IranDroits de l'hommeL'attitude de l'Iran à l'égard des droits de l'Homme...

L’attitude de l’Iran à l’égard des droits de l’Homme est « exécrable » (Rice)

-

AFP, Londres, 3 février – La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a fait monter d’un cran l’attaque verbale de Washington contre l’Iran jeudi en déclarant à Londres que la façon dont le régime islamique de Téhéran traitait sa population était « quelque chose d’exécrable » et appelé la communauté internationale à financer les réformespalestiniennes.
AFP, Londres, 3 février – La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a fait monter d’un cran l’attaque verbale de Washington contre l’Iran jeudi en déclarant à Londres que la façon dont le régime islamique de Téhéran traitait sa population était « quelque chose d’exécrable » et appelé la communauté internationale à financer les réformes palestiniennes.
« Je ne pense pas que quiconque estime que les mollahs qui n’ont pas été élus et qui dirigent ce régime sont une bonne chose tant pour le peuple iranien que pour la région », a-t-elle déclaré à des journalistes qui l’accompagnent dans sa tournée en Europe et au Proche-Orient, faisant écho au discours sur l’état de l’Union du président américain George W. Bush de la veille.
« Je pense que nos alliés européens sont d’accord avec notre point de vue que l’attitude du régime iranien en ce qui concerne les droits de l’Homme et à l’égard de sa propre population est quelque chose d’exécrable », a-t-elle ajouté.
Mme Rice, dont c’est la première visite à l’étranger depuis qu’elle a succédé à Colin Powell à la tête de la diplomatie américaine, est arrivée jeudi soir à Londres, première étape de sa tournée d’une semaine en Europe et au Proche-Orient.
Dans son discours sur l’état de l’Union, le président américain George W. Bush a déclaré mercredi que l’Iran restait « le principal Etat dans le monde à soutenir le terrorisme » et a assuré que les Etats-Unis étaient aux côtés des Iraniens qui veulent leur « liberté ».
« La cause que nous défendons, c’est que le peuple iranien puisse avoir une chance de déterminer son propre avenir, et à l’heure actuelle sous ce régime, ils n’ont pas la possibilité de déterminer leur propre avenir », a estimé Me Rice.
L’Iran et le programme nucléaire qu’il est soupçonné de développer à des fins militaires occuperont sans doute une place de choix dans les discussions que Mme Rice aura au cours de sa tournée, qui précède un voyage en Europe du président Bush plus tard en février.
Sa tournée inclut la Grande-Bretagne, où elle aura vendredi des entretiens avec le premier ministre Tony Blair et son homologue britannique Jack Straw,, l’Allemagne et la France, trois pays qui sont impliqués dans les efforts pour persuader les Iraniens de renoncer à leurs ambitions nucléaires présumées.
Elle aura aussi des entretiens avec les dirigeants de Pologne, Turquie, Italie, Belgique et Luxembourg, ainsi qu’avec des responsables de l’Union européenne, de l’Otan, le ministre des Affaires étrangères russe Sergei Lavrov à Ankara samedi et les dirigeants israéliens et palestiniens.
Certains pays européens ont demandé que les Etats-Unis s’impliquent davantage dans ce problème, mais Mme Rice a dit qu’elle s’y était refusé.
« Les Iraniens savent ce qu’ils doivent faire. Ce n’est pas l’absence d’implication de quelqu’un qui empêche les Iraniens de savoir ce qu’ils ont à faire », a-t-elle déclaré aux journalistes.
« Ils doivent respecter leurs obligations, ils doivent accepter les inspections de contrôle, ils doivent arrêter d’essayer de dissimuler leurs activités derrière un programme nucléaire civil », a-t-elle ajouté.
Elle a précisé que les Etats-Unis « coordonnaient étroitement » leurs efforts sur cette question avec les Européens et évoqué « un consensus grandissant » avec la communauté internationale, y compris la Russie, sur le fait que les espoirs d’armement nucléaires de l’Iran devaient être contrôlés.
Dans son discours sur l’état de l’Union mercredi, M. Bush avait à nouveau attaqué Téhéran sur ses ambitions nucléaires.
Mme Rice, qui doit avoir des entretiens dimanche et lundi avec le premier ministre israélien Ariel Sharon et le président palestinien Mahmoud Abbas, à la veille de leur sommet à Charm el-Cheikh (Egypte), prévu le 8 février, a aussi appelé la communauté internationale à relancer ses contributions pour financer les réformes palestiniennes, après l’annonce par M. Bush d’une aide de 350 millions de dollars (270 millions d’euros).
« Nous devons absolument encourager les autres pays à apporter leur contribution », a-t-elle déclaré. L’Union européenne et certains pays du Proche-Orient se sont montrés, selon elle, de bon donateurs, mais « certains dans la région n’ont pas été aussi généreux qu’ils auraient pu l’être », a-t-elle ajouté sans préciser de nom.
« Il est temps pour chacun de s’interroger et de se dire :+si nous voulons que la paix israélo-palestinienne se réalise, et si nous voulons soutenir cette dynamique, que pouvons-nous faire de plus en termes d’assistance?+ », a poursuivi la secrétaire d’Etat.
Le chef de la diplomatie américaine a salué le sommet de Charm el-Cheikh comme une « étape très importante dans ce qui constitue maintenant une série d’étapes qui confèrent une dynamique à la question israélo-palestinienne et aux efforts pour revenir à la feuille de route », le plan de paix soutenu par les Américains.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous