IranDroits de l'hommeIran : le meurtrier de Neda doit être amené...

Iran : le meurtrier de Neda doit être amené devant la justice (Amnesty)

-

AFP : Amnesty International a demandé samedi que soit jugé le meurtrier de Neda Agha-Soltan, une jeune Iranienne tuée par balle l’an dernier lors d’une manifestation à Téhéran et dont la mort en direct a été filmée et mise sur internet déclenchant une vague d’émotion dans le monde.

« Un an après le meurtre de Neda Agha-Soltan, le fait que son meurtrier n’ait pas comparu devant la justice est un exemple accablant de la culture de l’impunité qui s’est répandue depuis les manifestations post-électorales en 2009 », a dit Amnesty International dans un communiqué à la veille du premier anniversaire de sa mort, le 20 juin.

« La mort criminelle de Neda est emblématique non seulement de nombreuses violations des droits de l’Homme commises à l’encontre des Iraniens au cours de l’année écoulée — qui se poursuivent aujourd’hui — mais aussi du refus tenace du gouvernement d’amener devant la justice des personnes responsables des tortures et des meurtres de ses détracteurs », a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Afrique du Nord – Moyen Orient d’Amnesty.

Neda Agha-Soltan, morte à l’âge de 26 ans, est devenue le symbole de la contestation populaire et de la répression ayant suivi la réélection de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence de l’Iran le 12 juin 2009.

La vidéo amateur de sa mort, mise sur internet, avait suscité une vague d’émotion et d’indignation dans le monde. On y voit la jeune femme à terre, le visage souillé de sang et les yeux grand ouverts. L’étudiante en philosophie aurait été atteinte d’une balle dans la poitrine le 15 juin.

La réélection de M. Ahmadinejad, entachée de fraudes massives selon l’opposition, a entraîné des mois de manifestations auxquelles le gouvernement a mis fin au prix d’une répression sévère: des dizaines de morts, des milliers d’arrestations et des centaines de condamnations dont plusieurs à mort.

Dans son rapport annuel 2009 Amnesty avait indiqué que « les détenus sont privés de contact avec l’extérieur » et « le secret qui entoure ces arrestations rend plus aisé le recours par les interrogateurs à la torture et à d’autres mauvais traitements, y compris le viol (et) les simulacres d’exécution ».

Les dirigeants de l’opposition qui réclament des réformes démocratiques avaient renoncé à appeler à des manifestations à l’occasion du premier anniversaire de la présidentielle 2009, par crainte de déclencher une nouvelle vague de répression sanglante.

« En dépit des preuves que constitue la vidéo et que peuvent apporter les témoins, les autorités iraniennes n’ont pas mené d’enquête indépendante sur la mort de Neda, ni sur celle de nombreux autres aux mains des forces gouvernementales entre juin et décembre 2009 », déplore Amnesty.

En juillet 2009, la police iranienne avait affirmé que la mort de Neda avait été montée de toutes pièces.

« Ils ont nié les allégations selon lesquelles le Bassidj (milice islamiste) avaient causé la mort de Neda, et ont accusé une série de personnes et d’organisations notamment la BBC, la CNN et la CIA, et même le médecin qui l’avait examinée après qu’elle ait été atteinte », souligne Amnesty, accusant le gouvernement de « cynisme » et de chercher à « sauver la face ».

Amnesty a en outre appelé les autorités iraniennes à autoriser les visites d’experts des droits de l’Homme. L’organisation souligne que depuis 2005 aucune visite d’experts des droits de l’Homme de l’ONU n’avait été permise et qu’au moins cinq demandes de visite de l’ONU étaient restées sans réponse.

 

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous