IranDroits de l'hommeUn organe de surveillance des libertés de la presse...

Un organe de surveillance des libertés de la presse dénonce la censure en Iran

-

Iran Focus, Londres, 29 novembre – Un éminent organe international de surveillance des libertés de la presse a divulgué mardi une liste de plusieurs dizaines de journalistes interdits de publication en Iran.

Reporters sans frontières a déclaré dans son communiqué que depuis l’arrivée au pouvoir, en juin 2005, du président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad « et de son équipe, principalement composée d’anciens commandants des Gardiens de la Révolution et des services de renseignements, la répression des journalistes en Iran est organisée d’une manière plus subtile, moins visible mais tout aussi redoutable. L’Iran conserve ainsi sa place de plus grand violateur de la liberté d’expression ».

« Plus grande prison du Moyen-Orient pour les journalistes et les cyberdissidents depuis 2000, la République islamique ne semble toujours pas vouloir mettre un terme aux arrestations massives et arbitraires et aux incarcérations qui ont décimé la presse au cours de ces dernières années », a déclaré le groupe.

« Et s’il y a aujourd’hui moins de journalistes emprisonnés en Iran, cela ne signifie pas que les autorités ont relâché la pression sur la presse. Les professionnels des médias sont mis en liberté provisoire, après quelques jours voire quelques semaines de détention, sans qu’aucune date soit fixée pour leur jugement et encore moins leur relaxe ou le retrait des accusations portées contre eux. Ils peuvent tout aussi bien être condamnés et n’être jamais convoqués à la prison. »

« Ces procédures en cours et ces condamnations non appliquées constituent de véritables épées de Damoclès au-dessus de la tête des journalistes et les empêchent d’écrire librement », ajoute-t-il.

Le groupe affirme que le gouvernement d’Ahmadinejad et les autorités judiciaires en Iran ont fait du pays tout entier la « plus grande prison sans barreaux de la région ».

« La majorité des journalistes indépendants ou ne collaborant pas avec des journaux gouvernementaux sont visés par le pouvoir qui parvient, d’une manière ou d’une autre, à les empêcher de travailler. En parallèle, ces mêmes journalistes sont poursuivis en justice et doivent verser de lourdes cautions (pouvant aller jusqu’à 60 000 euros) pour bénéficier d’une libération provisoire en attendant le jugement de leur affaire. »

« A leur sortie de prison, ces journalistes ne sont plus en mesure de travailler. D’une part, ils craignent d’y retourner s’ils publient de nouveau un article qui déplaît aux autorités. D’autre part, de nombreux rédacteurs en chef et directeurs de publication reçoivent des consignes claires pour ne pas les embaucher. Dans certains cas, l’arrestation de ces journalistes s’effectue de manière concomitante avec la fermeture du média pour lequel ils travaillent. »

« Récemment, le quotidien réformateur Rouzegar a été interdit par la Commission de surveillance de la presse après avoir accueilli dans sa rédaction des journalistes du quotidien Shargh, lui-même suspendu le 11 septembre 2006. Le ministère de la Culture et le procureur de Téhéran, Said Mortazavi, avaient envoyé au rédacteur en chef du quotidien une liste des journalistes dont il devait se séparer, dont l’ancien détenu Ahmad Zidabadi. »

« Les journalistes iraniens qui ont choisi de travailler pour des médias indépendants sont les cibles d’une campagne de harcèlement », selon le communiqué.

Le 14 juin 2006, Saharkhiz, directeur du mensuel Aftab et du journal économique Akhbar Eghtesadi, a été condamné à quatre ans de prison ferme et cinq ans d’interdiction d’exercer son activité journalistique pour « offense à la Constitution » et « publicité contre le régime ».

Le 19 août 2006, Saghi Baghernia, directrice du quotidien économique Asia, a été condamnée à six mois de prison ferme par la Cour suprême de justice de Téhéran pour « propagande contre le régime », après la publication, dans l’édition du 5 juillet 2003, de la photo de Maryam Radjavi (dirigeante des Moudjahidine du Peuple – groupe d’opposition). Son époux, Iraj Jamshidi, rédacteur en chef du quotidien, avait été arrêté et condamné à un an de prison, le 6 juillet 2003, pour le même motif. Début novembre 2006, Mme Baghernia a été convoquée par la prison pour la deuxième fois sans être arrêtée pour autant.

Depuis début 2004, Reporters sans frontières a recensé plus d’une trentaine de journalistes qui ont fui l’Iran pour échapper à des poursuites judiciaires.

Liste de RSF des individus frappés d’une interdiction professionnelle en Iran :

M. Abbas Abdi, M. Abbas Kakavand, M. Abbas Dalvand, M. Abolfazel Vesali , M. Abolghasem Golbaf, Mme Azam Taleghani, M. Ahmad Zidabadi, M. Akbar Ganji , M. Ali-Hamed Iman, M. Ali-Reza Jabari, M. Ali-Reza Redjaï, M. Ali Reza Alavitabar, M. Amin Movahedi, M. Ali Mazroi, M. Arash Sigarchi, M. Behrouz Gheranpayeh, M. Bijan Safsari, M. Ejlal Ghavami, M. Ezatollah Sahabi, Mme Fariba Davoudi Mohajer, Mme Fatemeh Kamali, M. Firouz Gouran, Mme Fatemeh Govarai, M. Hassan Youssefi Echkevari , M. Hoda Saber, M. Hossein Ghazian, M. Hamed Motaghi, M. Kivan Samimi Behbani, M. Majid Tavaloui, M. Iraj Jamshidi, M. Latif Safari, M. Madh Amadi, M. Mana Neyestani, M. Mashallah Shamsolvaezin, M. Masoud Bastani, M. Mohamad Ghochani, M. Chammad Hassan Alipour, M. Mohammad Sedigh Kabovand, M. Mojtaba Lotfi, M. Morteza Kazemian, Mme Narges Mohammadi, Mme Noushin Ahamadi Khorassani, Mme Parvin Ardalan, Mme Parvin Bakhtiarynejd, M. Reza Alijani, Mme Saghi Baghernia, M. Saide Madani, M. Said Saedi, M. Shadi Sadr, M. Siamak Pourzand, M. Taghi Rahmani, Mme Tonya Kabovand, M. Yosef Azizi Banitrouf et M. Mohammad Javad Roh.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous