dans le pays.

Avec comme dernière décision par le parlement, de restreindre Internet dans le pays et couper le pays du monde extérieur sous prétexte d’un plan de « protection des utilisateurs de médias sociaux».

Mais ce n’est que le début et à partir de maintenant, le monde sera confronté à plus de violations par ce régime dans tous les domaines possibles.

Des informations provenant de la prison de Qarchak à Varamin indiquent que quatre prisonnières politiques soutenant l’opposition iranienne ont été menacées et réinterrogées le 4 août. Les prisonniers politiques Zahra Safaei, Forough Taghipour, Parasto Moeini et Marzieh Farsi ont chacun été interrogés et menacés séparément lundi.

Ces menaces et interrogatoires ont été mis en œuvre après que ces prisonniers politiques aient publié une déclaration sur l’élection présidentielle du régime et condamné la présidence du « boucher de Téhéran », Ebrahim Raisi, l’un des principaux auteurs du massacre de 1988.

L’une de ces femmes menacées est Parsto Moeini, 20 ans. L’interrogateur l’a avertie que les « conditions de 1988 pourraient être répétées ». « Même si nous ne vous exécutons pas, nous ferons quelque chose que vous suppliez d’être exécuté », a-t-il déclaré dans une autre partie de sa menace.

Des rapports indiquent qu’en plus des interrogatoires et des menaces, des restrictions spéciales ont été imposées à ces femmes détenues sur ordre du directeur de la prison. D’autres femmes sont empêchées d’entrer dans les chambres de ces 4 détenues.

Ces femmes ne sont pas autorisées à se rendre dans d’autres parties de la prison, comme la bibliothèque et la salle de prière.

La vie de ces prisonnières politiques est en danger dans la prison de Qarchak, et avant cela, des agents du régime dans cette prison, sur ordre direct du directeur de cette prison, ont tenté de les tuer en les agressant et en leur versant de l’eau bouillante.

Zahra Safaei et sa fille Parasto Moeini, ainsi que Forough Taghipour (25 ans) et sa mère Nasim Jabbari (58 ans), ont été arrêtés par les forces de sécurité à Téhéran le 24 février 2020 et transférés au centre de détention du ministère du Renseignement, quartier 209 de Prison d’Evine.

Zahra Safaei, Parasto Moeini et Forough Taghipour ont été expulsés de la prison d’Evin vers la prison de Qarchak à Varamin fin avril 2020.

Parasto Moeini a été infecté par le coronavirus dans la prison de Qarchak à Varamin le 10 juillet 2020, mais a été transféré du quartier 5 de la prison de Qarchak à Varamin dans une pièce à l’étage supérieur du bâtiment médical de la prison sans traitement médical.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous