IranDroits de l'hommeL'Iran continue de refuser la liberté conditionnelle à un...

L’Iran continue de refuser la liberté conditionnelle à un Français

-

AFP, Téhéran, 17 octobre – Le ministre iranien de la Justice Jamal Karimi-Rad a justifié le rejet d’une libération conditionnelle du Français Stéphane Lherbier, condamné à 18 mois de prison pour entrée illégale en Iran, par le fait notamment que le verdict avait été « clément ».

Le ministre a déclaré à l’AFP que M. Lherbier, ainsi que l’Allemand Donald Klein qui a été condamné avec lui, pouvaient présenter une nouvelle demande de remise en liberté conditionnelle.

« Premièrement, la raison pour le rejet de leur appel (à une libération conditionnelle) est qu’ils ont reçu un verdict clément » en première instance, a dit M. Karimi-Rad, joint par téléphone.

L’ambassade de France à Téhéran a reçu la semaine dernière copie du verdict de la cour d’appel iranienne d’Hormozgan rejetant la demande de libération conditionnelle des deux hommes, détenus depuis novembre 2005 après leur arrestation lors d’une partie de pêche dans les eaux du Golfe.

Le quai d’Orsay a regretté ce refus en s’interrogeant sur « ses motivations », et en jugeant que la peine de 18 mois était « excessivement lourde par rapport aux faits qui leur sont reprochés ».

Le skipper français et son client allemand ont été arrêtés aux abords de l’île d’Abou Moussa, un secteur sensible occupé par l’Iran mais revendiqué par les Emirats arabes unis, et condamnés pour entrée illégale dans les eaux iraniennes.

M. Lherbier avait expliqué devant la justice iranienne avoir utilisé une carte maritime des Emirats ne faisant pas état de ce différend territorial.

Le ministre iranien de la Justice a indiqué que rien n’interdisait aux deux hommes de présenter à nouveau une demande de libération conditionnelle. « Même si leur demande de libération a été rejetée, cela ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas présenter une nouvelle demande », a-t-il dit.

Le porte-parole de la diplomatie française Jean-Baptiste Mattéi a indiqué que Paris considère que « d’un point de vue strictement judiciaire, il n’y a pas tellement de raisons de leur refuser une libération conditionnelle ».

Mais M. Karimi-Rad a estimé que le risque était trop grand que les deux hommes ne respectent pas les exigences d’une remise en liberté conditionnelle, notamment en quittant l’Iran.

« La liberté conditionnelle est soumise à des règles qu’ils pourraient ne pas remplir en ne restant pas en Iran », a dit le ministre. Une personne remise en liberté conditionnelle doit résider à une certaine adresse et se présenter régulièrement aux autorités.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous