IranDroits de l'hommeIran : Cherche à vendre rein désespérément

Iran : Cherche à vendre rein désespérément

-

BBC News, 31 octobre –– Dans les rues et les parcs d’Iran, on rencontre des jeunes, hommes et femmes, qui proposent de vendre leurs reins. On peut lire sur une des pancartes qu’ils portent : « Offre immédiate ! Rein à vendre, jeune homme, 22 ans, groupe sanguin O positif. Tel 09122… ».

Chaque année, 1400 Iraniens vendent un de leurs reins à un étranger.

A la filiale de l’Association des patients du rein de Téhéran, une des nombreuses agences créées pour coordonner ce commerce, la réception est pleine de monde. Dans les couloirs étroits et ternes, les gens font la queue, soit pour remplir des formulaires, répondre à des questions, subir des tests, soit pour se faire radiographier puis opérer. L’activité est intense, à la limite du chaos. Les gens remplissent des registres, les photographies des patients sont collées sur de petits cartons et le téléphone sonne sans arrêt.

Les gens posent des questions sur les tarifs qui font aussi l’objet de marchandages. Certains sont vexés par ces prix aussi bas et quittent la pièce de colère. Un homme veut vendre son organe parce que son enfant a été brûlé dans un incendie et qu’il a besoin d’argent pour une opération urgente. Un autre veut savoir pourquoi il n’a pas reçu les 1250$ (650£) que l’Etat lui doit. Un troisième crie : « Ils veulent quasiment que ce soit gratuit. Ils croient que je vends de la viande ». Leur désespoir est évident.

De grandes espérances

Mehrdad a 23 ans et connaît de grandes difficultés financières. Il y a deux ans, il travaillait dans l’industrie de la construction, avait un revenu fixe et envisageait de se marier. Mais peu après la cérémonie, il a perdu son emploi et ses tentatives pour trouver un nouveau travail sont restées infructueuses. La dette de son mariage est toujours impayée et la pile de factures ne cesse de grandir. Désespéré, il a décidé de vendre un de ses reins, espérant recevoir autour de 7500$ (4000£) pour ce don. A la clinique, Mehrdad a appris que le nombre de vendeurs avait augmenté si fortement l’an passé que les prix se sont effondrés et malheureusement pour lui, il est de groupe sanguin A, un des plus courants… ce qui rabaisse encore le prix. On lui a dit que le mieux qu’il puisse espérer était 3700$ (2000£).

Négociations sur la transplantation

Lorsque Mehrdad est retourné à la clinique pour sa dernière série d’examens, on lui a annoncé qu’ils avaient trouvé un receveur pour son rein. Shiva, vingt-deux ans, a déjà subi une opération de transplantation mais son corps a rejeté l’implant qui a cessé de fonctionner deux ans plus tard. Son père est toujours en train de payer la première transplantation. Après de longues négociations, Mehrdad et Shiva se sont mis d’accord sur un prix. L’Etat doit payer à Mehrdad 1250$ (650£) et la famille de Shiva a accepté de lui verser 3000$ (1600£) supplémentaires. C’est moins qu’il aurait pu espérer, mais c’est suffisant pour lui permettre de s’acquitter de ses dettes.

Normalement, le donneur reçoit la moitié de l’argent avant la transplantation mais le père de Shiva cherche à gagner du temps et tente de retarder l’opération. Il semble qu’il ait des difficultés à rassembler la somme.

Un cercle vicieux

Bien que l’angoisse et l’impatience de Mehrdad de payer ses dettes grandissent, lui et Shiva ont passé beaucoup de temps ensemble à la clinique et des liens forts d’amitié se sont tissés entre eux. Mehrdad a accepté de confiance de donner son rein à Shiva et de recevoir son paiement après la transplantation. Il était anxieux à propos de l’opération. « Une nuit, j’ai rêvé que j’étais sur la table d’opération. Ils avaient ouvert mon ventre et dit : ‘Regardez ! Il n’a pas de reins ! »

Deux mois après la transplantation, Mehrdad et Shiva se sont complètement remis, mais les problèmes financiers de Mehrdad sont loin d’être réglés. L’argent l’a aidé à rembourser ses dettes et il a même pu s’acheter une voiture pour commencer une nouvelle carrière de chauffeur de taxi, mais il a eu un accident et la voiture est irréparable. Une fois de plus au chômage, Mehrdad se repasse le film de tout ce qui lui est arrivé.

Il ouvre une lettre que Shiva lui a remise le dernier jour à l’hôpital dans laquelle elle fait référence à lui comme à un « ange sauveur » et où elle dit : « Je vais prendre bien soin de ton cadeau pendant toute ma vie et je sentirai que tu es toujours avec moi ».

7,062FansLike
1,163FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous