IranDroits de l'homme14 ans de prison pour le journaliste et weblogger...

14 ans de prison pour le journaliste et weblogger Arash Sigarchi

-


Reporters sans frontières, 23 février 2005 – Arash Sigarchi, journaliste et weblogger arrêté le 17 janvier 2005, a été condamné, le 22 février, à 14 ans de prison par le tribunal révolutionnaire de Gilan (nord du pays).

Reporters sans frontières s’insurge contre cette sentence et demande aux délégations des Etats présents à Genève pour la réunion préparatoire au Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) d’entrer en contact avec leurs homologues iraniens pour exiger la libération d’Arash Sigarchi. « Les autorités cherchent à faire de ce cas un exemple. En condamnant lourdement ce weblogger, leur objectif est de dissuader les journalistes et les internautes de s’exprimer sur la Toile ou de communiquer avec des médias étrangers. Le Président iranien ne peut plus se défausser en arguant qu’il n’est pas responsable de cette arrestation, d’autant qu’Arash Sigarchi a été interpellé par le ministère des Renseignements, qui dépend en principe du chef de l’Etat. Il doit donc intervenir rapidement pour sortir ce weblogger de prison. Il est ensuite de la responsabilité des délégations qui assistent à la conférence onusienne de dénoncer publiquement cette condamnation. Nous leur demandons de faire preuve de courage et de démontrer que la liberté d’expression est un enjeu majeur du SMSI », a déclaré Reporters sans frontières.

Arash Sigarchi, 28 ans, a été condamné pour espionnage et insultes aux leaders du pays. En réalité, il est emprisonné pour ses activités de weblogger et de journaliste, ainsi que pour avoir collaboré avec le média américain Radio Farda. Les tribunaux révolutionnaires iraniens ne sont censés se prononcer que sur des cas de haute trahison, d’espionnage, ou d’activités contre-révolutionnaires. Ils ne devraient pas être utilisés pour condamner des journalistes. La loi iranienne ne permettant pas d’inculper un citoyen pour un délit politique, les opposants au régime et les professionnels de l’information sont régulièrement accusés d’être des espions ou des ennemis de la révolution. Le journaliste est détenu depuis le 17 janvier au soir dans la prison de Lakan à Rashat.

Arash Sigarchi, rédacteur en chef du quotidien Gylan Emroz, s’occupait depuis près de trois ans d’un blog politique et culturel, www.sigarchi.com/blog, sur lequel il critiquait parfois le régime. Cette publication a été rendue inaccessible dans le pays par les autorités. Il avait déjà été arrêté, le 27 août 2004, et détenu quelques jours pour avoir publié en ligne un article, illustré de photographies, sur un rassemblement à Téhéran de familles de prisonniers exécutés en 1989. Depuis, il subissait une pression constante de la part de la police.

Le weblogger avait plus récement dénoncé les pressions subies par les journalistes du « dossier Internet » (voir : http://www.rsf.org/article.php3 ?id_article=12249), en particulier les mauvais traitements infligés à ses confrères Shahram Rafihzadeh et Rozbeh Mir Ebrahimi. Le dernier message publié sur son blog traitait du Tsunami qui a ravagé le Sud-est asiatique. Le jeune homme exprimait sa solidarité aux victimes et affirmait que le peuple iranien ne pouvait être indifférent à ce drame.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous